Les trois obstacles à surmonter pour réussir l'envol du drone MALE européen

 |   |  604  mots
Le drone MALE européen est-il bien né?
Le drone MALE européen est-il bien né? (Crédits : Occar)
Sept champions européens pour un programme de drone MALE, qui ne pèse que 1 milliard d'euros... C'est beaucoup. Beaucoup trop?

Le drone MALE européen est-il bien né? Le programme européen de drone de Moyenne Altitude et Longue Endurance RPAS, qui a été confirmé en avril dernier lors du salon aéronautique de Berlin, réunit sept champions européens, sous la maîtrise d'oeuvre d'Airbus : trois constructeurs (Airbus, Dassault Aviation et l'italien Leonardo) et quatre équipementiers de premier rang (Thales, l'allemand Hensoldt, l'espagnol Indra et l'italien Elettronica). Clairement beaucoup d'acteurs pour un programme dont le développement est estimé à seulement un milliard d'euros environ. Beaucoup trop? A suivre mais le démonstrateur Neuron avait réuni avec succès six industriels autour de Dassault Aviation : Thales, l'italien Alenia (devenu Leonardo), Saab, EADS-CASA (devenu Airbus), Hellenic Aerospace Industry (HAI) et le suisse Ruag.

1/ Une maîtrise d'oeuvre solide

Pour réussir un programme européen, il faut, à la fois, réunir une volonté politique partagée et durable - ce qui est plus facile lorsque le nombre d'États partenaires est limité - et avoir un réalisme budgétaire sur la durée pour éviter de réduire ultérieurement les commandes. Il faut également une maîtrise d'œuvre unique mettant en place un partage industriel optimisé. En conséquence, le retour géographique doit être mesuré sur l'ensemble du programme. Dans le cadre du programme du drone MALE européen, la maîtrise d'oeuvre a été confiée à Airbus. De son côté, Dassault Aviation a récupéré les commandes de vol, les essais en vol et la chaîne de communication, tandis que Thales s'occupera pour sa part du radar, Hensoldt, de l'optronique et Elettronica de la guerre électronique, selon nos informations. Enfin, Indra collaborera avec les trois équipementiers sur les missions. Jusqu'ici tout va bien mais...

2/ Airbus peut-il réussir un programme de défense?

Airbus n'a pas particulièrement brillé dans la conduite de certains grands programmes militaires, dont il a eu la maîtrise d'oeuvre (A400M, drone SIDM, hélicoptère NH90...). Et plus spécifiquement quand le groupe européen a lui-même dû développer des missions de défense dans ces programmes. De ce point de vue, l'A400M a été par exemple un véritable fiasco technique. "Ils ne savent pas maîtriser les missions de défense", estime un industriel du secteur. Or les caractéristiques d'un drone MALE résident principalement dans ses missions, il n'est pas seulement un "avion" qui vole. "On a peur qu'ils nous refassent un A400M", poursuit-il. Pour Airbus, c'est donc le moment de tirer toutes les leçons du passé. Mais cela est mal parti. Car personne ne sait encore combien va coûter le drone MALE européen, ni ne connait le cahier des charges et, enfin, les spécifications techniques. A suivre...

3/ Les industriels vont-il jouer le jeu?

Entre le drone MALE européen et le système de combat aérien du futur (SCAF), il n'y a pas photo : le second programme est beaucoup plus stratégique que le premier. D'autant que les pays européens se sont aujourd'hui bien accommodés des Reaper, les drones américains. Les industriels ne vont-ils pas privilégier le SCAF au drone MALE? Cela pourrait être une tentation pour les industriels de torpiller le drone MALE pour récupérer le budget afin de le réattribuer au SCAF. Comment ? En alourdissant les devis du drone MALE... Rien de plus facile. Enfin, les industriels, en dépit d'un discours de mobilisation pour ces deux programmes, continuent de se détester... cordialement. Cette "bonne ambiance" plombe évidemment leurs relations dans les deux programmes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2018 à 21:07 :
L'Europe est en retards sur certain programme stratégique , le drone mâle est un exemple.. Bon maintenant nous avons tous le savoir faire .... Ils nous faut juste etre d'accords... Personnellement je crois que une telle programme devrait être effectuer sous la direction europeenne ... Maintenant pour le chois du maître d'œuvre je ne suis pas sûr que Airbus soit à la hauteur....
Échec et sabotage du develloppement de A400 M, et dè nombreuseux déconvenue sur des programme militaire, hélicoptère Tiger par exemple....
a écrit le 16/05/2018 à 7:21 :
Programme qui est déjà mort rien en voyant la répartition des fournisseurs. Airbus qui a démontré ses incompétences dans le domaine militaire, l’électronique divisé entre plusieurs industriels concurrents, l'introduction d'indiens dans un programme européen.

Le cahier des charges n'est pas encore défini, les missions affectées en études mais déjà un budget. C'est fantastique, on connait la dépense avant de savoir pourquoi on étudie un drone. La dérive budgétaire est garantie.

Encore un programme qui va dans le mur.
a écrit le 15/05/2018 à 19:01 :
A en juger ses dimentions et son dessin tout droit sorti des années 80, ADS nous ressort le Talarion que la France et l'Italie avaient refusé. Et donc alors qu'il est sensé concurrencer le Reaper sur le marché à l'horizon 2025 il est conçu comme un drone de surveillance stratégique...bref ce drone est taillé pour les besoins opérationnels allemands avant tout.
a écrit le 15/05/2018 à 18:59 :
A en juger ses dimentions et son dessin tout droit sorti des années 80, ADS nous ressort le Talarion que la France et l'Italie avaient refusé. Et donc alors qu'il est sensé concurrencer le Reaper sur le marché à l'horizon 2025 il est conçu comme un drone de surveillance stratégique...bref ce drone est taillé pour les besoins opérationnels allemands avant tout.
a écrit le 15/05/2018 à 15:26 :
"Neuron avait réuni avec succès six industriels autour de Dassault Aviation"
Quand le maître d’œuvre est compétent, il n'y a pas de problèmes.
a écrit le 15/05/2018 à 15:21 :
"Enfin, Indra collaborera avec les trois équipementiers sur les missions". Premier bug ! Indra n'a pas de compétences particulières mais "collaborera"... Décision politique ! A dégager !!
a écrit le 15/05/2018 à 15:11 :
MALE, mais où va donc se nicher le sexisme!
a écrit le 15/05/2018 à 11:47 :
Il faudrait peut être s’intéresser a trouver une parade au développement du drone! Des virus peut être, et l'on ne leur fera plus confiance!
a écrit le 15/05/2018 à 8:47 :
L'accumulation d'incompétences lié au fonctionnement oligarchique ne peut que freiner l'innovation et gaspiller l'argent lié à l'investissement et on se doute que dans ce milieu de vendeurs d'armes, lobby canal historique, ça doit être pire...

L'UE c'est un pas en avant et deux pas en arrière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :