Thales monte à bord d'une constellation qui veut offrir le premier réseau mondial 5G par satellites

 |   |  713  mots
Le développement des deux premiers nano-satellites débute immédiatement, pour un lancement prévu en 2021.
Le développement des deux premiers nano-satellites débute immédiatement, pour un lancement prévu en 2021. (Crédits : Omnispace)
Thales Alenia Space a été sélectionné par Omnispace pour la construction des deux premiers nano-satellites dans le cadre d'une constellation en orbite basse. Elle a pour ambition d'offrir le premier réseau mondial 5G par satellites. Le lancement de ces deux nano-satellites est prévu en 2021.

Thales Alenia Space (TAS) est vraiment devenu le grand spécialiste des constellations mondiales (Globalstar 2, Iridium, O3b, Blacksky, Kineis...). Le constructeur de satellites franco-italien a remporté un nouvel appel d'offres important. Il été sélectionné par le fournisseur de communications américain Omnispace en vue de développer la composante initiale de sa future constellation satellitaire dédiée à l'Internet des Objets (IoT). "Le choix d'Omnispace renforce la position de leadership de Thales Alenia Space et démontre notre expertise dans les communications par satellite dédiées à l'IoT", a expliqué le nouveau PDG de TAS Hervé Derrey, cité dans le communiqué commun d'Omnispace et de TAS, publié jeudi.

"Fort de son expertise en matière de constellations de satellites en orbite basse, Thales Alenia Space est parfaitement qualifié pour soutenir notre vision consistant à fournir le premier réseau mondial 5G par satellites, a affirmé le PDG d'Omnispace Ram Viswanathan cité également dans le communiqué commun. Cet investissement dans notre infrastructure satellitaire de nouvelle génération permet de progresser dans le développement de notre technologie et de démontrer nos capacités uniques, tandis que nous poursuivons nos efforts pour lancer notre vision élargie d'un réseau hybride mondial".

La future constellation permettra à Omnispace de mettre en œuvre son projet et son ambition consistant à fournir un réseau de communications hybride mondial basé sur les normes 3GPP (3rd Generation Partnership Project), qui est une coopération entre organismes de normalisation en télécommunications. La future constellation vise à offrir le premier réseau mondial 5G NTN (réseaux non terrestres) sur le marché. Omnispace et TAS contribueront ainsi, au développement de la norme 3GPP relative aux réseaux NTN, qui sera mise en œuvre à l'échelle mondiale.

TAS embarque une société lituanienne à bord

TAS est en charge de la conception et de la construction d'un premier jeu de deux nano-satellites, qui seront exploités depuis l'orbite basse. La plateforme a été confiée à la PME lituanienne NanoAvionics, soutenue par l'Agence spatiale européenne (ESA) et la commission européenne tandis que TAS développera la charge utile. Pourquoi NanoAvionics et pas Hemeria qui est déjà à bord de la constellation Kinéis ? Selon des sources concordantes, Hemeria n'avait pas la capacité de mener de front ces deux projets en même,temps. Toutefois, la PME spatiale se tient prête pour embarquer à partir de 2022 dans la phase de déploiement de la constellation.

Sur le plan technologique, les deux constellations ont bien sûr des ressemblances mais certains critères techniques diffèrent. Ainsi, la plateforme et la charge utile sera similaire à celle de Kinéis, fournie par TAS, qui a également embarqué la PME bretonne Syrlinks elle aussi à bord de Kinéis. Cela a permis de respecter le calendrier de développement très ambitieux ainsi que les performances très élevées des nano-satellites. Dans ce cadre, le développement des deux premiers nano-satellites débute "immédiatement" pour un lancement prévu en 2021. Cette opération permettra à Omnispace de mieux définir le développement et la mise en œuvre d'un réseau hybride mondial (terrestre et spatial).

"Il s'agit d'une étape majeure alors que Omnispace entame le développement de sa constellation de satellites en orbite basse de nouvelle génération qui sera opérationnelle en bande S", ont expliqué Omnispace et TAS.

Qui est Omnispace ?

Créé en 2012, Omnispace, qui estime que le coût de son projet est nettement inférieur à celui des autres constellations en cours de financement et de déploiement, dispose déjà d'un certain nombre de partenaires et d'investisseurs comme Colombia Capital, Greenspring Associates, l'opérateur de satellites télécoms Intelsat, Telcom Ventures LLC, la société de capital-risque TDF Venture. Omnispace se dit bien capitalisé pour réaliser son ambition et ses projets sur le long terme. Columbia Capital, Telcom Ventures et Greenspring Associates sont les principaux investisseurs dans l'entreprise.

En outre, Omnispace, qui a déjà obtenu fin 2019 un contrat de l'US Air Force (SBIR-Small Business Innovation Research) pour offrir de la capacité aux combattants américains, s'appuiera très certainement sur Intelsat pour fournir des solutions de connectivité différenciées pour les entreprises et pour les utilisateurs de mobiles dans le monde entier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2020 à 10:56 :
Dans l'utilisation de l'espace et ses applications, l'Europe spatiale reste un partenaire incontournable.
Ce qui est rassurant pour la suite.
Et les fournisseurs de satellites franco italiens ou franco allemands sont des leaders incontestés en solutions satellites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :