Naval Group va créer une coentreprise en Arabie saoudite

 |   |  250  mots
Le groupe industriel français Naval Group a signé un protocole d'accord en vue de créer une entreprise commune avec les Industries militaires d'Etat d'Arabie saoudite.
Le groupe industriel français Naval Group a signé un protocole d'accord en vue de créer une entreprise commune avec les Industries militaires d'Etat d'Arabie saoudite. (Crédits : STEPHANE MAHE)
Le groupe industriel français a signé un protocole d'accord en vue de créer une entreprise commune avec les Industries militaires d'Etat d'Arabie saoudite (Sami), selon un communiqué publié par Sami. Naval Group n'a pas souhaité commenter cette information. Le texte ne précise pas quels types de navires et d'équipements seront susceptibles d'être construits par cette société commune.

Les Industries militaires d'Etat d'Arabie saoudite (Sami) et le groupe industriel français Naval Group ont signé, ce dimanche 17 février, un protocole d'accord en vue de créer une entreprise commune qui produirait et développerait en Arabie saoudite des systèmes navals, selon un communiqué publié par Sami.

Ce protocole d'accord a été conclu en marge d'un salon international de la défense (Idex) qui se tient tous les ans à Abou Dhabi (Émirats Arabes Unis). Sollicitée par l'AFP, une représentante de Naval Group sur place a refusé de commenter l'information.

Côté saoudien, on insiste sur l'objectif de "localiser les compétences et les capacités industrielles", ainsi que sur la création d'emplois "hautement qualifiés".

Le texte ne mentionne pas le type de navires et d'équipements susceptibles d'être construits dans le royaume par cette société commune.

Partenariat stratégique

Celle-ci serait "à la tête des programmes des Forces navales royales saoudiennes" et appuierait "les besoins existants et futurs", indique simplement le communiqué.

Selon le patron de Sami, Andreas Schwer, cité dans le texte, le protocole d'accord avec Naval Group pose les fondations d'un "partenariat stratégique" qui permettra au royaume saoudien d'être plus autonome en matière de défense navale.

Des ONG et des parlementaires français ont appelé à plusieurs reprises à la suspension des fournitures militaires à l'Arabie saoudite en liaison avec son intervention au Yémen et à l'assassinat en octobre par des agents saoudiens de l'éditorialiste Jamal Khashoggi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2019 à 11:18 :
Ben c'est quand même plus facile pour verser les commissions...
a écrit le 18/02/2019 à 0:22 :
Comptons sur le superviseur en chef : l'Italien FINCANTIERI pour couler l'accord.
a écrit le 17/02/2019 à 20:01 :
MDR . En realite , nous risquons de manager les pakistaner ou des égyptiens çar îls est peux probable que le saoudien moyen souhaite travailler de ses mains ....
Bon personnellement cela ne me pose pas de probleme , si nous ne perdons pas d'argent dàns cette histoire .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :