Constellation : Thales Alenia Space remporte un méga-contrat d'environ 3 milliards de dollars

 |  | 1055 mots
Lecture 5 min.
Thales Alenia Space a décroché la lune avec le méga-contrat confié par l'opérateur de télécoms canadien Telesat
Thales Alenia Space a décroché la lune avec le méga-contrat confié par l'opérateur de télécoms canadien Telesat (Crédits : Telesat)
Après de longs mois de négociations, l'opérateur canadien Telesat a choisi Thales Alenia Space pour fournir les 298 satellites de la constellation nouvelle génération Lightspeed. Un contrat estimé par le PDG de Telesat Dan Goldberg à environ 3 milliards de dollars.

Et une de plus pour Thales Alenia Space, véritable collectionneur de constellations de satellites. Après GlobalStar 2, O3b, Iridium® Next, Kineis, Blacksky, le constructeur de satellites franco-italien remporte un méga-contrat portant sur la fourniture d'une flotte initiale de 298 satellites (700 kg) pour la constellation LEO Lightspeed située en orbite basse (78 sur une orbite polaire à 1.015 km d'altitude et 220 sur une orbite inclinée à 1.325 km d'altitude) et lancée par Telesat. Avec ce méga-contrat historique gagné face à son rival et partenaire Airbus Space, Thales Alenia Space (TAS) décroche la lune. Le fabricant de satellites sera responsable de la fourniture des segments spatial et de mission mais également des performances du réseau de bout en bout. "Cette sélection illustre l'excellence de l'industrie spatiale française et européenne", a constaté le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, qui a précisé que ce "projet ambitieux (est) soutenu par un partenariat fort entre la France et le Canada".

Pourquoi TAS ? "Nous voulions un partenaire qui pourrait faire plus que construire simplement des satellites, explique à La Tribune le PDG de Telesat, Dan Goldberg. Lorsque nous nous sommes concentrés sur les performances du réseau, sur le calendrier, nous nous sommes tournés vers un partenaire dont nous savons qu'il est le leader mondial. C'est important pour nous, c'est important pour les actionnaires, c'est important pour nos clients. Personne d'autre au monde n'est aussi qualifié que Thales Alenia Space pour construire, fournir et soutenir ce réseau. Ils construisent plus de constellations de satellites que quiconque. Ils ont donc toute l'expertise de développeurs sur les technologies clés disruptives.

Fin 2023, l'opérateur de télécoms canadien souhaite offrir des services professionnels à haut débit et haute performance sur toute la surface de la Terre. Lightspeed répond aux besoins croissants de connectivité mobile (maritime, aérienne), de liaisons 4G et 5G, de réseaux gouvernementaux et de communications professionnelles. Comme son nom l'indique, Lightspeed offrira une connectivité de plusieurs térabits par seconde dans le monde entier pour des services professionnels sécurisés à faible latence et haut débit. Les interconnexions par liaison optique laser entre les satellites de la constellation fourniront un maillage recouvrant l'intégralité de la surface du globe, y compris au-dessus des océans et des pôles, "tout en offrant un haut niveau de sécurité de service de bout en bout", a expliqué TAS dans un communiqué publié mardi.

"Ces liaisons optimisent le segment sol en réduisant le nombre de stations sol et en offrant plus de liberté quant à leur implantation, ainsi que la possibilité de les déployer au gré de la montée en puissance du réseau", a précisé TAS.

Un investissement à 5 milliards de dollars

L'investissement de Telesat est évalué à 5 milliards de dollars, dont environ 3 milliards de dollars pour TAS, précise Dan Goldberg. Le solde servira à acheter notamment des services de lancement et à mettre en œuvre le segment sol. L'opérateur de télécoms canadien signe ainsi son plus gros chèque depuis sa création en 1969, souligne-t-il. Le financement de ce projet très ambitieux est attendu "dans les prochains mois". Telesat compte financer cet investissement par un mix capitaux propres (equity) et dette. "La plupart des emprunts seront garantis par les agences de crédit à l'exportation, y compris en France et au Canada bien sûr", précise à La Tribune Dan Goldberg. "Ce projet va définir l'avenir de Telesat pour les années à venir", explique-t-il également.

Telesat compte lancer toute la constellation Lightspeed entre 2023 et 2025. Interrogé pour savoir s'il était confiant sur la capacité de Blue Origin à être à l'heure dès 2023, Dan Goldberg a estimé que la société de Jeff Bezos, avec qui il a signé un contrat, "n'a pas besoin de l'être" à cet horizon. "Nous sommes convaincus que Blue Origin aura le lanceur New Glenn prêt pour soutenir notre programme, assure le PDG de Telesat. Nous n'avons pas besoin qu'il soit opérationnel pour le premier lancement et je suis convaincu qu'il sera là quand nous en aurons besoin". Dans ce contexte, Telesat souhaite travailler avec d'autres lanceurs (Arianespace ? Proton ?...) "pour déployer tous les satellites que nous devons déployer". Dan Goldberg promet d'ailleurs une annonce "dans le mois à venir".

Un satellite par jour

A partir de 2023, l'opérateur canadien compte lancer des grappes de satellites tous les mois et souhaite que TAS livre rapidement un satellite par jour à partir de quatre chaines d'assemblage. Le montage industriel n'est pas encore acté, TAS et Telesat ont encore  quelques mois pour trouver un accord. Une chose est sure : "les premiers satellites devraient être prêts à être lancés dans deux ans", explique TAS dans un communiqué publié mardi. Le constructeur franco-italien va développer et fabriquer le premier satellite à Toulouse, précise à La Tribune le PDG de TAS, Hervé Derrey, qui n'a pas souhaité à ce stade révéler où seront fabriqués les suivants tant que que l'accord n'est pas signé.

Une cadence de production très intense car Telesat souhaite commencer le service commercial de Lightspeed dès fin 2023. Avec seulement 188 satellites en orbite, Telesat pourra déjà avoir une couverture mondiale complète mais l'objectif initial est de parvenir à mettre en orbite 298 satellites "pour nous donner plus de capacités" à la constellation, affirme Dan Goldberg. Voire même plus de satellites en fonction des opportunités commerciales. "Nous pourrions continuer à ajouter des satellites pour répondre aux besoins du marché. Nous allons commencer par la constellation initiale de près de 300 satellites et, au besoin, nous pouvons ajouter plus de satellites pour apporter plus de capacités sur le marché", explique-t-il. Dans ce cadre, Telesat a demandé l'autorisation de l'autorité américaine de régulation des communications (FCC) pour lancer 1.300 satellites supplémentaires.

Enfin, Lightspeed sera aussi performante que la fibre optique, assure pour sa part Dan Goldberg. Elle fournira une connectivité de type fibre sur toute la Terre à des prix qui permettront "aux opérateurs de réseau d'améliorer efficacement et économiquement leur couverture, leurs performances et leur rentabilité", a affirmé Telesat dans son communiqué publié mardi. Ce qui fait dire à Hervé Derrey que Telesat avec l'appui de lance "réellement la constellation la plus avancée jamais construite ou conçue dans le passé".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2021 à 10:57 :
Suis-je le seul à me demander pourquoi Airbus Space (Airbus en général) semble de plus en plus représenter les intérêts Allemands et non Français ?
Pourquoi la France via Thalès a dû s'allier un partenaire Italien et faire concurrence à un groupe dont la France fait partie intégrante (Airbus) ?
La France à t'elle perdu le leadership au sein d'Airbus Space ou plus généralement Airbus ?
Réponse de le 10/02/2021 à 14:24 :
Il faut arrêter la franchouille à l'extrême et illusoire. La France seule c'est un mirage Exp: les deux derniersemaines conflits. La France en partenariat c'est le top. Exp: concorde et air Bus.. entée autre.
Réponse de le 10/02/2021 à 15:18 :
Thalès ne s'est pas associé à un partenaire italien pour ce contrat, l'activité spatiale de Thalès s'appelle en réalité Thalès Alenia Space, c'est une entreprise franco italienne comme Airbus Defence & Space est une entreprise franco allemande (+ autres ...;-). Ensuite, ADS doit digérer OneWeb qui leur a beaucoup appris sur ce genre de sport. Tom n'étant plus là, ça se calme. Enfin 300 satellites à 3 Md d'€ ça fait 10 M€ le satellite (sans compter le reste....) et là il ne faut pas se louper. Ne pas confondre CA et bénéfice.....A voir sur le long terme.
a écrit le 09/02/2021 à 15:38 :
En parlant de ça :


Tout le week-end, les auditeurs de France Bleu Breizh Izel nous ont posé la question : y a-t-il des OVNIS dans le ciel breton ? Vous avez été très nombreux à apercevoir une ligne de points lumineux, parfaitement alignés, au petit matin entre 7h et 7h30. On vous rassure, nous n'avons pas trouvé de traces d'aliens en Bretagne. Il s'agit des satellites Starlink lancés dans le ciel par SpaceX, l'entreprise du milliardaire américain Elon Musk, aussi patron de Tesla.
Réponse de le 09/02/2021 à 18:19 :
Et porte parole du transhumanisme ...
Réponse de le 09/02/2021 à 18:30 :
Ils pourraient s'installer à Trans-en-Provence !
=>

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :