Safran et Air France annoncent à l'Elysée la création d'une usine en France

Les deux groupes vont ouvrir une usine de réparation de pièces de moteurs d'avions sur le parc d'activité de Sars et Rosière dans la communauté d'agglomération de La Porte du Hainaut (Hauts-de-France). Entre 200 et 250 emplois seront créés.
Fabrice Gliszczynski
D'ici à 2020, l'usine devrait compter entre 200 et 250 salariés, dont 60 provenant de Vallourec, dont la fermeture de son laminoir près de Valenciennes a entraîné la suppression de 300 postes.
D'ici à 2020, l'usine devrait compter entre 200 et 250 salariés, dont 60 provenant de Vallourec, dont la fermeture de son laminoir près de Valenciennes a entraîné la suppression de 300 postes. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)

Safran et Air France-KLM ont choisi la France pour installer leur usine de réparation de pièces de moteurs d'avions. Pour donner plus de poids, le protocole d'accord sur la création d'une société commune (51% pour Safran Aircraft Engines-49% pour Air France Industries KLM Engineering & Maintenance ou AFI KLM E&M), a été signé à l'Elysée par Philippe Petitcolin, le président du directoire de Safran et Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM à l'Elysée en présence de François Hollande et d'Emmanuel Macron.

Les deux industriels vont investir plus de 20 millions d'euros pour créer une usine sur le parc d'activité de Sars et Rosière dans la communauté d'agglomération de La Porte du Hainaut (Hauts-de-France).  La région, qui était en concurrence avec d'autres, mettra la main à la poche à hauteur de 1,2 million d'euros en aides à l'investissement et à la formation, a indiqué Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France.

200 à 250 emplois créés

Spécialisée dans la réparation d'aubages de compresseurs de moteurs d'avions et plus spécifiquement pour les moteurs CFM56 de CFM International (coentreprise entre Safran et General Electric) qui équipent les A320 et les B737, ceux du B777, les GE90 de GE et ceux GP7200 de Engine Alliance qui équipent une partie de la flotte d'A380, l'entreprise démarrera son activité fin 2017. D'ici à 2020, elle devrait compter entre 200 et 250 salariés, dont 60 provenant de Vallourec, dont la fermeture de son laminoir près de Valenciennes a entraîné la suppression de 300 postes.

Haute technologie

Cette activité est hautement technologique puisqu'elle intégrera des fonctions de soudage laser ou de projection de plasma.

"Pour les moteurs des 777 et de l'A380, seule une société de General Electric basée à Singapour répare ces pièces d'aubes de compresseurs. Pour les moteurs CFM56, il y a quatre sociétés au monde qui le font, mais la plus importante et de loin est cette filiale de GE à Singapour", a expliqué Philippe Petitcolin. "Nous avons pris la décision avec Air France-KLM de relocaliser en France et de réinternaliser cette compétence sur notre territoire ."

Safran a créé 7 usines au cours des six dernières années

Même si au sens strict du terme, il ne s'agit pas d'une relocalisation en France d'une activité qui avait auparavant délocalisée, le terme a souvent été utilisé. Notamment par le chef de l'Etat.

"C'est un événement important. C'est une relocalisation. C'est en soi déjà un symbole, symbole que l'industrie française peut répondre aux exigences d'industriels qui ont ce niveau de performance;  un symbole aussi que les Hauts-de-France sont capables d'attirer des industriels; un symbole du savoir-faire français, de la main d'œuvre sur ce site", a-t-il déclaré, en félicitant Safran d'avoir déjà ouvert sept usines en France en six ans et Air France d'avoir investi 400 millions d'euros ces dernières années.

Alexandre de Juniac a quant à lui parlé de réindustrialisation.

"C'est un plaisir de réindustrialiser en France un secteur de très haute valeur ajoutée. Nous sommes contents d'avoir pu choisir un site industriel qui a souffert et sur lequel on peut recréer des emplois", a-t-il indiqué.

Dans le choix du site, les deux groupes "ont pris en compte de la situation particulière de Vallourec", a expliqué Philippe Petitcolin.

Suppressions de postes de Vallourec

"Cette région a subi des restructurations industrielles importantes ces dernières années. La fermeture du site de Saint Saulve de Vallourec est la dernière décision lourde, a rappelé François Hollande (...). Vallourec va pouvoir préserver un certain nombre d'emplois et 60 de ses salariés pourront être accueillis sur le site de cette nouvelle usine (de Safran et d'Air France, ndlr). Vallourec va les accompagner dans la formation", a assuré le chef de l'Etat.

Selon lui, l'annonce de Safran et d'Air France-KLM va en appeler d'autres. "Le groupe PSA aura à cœur d'annoncer des décisions importantes pour conforter le site de Valenciennes."

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.