Les quatre vrais enjeux de la France à la conférence ministérielle de l'ESA

 |   |  1437  mots
La France sera à nouveau le fer de lance d'une politique spatiale dans les lanceurs
La France sera à nouveau le fer de lance d'une politique spatiale dans les lanceurs (Crédits : ArianeGroup)
Les pays membres de l'Agence spatiale européennes (ESA) vont décider mercredi et jeudi des prochains programmes lancés sur une période de cinq ans. L'ESA propose une trame financière de plus de 14 milliards d'euros. La France a un budget de 2,5 milliards.

Toute l'Europe spatiale aura les yeux fixés pendant deux jours, les 27 et 28 novembre, sur Séville où se déroule la conférence ministérielle des 22 pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA). Une grande messe où l'ESA propose aux Etats d'engager sur une période allant de trois à cinq ans, plus de 14,2 milliards d'euros de crédits (12 milliards sur trois ans) pour lancer de nouveaux programmes spatiaux, dont 4,3 milliards d'euros dédiés aux programmes obligatoires. Les principaux enjeux programmatiques de la conférence ministérielle portent sur la consolidation de la politique d'accès à l'espace (2,6 milliards), la définition des prochaines étapes de l'exploration (1,98 milliard) et le maintien de la compétitivité industrielle dans les filières de satellites (4,1 milliards). Ce maintien se fera principalement au travers, d'une part, des programmes d'observation de la Terre (2,394 milliards d'euros) destinés à financer la future composante spatiale de Copernicus et les satellites d'observation du programme Future Earth Observation et d'autre part, du programme ARTES (1,74 milliard d'euros) pour préparer l'avenir des télécoms par satellites.

Lors de cette conférence ministérielle coprésidée par la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, en charge de l'espace, et le ministre portugais de la Science, de la Technologie et de l'Enseignement supérieur, Manuel Heitor, la France poursuivra principalement quatre enjeux, soit affichés soit en coulisse. La France semble avoir bien préparé la ministérielle à travers de nombreuses discussions entre le ministère, le CNES et les industriels d'une part, et d'autre part, avec ses principaux partenaires européens, l'Allemagne et l'Italie. Avec Berlin, Paris a même conclu le 16 octobre lors du conseil ministériel franco-allemand à Toulouse un accord portant sur des positions communes pour cette conférence ministérielle. "Je ne pense pas que nous arrivons à Séville avec des sujets trop explosifs à déminer", estime une source proche du dossier.

1/ Une compétition entre la France et l'Allemagne

Qui aura le leadership à Séville entre la France et l'Allemagne en tant que premier contributeur de l'ESA ? Ceux qui expliquent que l'enjeu est ailleurs, font de la langue de bois. Car entre Paris et Berlin, l'espace est un terrain de partenariats mais aussi de compétitions et de rivalités. La France a joué la transparence en débloquant 2,5 milliards d'euros. Soit 400 millions d'euros de plus que prévus par rapport à la trajectoire budgétaire initiale. "Nous serons largement au rendez-vous de Séville", explique-t-on de source proche du dossier.

En revanche, l'Allemagne a caché la copie. "Il y a une petite inconnue qui est le niveau de la contribution que va engager l'Allemagne qui sera très probablement proche de celle des Français", précise-t-on du côté français. Un peu en dessous ou un peu au-dessus ? Alors que la France a toujours été le premier contributeur des programmes de l'ESA, l'Allemagne va-t-elle lui chiper sa place de leader au moment où Frédérique Vidal copréside cette conférence ministérielle ? Il n'est pas impossible que la France réagisse dans ce cas présent. "Mais il est hors de question de se lancer dans des engagements financiers irresponsables", souligne-t-on à La Tribune. La France ne souhaite pas se lancer à nouveau dans "des engagements qui avaient été pris un peu à la légère par le précédent gouvernement".

"C'est normal que la France souhaite avoir un rôle de leader, avait expliqué en juin dernier Frédérique Vidal dans une interview accordée à La Tribune. Maintenant, il y a plusieurs grandes nations spatiales en Europe, notamment la France, l'Allemagne et l'Italie qui, à elles trois, contribuent à 85 % du budget d'Ariane 6. Il est crucial pour la France de rester un acteur majeur du spatial européen".

2/ L'accès à l'espace, la marotte de la France

Depuis toujours, la France a toujours soutenu une politique de souveraineté concernant l'accès à l'espace. "Sur les grands objectifs, il y a évidemment les sujets lanceurs qui nous sont chers en tous les sens du terme", explique-t-on à Paris. Cette autonomie a effectivement un prix. Et la France continue de payer le prix fort pour développer et entretenir la filière lanceur en dépit de sa volonté de partager les coûts avec d'autres pays, notamment l'Italie et l'Allemagne. Ce qui a d'ailleurs entraîné toutes ces dernières années de massifs transferts de technologies vers ces deux pays. Pour autant, Paris a toujours besoin d'alliés pour payer la facture Lanceurs. Soit 2,6 milliards, dont 500 millions d'euros pour la fin d'Ariane 5, qui a réussi son 106e vol dans la nuit de mardi à mercredi, et plus d'un milliard pour la montée en puissance d'Ariane 6. "Nous sommes convaincus de la pertinence d'Ariane 6, donc nous finançons", insiste-t-on à Paris. France et Allemagne ont récemment scellé un accord sur le financement de la filière lanceur.

La France a d'autant plus besoin d'alliés dans la durée qu'Ariane 6 ne pourrait être qu'un lanceur transitoire. Des alliés qui seront nécessaires pour le lancement rapide d'un successeur réutilisable. Ce ne sera pas l'enjeu de cette conférence ministérielle mais la France veut néanmoins d'ores et déjà lancer les briques technologiques comme le moteur low cost Promotheus et les démonstrateurs Themis et Callisto. L'Europe attendra 2022 pour se lancer vraiment dans le réutilisable si cette piste est bien la bonne. D'ici là, la France et l'Allemagne vont continuer à affiner le puzzle industriel de cette filière de part et d'autre du Rhin en vue d'éliminer les doublons. Enfin, la France devra surveiller de près l'envie de l'Italie de lancer Vega E, qui pourrait être l'un des rivaux le plus sérieux d'Ariane 62. En attendant Arianespace et Avio ont conclu le 20 novembre un accord sur l'allocation des satellites européens à se partager entre Ariane 6 et Vega C.

3/ Thomas Pesquet, futur commandant de bord de l'ISS ?

Dans le domaine de l'exploration, la France a une priorité, celle de ramener Thomas Pesquet dans la Station spatiale internationale (ISS). Ce point a d'ailleurs fait l'objet d'une discussion et d'un accord entre Paris et Berlin lors du conseil ministériel franco-allemand le 16 octobre dernier. Pour autant, cette décision appartient à l'ESA. La France souhaite également que Thomas Pesquet puisse être un jour commandant de bord de l'ISS. Cette décision appartient cette fois-ci à la NASA. Il n'y aura pas de décision formelle lors de la conférence de Séville mais un jeu d'influence pour faire avancer ce dossier. "C'est quelque chose qu'on a dans le viseur", explique une source proche du dossier.

Si les dossiers lanceurs sont ficelés ou presque, ce n'est pas le cas en revanche dans le domaine de l'exploration (1,9 milliard). Il va y avoir des discussions entre les Etats membres pour financer des activités liées à l'ISS, à la Lune et à Mars, dans un contexte international marqué par les annonces américaines d'un retour sur la Lune dès 2024 : "Il y a pas mal de projets à faire passer", explique-t-on. Les priorités françaises portent sur la mini-station Gateway (module ESPRIT), Mars (ExoMars, orbiteur de la mission Mars Sample Return), les missions sur la Lune et la station spatiale internationale (vols d'astronautes de longue durée), selon le CNES.

4/ La France veut réformer le principe du retour géographique

C'est une volonté de la France portée par Frédérique Vidal de réformer le juste retour géographique qui a atteint ses limites. Notamment dans le contexte actuel international qui est aujourd'hui beaucoup plus concurrentiel avec la montée en puissance des pays émergents et l'omniprésence des Etats-Unis. "La France porte cette volonté de faire évoluer le juste retour géographique sur investissement", avait indiqué en juin la ministre dans une interview accordée à La Tribune. Non pas le principe lui-même que la France juge vertueux mais sur les modalités. Pourquoi ? L'ESA doit être "plus agile, plus active pour répondre aux évolutions technologiques qui sont de plus en plus rapides, fait-on valoir. Il faut qu'elle soit en mesure de lancer et financer des projets plus rapidement".

Résultat, la France souhaite que s'engage "une réflexion non pas sur le principe mais sur les modalités d'application pour les faire évoluer de façon plus intelligente", explique une source proche du dossier. "C'est un travail lourd qui n'est pas encore abouti", précise-t-elle. Avec un objectif : "La compétitivité des programmes spatiaux européens doit devenir la règle à travers une approche beaucoup plus économique", avait estimé la ministre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2019 à 18:37 :
Bien ils est claire que le programme de devellopement dè ESA n'est pas vraiment donner les resultat escompté.... L'on peux regretté que la gestion de cette agence n'est pas etait plus productifs ...
Nous devons reprendre le programme de navette spaciale " Hernes " et prendre de l'expérience sur les volles spaciaux, le retour atmosphérique....
L'Europe sous l'impulsion de la françe doit être ambitieux dans ses devellopement future... Etre économe et ambitieuse dans ses développement future.
Nous ne pouvons rester à la traîne dans la conquête spatiale....
a écrit le 28/11/2019 à 20:22 :
Je trouve que l'on oublie trop souvent que l'Europe de l'Espace n'aurait jamais vu le jour et les développements qui ont suivi sans la France qui en est la"fondatrice" et "l'apporteur" de projets, de matériels, de moyens, avec un centre de lancement privilégié géographiquement à Kourou. Sans les premiers développements Français de lanceurs, de satellites, l'Europe serait totalement dépendante des US. Comme par ailleurs pour le nucléaire qui a été longtemps le seul vrai bouclier indépendant pour l'Europe, nos hommes politiques manquent de "vigueur", d'ambition et de "caractère" face notamment aux Allemands qui font tout pour "rattraper" le décalage dans ces domaines. Mais voilà, nos petits gamins aux affaires sont vraiment trop "courts"...
a écrit le 27/11/2019 à 21:39 :
Pourquoi vouloir surveiller le développement de Vega E ? Peut être parce que cette fusée italienne est bien meilleure qu'Ariane 6 ? Etonnant quand on connait la vraie histoire d'Ariane 6, dont le projet initial ressemblait fort à cette Vega ... la France aurait elle été mal inspirée de suivre la stratégie d'Arianegroup ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :