Le cauchemar de la multiplication des débris dans l'espace

La pollution de l'espace proche ne cesse de s'aggraver. L'ESA tente de trouver des solutions mais les Etats membres ne semblent pas encore concernés par cette problématique. C'était l'un des thèmes abordés lors du Paris Air Forum, organisé lundi au Musée de l'air et de l’espace par La Tribune : "Comment en finir avec la menace des débris spatiaux ?"
L'arrivée des mégaconstellations, telles que Starlink, et des nanosatellites de type cubesat a déjà doublé le nombre de satellites sur orbite basse, multipliant les risques de collisions.
L'arrivée des mégaconstellations, telles que Starlink, et des nanosatellites de type cubesat a déjà doublé le nombre de satellites sur orbite basse, multipliant les risques de collisions. (Crédits : Telesat)

La pollution de l'espace proche ne cesse de s'aggraver. L'arrivée des mégaconstellations, telles que Starlink, et des nanosatellites de type cubesat a déjà doublé le nombre de satellites sur orbite basse, multipliant les risques de collisions. Dans le même temps l'infrastructure orbitale habitée est elle-même en augmentation, ce qui accroît donc le risque de perte de vie humaine en cas d'accident. La situation a atteint un tel point qu'aux Nations Unies, des voix se sont élevées pour faire de l'orbite basse le 18e objectif de développement durable.

Prévisible, cette évolution n'a pourtant pas été évitée. « Avec le New Space, nous avons lancé plein de nouveaux objets et de nouvelles applications. Nous avons aussi plein de règles, normes, standards pour éviter la multiplication des débris, mais nous les appliquons pas, déplore Christophe Bonnal, expert à la direction des lanceurs du CNES. Je n'aurais pas dit ça il y a dix ans, mais la situation actuelle est vraiment inquiétante ».

Syndrome de Kessler

Chiffre significatif : entre 760 et 840 km d'altitude, une région où gravitent un grand nombre des principaux satellites d'observation, le nombre d'objets a été multiplié par 3,5 en vingt ans, mais le nombre de satellites actifs, lui, a été divisé par trois. Ce ratio décuplé entre débris et satellites est un symptôme du Syndrome de Kessler qui, à terme, pourrait rendre cet espace impraticable.

L'un des principaux objets dans la zone est le satellite européen Envisat, tombé en panne en 2012, et pour la désorbitation duquel, l'ESA avait initialement créé le programme CleanSpace, à la tête duquel Luisa Innocenti a fort à faire avec l'inertie des États membres pour qui nettoyer l'espace n'est pas vu comme une activité noble. « Nous avons essayé de présenter cela comme un sujet environnemental et responsable, donc très européen, et une ouverture vers le service au satellites sur orbite, raconte-t-elle, mais ils ont voulu avoir des informations sur le marché que cela représenterait et à ce stade nous n'en avions pas ».

Vers un marché prometteur ?

Le situation a évolué avec l'arrivée des mégaconstellations dont il faudra gérer la fin de vie. En 2019, une compétition a été lancée avec pour objectif la désorbitation d'un des principaux débris sous responsabilité européenne, dans le cadre d'un contrat commercial. La société suisse ClearSpace a été sélectionnée pour récupérer et faire retomber le capot d'un adaptateur resté sur orbite après un lancement de Vega. « Nous avons basé nos efforts sur des années d'études du problème au sein de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, explique Luc Piguet, président et fondateur de ClearSpace, et nous nous sommes monté en startup avec l'arrivée de Starlink, quand il nous est apparu qu'il fallait accélérer ».

Cette désorbitation active sera une première mondiale, mais elle ouvre la voie à un marché prometteur pour le service orbital, afin de réparer ou ravitailler les satellites, voire de venir au secours de ceux qui n'ont pu manœuvrer en fin de vie. Dans le futur, tous les satellites pourraient être équipés de systèmes d'identification passifs (réflecteurs lasers codés, puces RFID) et surtout de « prises » pour être capturés par d'éventuels remorqueurs au cas où leur système de désorbitation actif viendrait à tomber en panne.

Prévenir les collisions

Prévenir les collisions et aider le service sur orbite est à la base d'une autre activité commerciale, dont LeoLabs, aux États-Unis est un précurseur : le suivi des satellites sur orbite, avec plusieurs radars répartis au sol. « Nous fournissons des services pour l'évitement de collision, pour les opérations de proximité, à partir d'une unique plateforme, détaille Alan Declerck, directeur du développement de LeoLabs. Pour la première fois nous avons suffisamment de données pour pouvoir nourrir un traitement par intelligence artificielle ». Or, comme le rappelle Christophe Bonnal, cette connaissance de la situation est indispensable pour l'application des règles qui seront au cœur de la gestion du trafic orbital.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 28/06/2021 à 11:50
Signaler
Les Gaulois n'avaient peur que d'une chose, que le ciel leur tombe sur la tête; ne nous reste qu'à acheter des casques, à pointes puisque, bien évidemment, nous ne savons plus en fabriquer.

à écrit le 28/06/2021 à 9:52
Signaler
Pourtant non seulment les projets de trains de satellites se multiplient mais en plus ils se mettent déjà en place. Imaginons des Et qui soient venus en vacances il y a un siècle et qui reviennent maintenant se dire: Mais bon sang ils ont fait commen...

à écrit le 28/06/2021 à 9:46
Signaler
L'homme pollue tout ce qu'il touche. A terme il en sera la principale victime. La dualite, vieux debat....

à écrit le 28/06/2021 à 7:23
Signaler
Une partie de ces déchets est sensée se désagréger dans l'atmosphère ou retomber dans l'océan, non ? En tout cas, ça n'a pas l'air d'être un problème puisque ça n'empêche pas les hommes d'envoyer toujours plus de trucs dans l'espace, parfois inutil...

à écrit le 28/06/2021 à 6:19
Signaler
Les ponctionnaires des agences spatiales ont trouvé la solution contre les déchets orbitaux: envoyer plus de déchets pour les collecter plutôt que limiter le nombre de lancements annuels par exemple.

le 28/06/2021 à 9:56
Signaler
«  les fonctionnaires d agences .. » Vous me faites marrer … ça n a rien à voir : la Russie l Inde la chine réunie envoieentnplus de satellites que le vin monde occidental… donc les fonctionnaires - encore a prouver que ces per Seinfeld douent des ...

le 28/06/2021 à 9:57
Signaler
«  les fonctionnaires d agences .. » Vous me faites marrer … ça n a rien à voir : la Russie l Inde la chine réunient envoient plus de satellites que le monde occidental… donc les fonctionnaires - encore a prouver que ces personnels soient des fonc...

le 29/06/2021 à 10:22
Signaler
Les satellites brûlent dans la haute atmosphère très au dessus de l'altitude de vol des avions civils. Lorsqu'un très gros débris risque de retomber sans avoir complètement brûlé sa trajectoire est suivie et un couloir de vol est interdit. Ca s'appel...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.