Pétrolier ravitailleur : la France monte à bord du programme italien Vulcano

 |   |  366  mots
Les trois premiers pétroliers ravitailleurs seront livrés en 2022, en 2025, puis en 2027. Le quatrième le sera en 2029.
Les trois premiers pétroliers ravitailleurs seront livrés en 2022, en 2025, puis en 2027. Le quatrième le sera en 2029. (Crédits : Fincantieri)
La France a lancé le programme FLOTLOG (pétrolier ravitailleur) en coopération avec l'Italie. Naval Group a déjà déposé fin avril une proposition à l'OCCAR.

Si le rapprochement entre le chantier italien Fincantieri et Naval Group n'est pas encore scellé (fin juin?), le programme en coopération avec l'Italie portant sur la construction de quatre pétroliers ravitailleurs (FLOTLOG) destinés à la Marine nationale est lui bel et bien lancé. Pourtant, le projet de loi de programmation militaire 2019-2025 évoquait en février dernier seulement "des pistes de coopération en cours d'exploration pour le programme de pétrolier ravitailleur FLOTLOG avec l'Italie". L'exploration a laissé la place à l'action. Ainsi, selon nos informations, Naval Group et STX ont fait une offre fin avril à l'OCCAR, l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement qui gère de nombreux programmes en coopération à l'image de l'A400M.

Sans surprise, le navire proposé par la France est une version dérivée du programme italien Vulcano, qui correspond aux besoins spécifiques de la Marine française. Les Italiens ont eux aussi de leur côté confié à l'OCCAR le premier pétrolier ravitailleur (Logistic Support Ship) d'une série de trois navires après l'avoir notifié en 2015 en national. Ce bâtiment doit être livré en 2019.

Naval Group maître d'oeuvre

La Marine nationale va se doter de pétroliers modernes, conformes aux derniers standards de la réglementation internationale (double coque) et garantissant une autonomie d'emploi et de déploiement. Ces bâtiments seront en soutien des groupes d'action navale (porte-avions, bâtiments de projection et de commandement et frégates engagées en appui de la composante océanique de la dissuasion). Les trois premiers exemplaires devraient être livrés en 2022, en 2025, puis en 2027. Enfin, le quatrième, qui a été rajouté dans la future loi de programmation militaire (2019-2025), pourrait être remis aux marins français en 2029.

Le programme français, dont le système de missions et de combat, sera sous la maîtrise d'oeuvre de Naval Group tandis que STX sera chargé de la construction de la plateforme et du système de propulsion. Enfin, Fincantieri se verra confier de la charge de travail. On évoque la réalisation de trois sections du navire par les sites italiens. Le rapprochement entre les deux chantiers navals est en marche...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2018 à 13:05 :
Nous pouvons envisager des devellopement future dàns les sous marin conventionnelles, les porte hélicoptère voir les porte-avions....
L'Italie est une nation maritime importante ....
a écrit le 16/06/2018 à 18:05 :
Les besoins navals de la France & de l'Italie ne sont pas les mêmes. Les Italiens ne sont pas engagés dans le pacifique, l'atlantique, la Guyane, les Antilles, le canal du Mozambique, clipperton etc...contrairement à la France
a écrit le 15/06/2018 à 20:30 :
Bon , ils faut bien que l'ons arrive a construire quelque chose avec les italien , maintenant que nous avons vendu les derniere arceneaux militaire....
Bon maintenant espérons qu'ils n'y aura pas trops de suppression d'emploi...
a écrit le 15/06/2018 à 17:40 :
Excellente nouvelle. Il faut intensifier la relation et mener des études France-Italie pour concevoir des Porte-Avions. La France n'en a que 0 à 1, selon l'entretien, et il est déjà à mi--vie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :