Solar Impulse boucle sa traversée du Pacifique

 |   |  692  mots
Avec près de 120 heures de vol, le pilote, André Borschberg a largement battu le précédent record mondial de vol en solitaire établi en 2006 par Steve Fossett, qui avait volé pendant 76 heures et 45 minutes (un peu plus de trois jours).
Avec près de 120 heures de vol, le pilote, André Borschberg a largement battu le précédent record mondial de vol en solitaire établi en 2006 par Steve Fossett, qui avait volé pendant 76 heures et 45 minutes (un peu plus de trois jours). (Crédits : © Thomas Peter / Reuters)
L'avion, qui a entrepris le tour du monde sans une goutte de carburant, vient de se poser à Hawaï. Il était parti lundi du Japon.

L'épreuve a été menée jusqu'au bout. Après une traversée de près 8.200 kilomètres et 120 heures de vol au-dessus de l'océan Pacifique à la seule énergie solaire, l'avion Solar Impulse 2 s'est posé peu avant 18h heure française vendredi 3 juillet à Hawaï, battant ainsi le record mondial de vol en solitaire.

"Il a réussi", a publié l'organisation sur son compte Twitter tandis que l'avion alimenté à la seule énergie solaire touchait le sol, au moment où le Soleil se levait sur l'archipel américain.

"Difficile" à croire

Un collier de fleurs exotiques autour du cou, l'homme d'affaires et pilote suisse André Borschberg apparaissait très souriant et rasé de frais sur les images diffusées en direct sur le site consacré à cette aventure.

"Difficile de croire ce que je vois: #Si2 à Hawaï! Mais je n'ai jamais douté que@andreborschberg pourrait le faire", a rapidement tweeté Bertrand Piccard, le second pilote de l'appareil.

Des siestes de 20 minutes

L'avion expérimental s'est posé comme prévu à l'aéroport Kalaeloa, sur l'île principale de Oahu, à environ 30 kilomètres à l'ouest d'Honololu. La voix fatiguée, M. Borschberg avait confié au poste de contrôle vers 12H30 GMT avoir "fait des petites pauses" mais être "bien réveillé maintenant". Il lui restait alors un peu plus de 180 km à faire, soit 3h30 de vol. Il a fait des siestes de 20 minutes seulement pour pouvoir garder le contrôle de l'appareil.

Les organisateurs avaient tweeté une dizaine d'heures plus tôt: "@andreborschberg est fatigué. Avec des turbulences à 2.400 mètres d'altitude et un front froid proche, LA SITUATION EST DIFFICILE".

Un moment historique

Avec près de 120 heures de vol, André Borschberg a largement battu le précédent record mondial de vol en solitaire établi en 2006 par Steve Fossett, qui avait volé pendant 76 heures et 45 minutes (un peu plus de trois jours).

"C'est vraiment un moment incroyable. Nous avons aperçu André il y a cinq minutes. Vous imaginez d'où il arrive? Du Japon!", avait indiqué Bertrand Piccard deux heures avant l'arrivée. "Cinq jours et cinq nuits dans les airs", a-t-il relevé, très ému.

"Il est là, à quelques centaines de mètres au-dessus de la mer. C'est absolument fantastique", a-t-il poursuivi. "Il a volé aussi longtemps sans absolument aucun carburant. (...) C'est quelque chose d'historique".

Prochaine étape: probablement l'Arizona

Des images en direct de l'appareil diffusées sur le site internet de l'expédition ont permis de suivre dans le monde entier les dernières heures d'approche sur Hawaï. Celle-ci se faisant de nuit, seuls les phares de l'avion ont dessiné sa longue silhouette jusqu'aux premiers rayons du Soleil.

Bertrand Piccard prendra les commandes pour la prochaine escale qui devrait relier l'archipel d'Hawaï à Phoenix, en Arizona (sud-ouest des Etats-Unis). Mais la destination n'est pas arrêtée définitivement, a précisé un organisateur.

Une minutieuse préparation à cette épreuve d'endurance

L'avion, qui avait aussi dû patienter auparavant un mois en Chine, était parti le 9 mars d'Abou Dhabi pour un tour du monde de 35.000 kilomètres, le premier d'un avion propulsé par l'énergie solaire et destiné à promouvoir l'usage des énergies renouvelables. L'avion dont les ailes sont couvertes de cellules photovoltaïques, charge ses batteries la journée et peut voler la nuit avec l'énergie électrique accumulée.

André Borschberg était seul dans la cabine non pressurisée de 3,8 mètres cubes. Volant à des altitudes allant jusqu'à 9.000 mètres, il a utilisé des bouteilles d'oxygène pour respirer, et a subi de grandes variations de températures lors d'une même journée. Le pilote s'était minutieusement préparé à cette épreuve d'endurance, de même que Bertrand Piccard qui vole en alternance avec lui sur le Solar Impulse.

Yoga et méditation

Ce psychiatre, qui vient d'une famille d'explorateurs, a déjà réalisé le premier tour du monde en ballon sans escale.

"Le but est de se sentir à l'aise pour être capable d'accepter mentalement, et même d'aimer, être dans ce cockpit durant une période aussi longue", a raconté André Borschberg.

"J'utilise des techniques de yoga et de méditation, et mon partenaire d'auto-hypnose, pour nous détendre", avait-il précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2015 à 23:53 :
grotesque.
a écrit le 05/07/2015 à 1:01 :
Plutôt que Solar Impulse, il eût certainement été préférable d'investir les mêmes sommes dans les véhicules électro-solaires dont l'intérêt et l'impact, tant sur la pollution, l'économie et la baisse d'utilisation des énergies fossiles étaient largement plus importants. En effet ces véhicules électro-solaires classe "Cruiser" 2/4 places dont il existe déjà une quinzaine de modèles ont pour intérêt : - très bonne autonomie y compris de nuit, - 10 fois moins de batterie que pour un EV classique (moins de 60 kg pour 830 km d’autonomie homologués pour l’eVe Sunswift par exemple dont 500 km la nuit à plus de 106 km/h constants), - très peu de bornes de recharges à prévoir, - excellente efficacité énergétique donc également excellent bilan par le minimum de matières premières utilisées, - pas d’impact sur le réseau électrique mais au contraire fourniture d’électricité possible (de 6 à 15 m2 de solaire vitrages inclus), - potentiel d’amélioration (rendement solaire, batteries etc) encore important, etc Voir modèle commercial proche Swinburne Solar X, 4 modèles Hanergy Solar (Chine) en collaboration avec Tesla, déjà autorisées sur route Stella Solar (4 places, 730 km charge pleine et 430 la nuit à plus de 100 km/h), transférable eVe Sunswift Solar 2 places : 500 km à plus de 106 km/h (140 km/h en pointe) avec une seule charge et 830 km avec solaire (test officiellement homologué par la FIA, Guiness etc), Suncruiser Solar, Solarword GT (+ d’1 million de km par tous temps), Calgary Solar, Daedalus Solar, SERVe (Solar Electric Road Vehicle = Tata et Manipal Univ. Inde), Tafe Sa, Solar Mobil Malindra, Midnight Sun XI Solar, Navitas Solar Purdue, Stanford Luminos etc. Efficacité sup. d’un facteur 12 comparé à un véhicule actuel (faible poids, tb aérodynamisme, rendement 98% des moteurs dans roues 1,5 KW, récup. d’énergie de plus de 80% au freinage, minimum de batterie = moins de 60 kg, gestion efficiente de l’énergie, excellents Cx/Cd 0,07 au mieux comparé à 0,24 pour Tesla, coef. de roulement, 6 à 15 m2 solaire avec vitrages évent. 30% rendement actuel et + etc). Jonction en cours avec les véhicules électriques encore nettement moins efficients. Plus de 60 universités de pointe concernées dans le monde (Stanford, MIT, Eindhoven, Twente, Bochum, NSW Univ, Caltech, Calgary, Purdue, Malindra etc) + retombées technos. Il y a accessoirement aussi HySolarKit qui est un kit pour convertir un véhicule à moteur classique en un véhicule hybridosolaire. Le système permet de réduire les consommations de 20 à 40% selon les usages de même que les émissions, avec un coût très faible par rapport à l’achat d’un véhicule hybride.
Réponse de le 05/07/2015 à 16:42 :
Merci pour votre discours, quel magnifique somnifère ! après plusieurs jours d'insomnie je bâille déjà….
a écrit le 04/07/2015 à 23:10 :
J'aime beaucoup le titre: Solar Impulse boucle sa traversée du Pacifique
Pour information du journaliste: Hawaï est au milieu de l'océan pacifique, donc il reste encore l'autre (petite) moitié à parcourir.
L'école n'est pas obligatoire pour les journalistes? ou la géographie n'est pas enseigné?? BRAVO
a écrit le 04/07/2015 à 15:01 :
Pour voyager en avion dans le futur, il faudra posséder un brevet de yoga , de méditation, et d'auto-hypnose. Et du temps devant soi. Tout le contraire d'aujourd'hui, où on n'a pas de temps, on est stressé et où il faut aller de plus en plus vite. Vivement le futur qui ne sera qu'un retour à un juste équilibre. Quant au moyen de voyager, puisque ce sera lentement, j'ai une préférence pour le bateau à voile, qui a fait ses preuves depuis belle lurette.
Réponse de le 04/07/2015 à 16:18 :
Pas faux. Vous nous rappelez que même les pilotes aujourd'hui, quand ils sont des cas psy, ils ne pensent pas deux fois avant de tromper leurs patrons et faire ce qu'un certain copilote a fait tout récemment dans les Alpes-de-Haute-Provence.
a écrit le 04/07/2015 à 12:19 :
Assez intelligent
a écrit le 04/07/2015 à 8:12 :
"L'avion, qui avait aussi dû patienter auparavant un mois en Chine"
C'était au Japon à Nagoya et non pas en Chine... A rectifier dans votre article cher Monsieur, merci.
Réponse de le 04/07/2015 à 9:19 :
C'est juste. Mais quand il s'agit de parler de la Suisse, on ne peut pas espérer des grandes précisions de la part de journalistes français. C'est dommage.
Réponse de le 05/07/2015 à 10:23 :
C'est que la Suisse est un pays trop lointain pour nous en France, on n'en sait pas grande chose…. :-)
a écrit le 04/07/2015 à 7:46 :
Bravo. En tant que français, je félicite les suisses pour cet exploit hors norme. L'exploit d'avoir investi des masses d'argent dans ce programme de recherche qui sera au final bénéfique à l'ensemble de la planète. C'est pas en France qu'on aurait trouvé le moindre financement ... Et l'exploit en tant que pilote d'un vol aussi le long et aussi contraignant, sans parler d'une minutieuse préparation. Bravo les suisses !
a écrit le 03/07/2015 à 21:03 :
Le journal Le Figaro a fait un superbe reportage saluant l'exploit du Français André Borschberg et de son co-équipier Bertrand Piccard, j'exulte ! c'est la France éternelle qui démontre encore une fois sa capacité de relever tous les défis de ce monde. Bravo, André, on est tous avec toi !
Réponse de le 03/07/2015 à 23:29 :
Borschberg et Piccard sont suisses tout comme Solar Impulse.
Réponse de le 04/07/2015 à 7:47 :
Obywan vient de se ridiculiser, LOL !
Réponse de le 04/07/2015 à 9:16 :
En effet, Solar Impulse est une invention suisse et les pilotes sont aussi des citoyens suisses. Mais il est vrai que le reportage du "Figaro" (ainsi comme celui de "l'Immonde") contre toute déontologie, ne cite en aucun moment la nationalité ni de l'avion ni des pilotes. Bien entendu il s'agit là d'une question assez claire de mauvaise foi.
Réponse de le 04/07/2015 à 15:08 :
@ obywan : vous êtes sûr qu'ils sont même des Français ?…. j'avais lu qu'ils étaient des Belges… il va falloir vous renseigner un peu mieux peut être.…
a écrit le 03/07/2015 à 20:46 :
VIVE LA FRANCE DE L'INNOVATION, LA FRANCE DES PIONNIERS !!! BRAVO !!!
Réponse de le 03/07/2015 à 21:59 :
Euh ou avez vous vu qu'ils sont français? A ma connaissance et selon wikipedia ils sont suisses!!!
Réponse de le 04/07/2015 à 13:16 :
La moquette tu sais ça crée des délires…. :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :