SCAF : Eric Trappier craint plus le Bundestag que le Covid-19

Le président du GIFAS est inquiet sur le déroulement du programme SCAF de la rapidité de décision du Bundestag. Eric Trappier plaide pour une loi de programmation franco-allemande pour avancer plus rapidement.
Michel Cabirol

4 mn

Selon Eric Trappier, un nouveau programme de coalition peut prendre beaucoup de temps. Si on est optimiste, cela ne prendra que trois mois, mais si cela dure plus longtemps, on arrive aux élections françaises, ce qui renvoie à post-2022 la phase 1 (Eric Trappier)
Selon Eric Trappier, "un nouveau programme de coalition peut prendre beaucoup de temps. Si on est optimiste, cela ne prendra que trois mois, mais si cela dure plus longtemps, on arrive aux élections françaises, ce qui renvoie à post-2022 la phase 1" (Eric Trappier) (Crédits : Dassault Aviation / Pierre Barut)

Auditionné le 14 mai par la commission des Affaires étrangères et de la défense du Sénat, le président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation Eric Trappier a déclaré ne pas être inquiet encore sur le programme SCAF (Système de combat aérien du futur), dont l'avion de combat (NGF- Next generation fighter) sera mis en service en 2040. "On a encore de la marge de manœuvre sur le long terme, a-t-il précisé. Je ne suis pas inquiet sur le calendrier si on arrive à séquencer et que la phase 1 arrive à être amorcée". En revanche, ce qui l'"inquiète, c'est l'enchainement des phases et la rapidité de décision du Bundestag allemand. Cela me fait plus peur que le COVID", a-t-il expliqué aux sénateurs. C'est effectivement un vrai risque connu mais accepté par le ministère des Armées français.

les parlementaires allemands, qui depuis le début craignent que les industriels français soient trop dominateurs dans le projet, ont posé des conditions. Ils veulent en particulier qu'un autre projet militaire franco-allemand d'envergure, le programme de char MGCS (Main Ground Combat System), dont les Allemands sont chefs de file, progresse au même rythme que celui de l'avion du futur. Les deux projets doivent avancer "en parallèle", indique une résolution également votée mercredi sur le sujet. Le programme SCAF est pourtant parfaitement équilibré industriellement au sein des cinq piliers. L'avion de combat (NGF, Next Generation Fighter) est sous maîtrise d'œuvre de Dassault Aviation, le moteur sous celle de Safran tandis que le combat collaboratif connecté et les drones sont sous maîtrise d'œuvre d'Airbus. Enfin, la coordination du programme est partagé entre Dassault Aviation et Airbus. Pourtant les députés ont demandé des garanties pour que les intérêts des entreprises allemandes du secteur technologique soient mieux pris en compte dans le développement du projet.

Une loi de programmation franco-allemande

Le patron de Dassault est également inquiet sur les prochaines élections, qui doivent se tenir en Allemagne et en France. Les prochaines élections fédérales allemandes doivent se tenir en septembre 2021. Selon Eric Trappier, "un nouveau programme de coalition peut prendre beaucoup de temps. Si on est optimiste, cela ne prendra que trois mois, mais si cela dure plus longtemps, on arrive aux élections françaises, ce qui renvoie à post-2022 la phase 1". L'élection présidentielle française est quant à elle programmée en avril 2022. Et là, ce serait le drame. "Ce n'est pas possible", a d'ailleurs affirmé le PDG de Dassault Aviation. Un enchainement qui pourrait freiner considérablement le programme européen, voire plus...

Pour tenir l'échéance le développement des démonstrateurs en 2026, la commande doit arriver au plus tard début 2021. "Il ne faut pas qu'on tarde trop et ma crainte est de ne pas avoir la commande ad hoc, qui doit arriver avant début 2021", a insisté Eric Trappier. Il plaide donc pour "une loi de programmation franco-allemande pour pouvoir développer le programme sans passer tout le temps par le Bundestag pour chaque dizaine de million d'euros". Pas sûr pour autant qu'il soit entendu outre-Rhin par les parlementaires allemands, très à cheval sur leurs prérogatives...

Un problème de confidentialité des données

Pour le PDG de Dassault Aviation, "le Covid-19 nous empêche de nous voir' mais "cela fonctionne". En revanche, il estime que "la confidentialité n'est pas assurée. C'est aux États de nous dire comment nous pouvons échanger sur du confidentiel défense par réseau". Les industriels doivent "mieux communiquer" leurs fichiers de données entre eux et "en toute confidentialité d'autant plus que des grands du numérique en Europe existent même si on ne peut pas se passer des GAFAM pour le moment".

Eric Trappier a également averti que la France aura toujours besoin d'une défense aérienne en attendant avant l'arrivée du SCAF. "Le Rafale doit être amélioré avec une chaine de production jusqu'en 2030-2035 au risque d'un trou dans la production", a-t-il rappelé.

Washington se sert de l'OTAN pour vendre

Comment les États-Unis se servent de l'OTAN pour vendre le F-35 et le F-18 ? Eric Trappier a rappelé que "la plupart des pays européens achètent américains" parce que "l'Europe est sous parapluie américain, les Allemands n'ont plus d'avions américains de combat mais ils se sont engagés, comme certains pays membres, à porter l'arme nucléaire des États-Unis dans le cadre OTAN". Les États-Unis jouent beaucoup l'arme de l'obstruction pour éviter une intégration de l'arme nucléaire sous des avions non américains.

Pour les américains, "la défense est un tout - armées et industries - donc vous devez acheter le matériel pour continuer vos missions. Pour éviter l'achat du F-18 pour porter la bombe nucléaire, il faudrait que les Allemands décident d'arrêter cette mission. Ceci pousserait inévitablement le développement du secteur aéronautique allemand", a fait observer le patron de Dassault Aviation.

Michel Cabirol

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 26/05/2020 à 15:08
Signaler
L'Europe sera vassalisée aux desseins Américains dans sa lutte d'influence grandissante contre la Chine ou n'existera pas... Comme elle avait été tolérée pragmatiquement pendant la guerre froide contre l'URSS pour servir les intérêts Etats-Uniens et ...

à écrit le 25/05/2020 à 19:43
Signaler
Eric Trappier devrait craindre, en plus du Bundestag, ses concurrents germaniques qui rêvent de croquer Dassault, et leur allié idéologique, le gouvernement Macron.

à écrit le 25/05/2020 à 12:26
Signaler
un truc militaire germano-francais , ..... mais cela fait rire, .... beaucoup

le 28/05/2020 à 12:16
Signaler
Une réaction de spécialiste, sans nul doute....

à écrit le 25/05/2020 à 11:49
Signaler
faire du militaire avec les allemands est une idée stupide, c'est avec les anglais qu'il faut travailler

le 25/05/2020 à 13:24
Signaler
Les Allemands comme d'hab veulent piller la technologie FR, Le reste ne l'intéresse pas. Seuls FR et GB en ont la capacité Intégrer éventuellement Espagne et Italie pour plus de débouchés à l'export

à écrit le 25/05/2020 à 10:11
Signaler
Non il faut arrêter avec les allemands maintenant, plus de 40 ans d'échecs devraient quand même nous le faire comprendre ! "“L’erreur est humaine. Persévérer est diabolique.”" Proverbe latin

à écrit le 25/05/2020 à 8:31
Signaler
ce n'est pas nouveau que l'Allemagne profite au maximum de l'Europe surtout pour son industrie le fait est que nos dirigeants Français ont une vision de l'Europe avant la France et nos voisin d'outre Rhin eux c'est l'inverse et le prochain secteu...

le 25/05/2020 à 11:04
Signaler
Commentaire d'une grande naïveté. C'est bien connu la France avec la PAC ou les pays de l'Est depuis leur intégration ou encore les Anglais d'avant Brexit n'essaient ou n'essayaient pas de profiter de l'Europe. Il n'y a que les méchants allemands.

le 25/05/2020 à 16:46
Signaler
@helios 25/05/2020 8:31 La France n'a pas eu besoin de l'Allemagne pour détruire notre industrie. On l'a fait nous-même comme un grand et surtout avec l'aide privilégiée de nos syndicats. Cordialement

le 25/05/2020 à 18:23
Signaler
a hoiann qui n'a rien compris ce n'est en aucun cas le peuple allemand mais de reconnaitre que les dirigeants allemand protège au maximum toute leur entreprise quel que soit leurs activité et les dirigeants Français vende tous ce qu'il peuvent ...

le 25/05/2020 à 21:33
Signaler
Et Nexter, offert aux Allemands !!

à écrit le 25/05/2020 à 6:55
Signaler
L'allemangne a fait le choix de plus d'Europe et moins de nationalisme . D'ailleurs 50% dès exportation allemande on lieux en Europe ... Mais la question est de savoir se qu'ils y aura dàns plus d'Europe . Une union fédérale a cours terme avec la mi...

le 25/05/2020 à 7:54
Signaler
Rogger, le traité "Alliance germano-américaine pour le XXIème siècle", vous en pensez quoi ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.