L'ombre de l'Allemagne derrière le futur patron de l'ESA, Josef Aschbacher

 |  | 452 mots
Lecture 2 min.
La nomination de l'Autrichien Josef Aschbacher à la tête de l'ESA est une défaite de plus pour la France dans le spatial
La nomination de l'Autrichien Josef Aschbacher à la tête de l'ESA est une défaite de plus pour la France dans le spatial (Crédits : Agence spatiale européenne (ESA))
Le Conseil de l'Agence spatiale européenne a nommé Josef Aschbacher au poste de directeur général de l'ESA, pour un mandat de quatre ans.

Le Conseil de l'Agence spatiale européenne (ESA) a nommé au bout d'un processus de six mois le Dr Josef Aschbacher au poste de directeur général de l'ESA, pour un mandat de quatre ans. Nommé de façon très confortable, il succédera à Jan Wörner, dont le mandat se termine le 30 juin 2021 et qui n'a pas souhaité être prolongé. Né en Autriche, le Dr Josef Aschbacher est actuellement directeur des programmes d'observation de la Terre de l'ESA, un poste qu'il doit beaucoup au soutien de l'Allemagne, et chef de l'ESRIN, le Centre d'observation de la Terre de l'ESA situé près de Rome.

Cette nomination est une défaite de plus pour la France dans le spatial même si elle était annoncée depuis plusieurs semaines. Une de plus après la nomination en septembre du Portugais Rodrigo da Costa à la tête de l'agence GNSS, qui gère la constellation Galileo. La France n'a pas fait vraiment le job pour pousser ses candidats. Derrière Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur, c'est de plus en plus le désert pour la France dans les postes à responsabilité dans le domaine spatial en Europe d'autant que les français ont complètement délaissé, notamment aux Allemands et aux Italiens les postes souvent clés de N-1 et N-2. Les petites mains qui font aujourd'hui les préconisations et les fiches techniques et politiques et demain qui postuleront de façon légitime aux postes à responsabilités.

L'ombre de l'Allemagne

Quel poids va peser le Dr Josef Aschbacher au sein de l'ESA face aux quatre grands pays du spatial (Allemagne, France, Italie et Grande-Bretagne) quand l'Autriche ne contribue que bon an, mal an autour de 1% au budget de l'Agence spatiale européenne (1% du budget 2020) ? La direction générale de l'ESA a beau jeu d'expliquer qu'un pays égale une voix mais, ça, ce n'est que de la communication. Car, en coulisse, c'est une autre cuisine, très politique entre pays forts et les autres. A ce jeu, la France s'est fait largement distancer par l'Allemagne. "L'ESA est de plus en plus dans l'orbite allemande", confirme-t-on à la Tribune.

Tout comme le Dr Josef Aschbacher. Si Thales Alenia Space a été le pivot du programme Copernicus (849 millions d'euros), c'est grâce à son astucieuse alliance avec... OHB. Pour autant, Joseph Aschbacher est reconnu pour ses capacités. "Il a bien tenu sa direction", explique-t-on à La Tribune. A lui d'endosser un nouveau costume et de remettre l'ESA au centre du jeu dans les télécoms où les Américains ont distancé les Européens, dans l'exploration spatiale où l'Europe n'existe toujours pas, et, enfin, dans la connectivité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2020 à 10:47 :
L'UE est actuellement allemande ce qui explique en partie son échec. Il faudrait sortir de cette ornière par le haut en reformulant une autre UE.. Ce n'est pas pour demain..
a écrit le 17/12/2020 à 18:19 :
L'ombre de l'Allemagne est derrière l'Europe (l'UE s'est créée pour l'Allemagne, cheval de Troie des
USA) en général, et derrière la France en particulier (traité d'Aix la Chapelle, abandon de la plus grande partie de l'industrie nationale de défense, cf. KANT/KNDS, filière des armes et munitions de petits calibres, etc...).
Réponse de le 17/12/2020 à 18:40 :
Et ce n'est que le début....pauvre France qui au fil des ans se fait reléguer au rang de petit pays ( pas de nation )
Réponse de le 17/12/2020 à 21:08 :
A usage des ignorants et autres pseudo sachants, l'ESA n'a rien à voir avec l'UE, l'une étant d'essence intergouvernementale, l'autre d'essence communautaire. Peut être JA, est ils seulement compétent pour le poste? Pour avoir un peu connu Herbert Allgeier, architecte Allemand de la politique spatiale en Europe, je peux témoigner qu'on trouvait difficilement plus francophile..
Réponse de le 18/12/2020 à 0:03 :
C'est pas comme si toutes vos "élites" popolitiques avaient fait le forcing pour arrimer le pays au Deutschmark... Pour préserver leurs interets de rentiers d'ailleurs...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :