Thales vend ses activités de systèmes et de gestion d'identité

Après Safran, Thales est en train de vendre ses activités de systèmes et de gestion d'identité sécurisée, selon plusieurs sources concordantes. Cette activité réalise 50 millions d'euros de chiffre d'affaires environ.
Michel Cabirol
Thales a vendu des systèmes et de gestion d'identité dans plus de 25 pays. Soit plus de 300 millions de documents d'identité produits.
Thales a vendu des systèmes et de gestion d'identité dans plus de 25 pays. Soit plus de 300 millions de documents d'identité produits. (Crédits : Thales (Bernard Rousseau))

Décidément ça bouge dans l'industrie de la sécurité. Après Safran, Thales est en train de vendre à un repreneur ses activités de systèmes et de gestion d'identité sécurisée, qui sont toutefois bien plus modestes que celles du groupe dirigé par Philippe Petitcolin, selon plusieurs sources concordantes. Interrogé par La Tribune, Thales ne fait pas de commentaire.

Cette activité, qui est regroupée au sein de la division de Marc Darmon, directeur général adjoint de Thales, en charge des activités systèmes d'information et de communication sécurisés, n'a pas la taille critique pour affronter un marché en pleine recomposition, avec l'arrivée notamment de nouveaux entrants et composé de poids lourds comme Gemalto, Safran I&S et Oberthur, Giesecke & Devrint... Les solutions sécurisées développées par Thales couvrent principalement la collecte des données d'état-civil, l'enrôlement biométrique des personnes ainsi que la gestion des systèmes identitaires.

Un développement à l'extérieur de Thales

Pour l'électronicien, intégrateur de systèmes identitaires sécurisés, il semblerait que le constat a été le même que celui de Safran : pour se développer, cette activité, qui réalise 50 millions d'euros de chiffre d'affaires environ (85 emplois environ), devra le faire à l'extérieur du groupe. A l'image de Safran, le groupe présidé par Patrice Caine, souhaite trouver un acquéreur, qui assure la pérennité de cette activité et le maintien de l'emploi.

Si Thales revendique une expertise dans la gestion d'identité numérique et la biométrie, ses produits ne lui procurent pas toutefois un avantage concurrentiel déterminant. Enfin, Thales n'est pas parvenu à développer de réelles synergies entre cette activité et le reste du groupe. D'où cette vente qui devrait attirer certains des fonds déjà intéressés par les activités de sécurité de Safran.

Vente dans 25 pays

Thales a vendu des systèmes et de gestion d'identité dans plus de 25 pays. Soit plus de 300 millions de documents d'identité produits. Mais ce sont en général des contrats avec des montants modestes remportés auprès des ministères de l'Intérieur locaux. Thales est le leader de la biométrie civile en France avec la gestion des quatre plus importants programmes biométriques nationaux. En 1980, Thales a fourni à l'État français le premier système de production de cartes d'identité informatisé, qui a ensuite été décliné pour produire les titres de séjour pour les étrangers résidents en France.

Début 2013, Thales a notamment gagné un contrat de maintien en condition opérationnelle et une modernisation du système d'enrôlement biométrique des passeports français. A partir de 2012, le groupe a développé pour le compte du ministère de l'Intérieur le logiciel de capture permettant d'intégrer également les empreintes digitales dans les titres de séjour électroniques des étrangers qui résident en France. Par ailleurs, à l'étranger, le Maroc a fait confiance à Thales pour la fourniture annuelle de 5 millions de cartes d'identité. Au Kenya, le groupe a déjà produit plus de 30 millions de cartes d'identité tandis qu'au Cameroun, Thales a fourni un système afin de produire et gérer les cartes nationales d'identité et les cartes de résidents.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 25/10/2016 à 18:22
Signaler
C'est l'Imprimerie Nationale qui rachète.

à écrit le 06/10/2016 à 18:03
Signaler
Vous ne nous dites pas qui achète (chinois ou amerloc...)

à écrit le 06/10/2016 à 11:56
Signaler
Quel scoop! Cela fait deux mois que les syndicats tractent sur le sujet!

à écrit le 06/10/2016 à 11:06
Signaler
Alstom a demontre que la vente de Power pour renforcer la branche transport etait du vent et que le fait d'etre sur plusieurs secteur permettaient d'etre fort (seul, le pdg s'est enrichi). Alors maintenant, vente d'une activité chez Thales au lieu de...

à écrit le 06/10/2016 à 10:09
Signaler
Le problème est que tous nos fournisseurs sont devenus concurrents et nous ont pris nos parts de marché ... Du temps de Thomson-Csf, Idmatics était LE leader Mondial des documents identitaires. Nous faisions même la Green Card américaine !!!

à écrit le 06/10/2016 à 8:54
Signaler
Normal c'est une voix de garage, il vaut mieux vendre maintenant avant que tous ne s'en rendent compte.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.