Pour Florence Parly, le sort du SCAF est "entre les mains du Bundestag"

 |   |  492  mots
Le SCAF et MGCS verront le jour entre 2035 et 2040, a expliqué Mme Parly.
Le SCAF et MGCS "verront le jour entre 2035 et 2040", a expliqué Mme Parly. (Crédits : Benoit Tessier)
Le vote des députés allemands "dans quelques jours sur le démonstrateur" du SCAF aura "une importance décisive et enverra un signal politique fort sur la volonté de nos deux pays de construire l'Europe de la défense", a insisté la ministre des Armées, alors que la chambre basse allemande doit siéger mi-février.

Le sort du futur avion de combat européen, qui doit remplacer les Rafale et Eurofighter à l'horizon 2040, "est entre les mains" des députés allemands, a estimé mercredi la ministre des Armées Florence Parly, les appelant à "envoyer un signal politique fort".

"Depuis 2017, nous avons un objectif extrêmement ambitieux: doter nos armées respectives de moyens de combat de nouvelle génération" dans les domaines terrestre et aérien, avec les programmes de futurs avions (SCAF) et chars (MGCS), a déclaré Mme Parly.

Vote allemand

Elle s'exprimait devant une centaine de députés français et allemands de l'Assemblée parlementaire franco-allemande, qui tient, mercredi et jeudi au Parlement européen à Strasbourg, sa troisième session.

Le SCAF (Système de combat aérien futur, un programme franco-germano-espagnol) et MGCS (Main ground combat system, franco-allemand) "verront le jour entre 2035 et 2040", a expliqué Mme Parly, qui s'exprimait aux côtés de la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer.

"Ces projets avancent bien. Nous sommes engagés depuis début 2019 dans une étude d'architecture qui va nous permettre de préciser les grandes dimensions" du SCAF "dont le démonstrateur devra voler en 2026", a poursuivi la ministre.

Selon elle, "le sort [du SCAF] est maintenant entre les mains du Bundestag": le vote des députés allemands "dans quelques jours sur le démonstrateur" du SCAF aura en effet "une importance décisive et enverra un signal politique fort sur la volonté de nos deux pays de construire l'Europe de la défense", a-t-elle insisté, alors que la chambre basse allemande doit siéger mi-février.

Lire aussi : SCAF : Paris et Berlin ont trouvé un accord sur les moteurs du futur avion de combat européen

Blocage

Les projets SCAF et MGCS "sont bloqués par la commission du budget du Bundestag", a pointé le député français LREM Jean-Charles Larsonneur, qui redoute que ce blocage ne finisse à terme par remettre "en cause l'objectif stratégique d'avoir un avion en 2040".

Des députés membres de cette commission voudraient en effet revoir le partage des tâches décidé entre les motoristes français Safran et allemand MTU sur le SCAF, notamment la désignation, via un accord entre industriels, du français comme tête de file.

"Il n'y a aucun doute que, ensemble, l'Allemagne et la France, nous souhaitons que le SCAF et le MGCS soient réalisés rapidement, efficacement et de façon équitable pour les deux parties", a tempéré Mme Kramp-Karrenbauer.

"Je suis très confiante sur le fait que nous allons arriver lors des prochaines sessions [du Bundestag] ou même lors de la prochaine, à déboucher sur une solution" et obtenir "le feu vert pour le SCAF et même sous peu pour le MGCS", a-t-elle assuré.

Lire aussi : Safran et MTU enfin prêts à développer le moteur du futur avion de combat européen (SCAF)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 14:46 :
Il faut que la France se dépêche avant le départ de Mme Merkel. Mais quid de cet accord si la nouvelle majorité allemande à venir, casse cet accord. Les américains en sous main vont bien manipuler les allemands, pour vendre leurs F35.
a écrit le 06/02/2020 à 14:10 :
Ne soyez pas hypocrites ! Les allemands ont eu les mains liés sur le plan militaire pendant plus d'un demi siècle et on sait pourquoi. Ils ont faillit dominer le monde entier avec leur efficacité militaire et leurs technologies très en avance à l'époque, chasseurs équipés des 1ers moteurs à injection, furtivité, ailes volantes, chars sophistiqués (peut etre trop mais qui peut le plus peut le moins), sous marins, moteur à réaction, missiles ballistiques et de croisière.
Ils ont "boxé" bien au dessus de leur catégorie malgré une population très inférieure en nombre à l'ensemble US/UK/FR/URSS.
a écrit le 06/02/2020 à 14:03 :
Encore une arnaque au président ? Le président c'est le peuple, ses représentants ses serviteurs...
a écrit le 06/02/2020 à 13:49 :
SCAF est un programme a fonds perdu. Mieux vaut tout stopper et se chercher un nouveau partenaire. Les allemands ne sont pas digne de confiance. Imaginez, le Bundestag va valider chaque petite enveloppe budgétaire jusqu'en 2040... Si ils ne sont pas content ils vont tout bloquer. Plus on attends et plus sera cher. L'optimisme de notre ministre n'est que de facade et en coulisse les industriels se font du soucis, d'ailleurs l'objectif de 2040 semble déjà menacé à en croire d'ancien articles de La Tribune...
a écrit le 06/02/2020 à 13:35 :
La Fr est la seule des 27 à croire ! et vouloir ! une défense européenne

J.Y Le Drian FORMIDABLE Ministre des Armées 2012-2017,
déclarait en 2016 : " la défense européenne c'est pour dans 150 ans "

Comment accorder ces 27 additions de pays EGOISTES, déjà divergents sur tout ?
Lors des urgences, ils seraient incapables de trancher
a écrit le 06/02/2020 à 13:24 :
Les Allemands ne sont pas fiables :

sur MBDA ils ont pris le savoir faire français, et lui bloquent pour partie l'export.

piqué savoir-faire espace et avions

Si çà passe sur ce nouveau coup : perdant pour la FR

Hé puis, les poltiques allemands sont bien infiltrés et corrompus par le lobbying U.S

Hollande Macron ont ceci de commun qu'ils cèdent TOUJOURS aux Allemands
a écrit le 06/02/2020 à 13:17 :
Si les allemands démandent encore plus il faut sortir du projet et chercher une collaboration avec le Royaume Uni et l'Inde.
a écrit le 06/02/2020 à 11:49 :
Les députés allemands , comme l'ensemble des politiques de ce pays ,voient seulement dans un projet de défense européenne l'opportunité pour leurs industriels et les salariés de leur circonscription , de ramasser la mise . Le reste n'est pas déterminant , les questions de défense ne pouvant pour eux être contournées du système actuel reposant sur l'Otan . Ils vont batailler jusqu'au bout pour exiger que les français, leader dans ces technologies aéronautiques (avions , moteurs, systèmes) se soumettent à une direction germanique . Et lui abandonne son savoir-faire . Si Dassault , Safran et Thalès ne veulent pas se faire piller , ils devront descendre du projet . Allons plus loin : l'avenir de Dassault est plus avec l'inde qu'avec l'Allemagne . On peut le déplorer , mais ce n'est pas du fait de la partie française .
Réponse de le 06/02/2020 à 13:11 :
EN EFFET,
Ce pays a pillé la FR en Aéronautique, Spatial, et maintenant va réussir à exiger le max sur le SCAF, via son parlement, et la FR CEDER ET !!!!!!!
PROCLAMER : " c'est une magnifique et prometteuse et historique avancée "

PAUVRE FR
a écrit le 06/02/2020 à 11:28 :
Toujours les mêmes problèmes... Les moteurs

Si l'Allemand dirige et se gauffre pas grave, Deutschland uber alles...

On a vu le résultat sur l'A400. En europe seul Rolls Royce et Safran peuvent piloter un moteur digne de ce nom pour un avion type SCAF.... le reste non

Mais bien évidemment le Spountz ne l'entend pas de cette oreille....

De toute façcon le SCAF est mort il estr déjà trop gros et trop lourd pour convenir aux français et être vendable.

il se passera sur le SCAF le même problème que sur l'ACX ACF. La France devra y aller seul.

il ne faut pas oublier que l'eurofighter n'a toujours pas atteint les performances de base... Et que malgré tout le programme est maintenu sous perfusion alors que le bon sens saurait du trancher.

En plus les Allemands finiront par acheter tôt ou tard du F35 ce qui coulera définitivement le SCAF.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :