Nouveau casting à la direction de Safran

 |   |  681  mots
Philippe Petitcolin met Safran en ordre de bataille avec une nouvelle direction
Philippe Petitcolin met Safran en ordre de bataille avec une nouvelle direction (Crédits : Safran/Roberto Frankeberg)
Le directeur général de Safran, Philippe Petitcolin a procédé à un vaste remaniement de l'équipe de direction. Stéphane Abrial et Olivier Andriès sont les grands gagnants du jeu de chaises musicales tandis que les "quadras" de Safran poursuivent leur ascension.

C'était prévu par Philippe Petitcolin, qui avait été choisi début décembre comme directeur général de Safran et dont la nomination est effective depuis le 23 avril. Toutefois l'ampleur du remaniement au sein de la direction du groupe aéronautique et de défense pourrait un petit peu surprendre en interne. Pour autant, ce vaste jeu de chaises musicales confirme pleinement la montée en puissance de la bande des "quadras" (Bruno Even, Jean-Paul Alary, Martin Sion, Eric Dalbiès) et des nouveaux grands barons (Olivier Andriès, Stéphane Abrial) au sein de Safran. En outre, Philippe Petitcolin, qui n'a pas fait appel à des talents en externe, a supprimé les postes de directeur général adjoint. Ces nominations prendront effet le 15 juin.

Stéphane Abrial et Olivier Andriès promus

Dans le cadre de ce remaniement, Stéphane Abrial (60 ans), actuellement directeur
général délégué en charge du secrétariat général, est nommé directeur international et relations institutionnelles. Cette direction aura également la responsabilité des directions des programmes transverses et des relations Boeing et Airbus. Bruno Cotté et Jean-Pierre Cojan, qui étaient respectivement directeur général adjoint en charge des relations européennes et internationales et directeur général adjoint en charge de la stratégie et transformation, "assisteront Stéphane Abrial à des fonctions qui seront précisées ultérieurement", a précisé ce jeudi le communiqué de Safran.

Quant à Olivier Andriès (53 ans), PDG de Turbomeca, il est nommé comme prévu président de Snecma, qui aura la responsabilité opérationnelle des sociétés Hispano-Suiza et Techspace Aero. Il est l'un des grands gagnants de ce remaniement en prenant le manche de Snecma. Tous les grands patrons de Safran sont passés un jour par Snecma, Philippe Petitcolin compris. A Olivier Andriès de confirmer. Son prédécesseur à a tête de Snecma, Pierre Fabre (61 ans), est nommé directeur de la recherche et technologie (R&T) et de l'innovation en remplacement d'Eric Bachelet, qui a fait valoir ses droits à la retraite. La direction de la R&T et de l'innovation aura la responsabilité de Safran Analytics.

Enfin, le directeur de l'audit et du contrôle interne du groupe, Alex Fain (60 ans), est nommé secrétaire général en remplacement de Stéphane Abrial. Il aura aussi la responsabilité de l'audit, du juridique, du secrétariat du conseil d'administration et de la sûreté - protection industrielle. Ces quatre responsables feront partie du comité exécutif.

Les "quadras" qui montent, qui montent...

Parmi les "quadras" qui montent, le directeur général de Sagem, Bruno Even (47 ans), prend le manche de Turbomeca. Pour sa part, le PDG d'Aircelle, Martin Sion (46 ans) est nommé président de Sagem tandis que le directeur de la division Safran Electronics chez Sagem, Jean-Paul Alary (48 ans) prend la présidence d'Aircelle. Enfin, le directeur de la stratégie, Eric Dalbiès (47 ans) est nommé directeur de la stratégie et du M&A (fusions et acquisitions). Ils seront également membres du comité exécutif.

Par ailleurs, le directeur du centre d'excellence industriel "Pièces composites tissées", Jean-Jacques Orsini (49 ans), sera le directeur performance et compétitivité. Nouvellement créée, cette direction aura la responsabilité de la direction industrielle et des achats, de la qualité et de la certification, de l'informatique, de Safran +, des CSP et de Safran Consulting. Enfin, le président de Safran USA, Bruno Pasini (47 ans) est nommé directeur adjoint des ressources humaines de Safran. Il rapportera à Jean-Luc Bérard, directeur des ressources humaines du groupe.

A noter tout comme Jean-Jacques Orsini, l'arrivée de Pascale Dubois, directrice de la communication, au comité exécutif de Safran. Le directeur financier, Bernard Delpit, la présidente de Morpho à compter du 1er août, Anne Bouverot, le président de Messier-Bugatti-Dowty, Vincent Mascré, le président de Labinal Power Systems, Alain Sauret, le président d'Herakles, Philippe Schleicher, et le directeur des ressources humaines, Jean-Luc Bérard, complètent le casting du comité exécutif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2015 à 21:38 :
Suite au crash A400M qui mettrait en cause Sagem (mauvaise version du logiciel ECU installée) Bruno Even aurait été débarqué
Réponse de le 30/05/2015 à 9:37 :
L'ECU est l'un des deux calculateurs qui composent le système informatique complexe de régulation et de surveillance des moteurs (Fadec), développé par le groupe allemand MTU Aero Engines (Reuters)
Réponse de le 30/05/2015 à 23:39 :
ECU : Engine Control Unit
FADEC : Full Authority Digital Engine Control
ECU = FADEC = EEC (Electronic Engine Control)
Développé par MTU ? Vraiment ?
Réponse de le 31/05/2015 à 12:19 :
Le FADEC de l'A400M est constitutué de 2 calculateurs par moteur: l'ECU et l'EPMU et de leurs logiciels. Là où ça coince (à mon avis) c'est que l'ECU est sous responsabilité Snecma (Safran) et le logiciel ECU sous responsabilité MTU alors que l'EPMU est entièrement sous responsabilité MTU. Voir rapport Sénat http://www.senat.fr/rap/r08-205/r08-20515.html
Réponse de le 01/06/2015 à 6:31 :
Merci @Zen pour le lien !
a écrit le 29/05/2015 à 13:21 :
On constatera que le "casting" en question ne laisse pas un grande place aux femmes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :