Ventes d'armes : Berlin continue de bouder l'Arabie Saoudite

 |   |  252  mots
L'Allemagne a prolongé le gel des ventes d'armes vers l'Arabie saoudite
L'Allemagne a prolongé le gel des ventes d'armes vers l'Arabie saoudite (Crédits : POOL)
L'Allemagne a prolongé l'embargo des ventes d'armes à destination de l'Arabie Saoudite jusqu'au 31 décembre 2020.

C'est "nein" et ce n'est pas vraiment une surprise. Lors d'un point presse, un porte-parole de la chancellerie a annoncé lundi qu'"aucune nouvelle demande (de licences d'exportation, ndlr) sur l'Arabie Saoudite ne sera autorisée jusqu'au 31 décembre 2020". Ce qui signifie que les livraisons ne sont pas annulées mais à nouveau suspendues. Berlin avait décidé en novembre 2018 un embargo des ventes et des livraisons d'armes à destination de Ryad après l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Ce gel avait été prolongé en septembre 2019 pour six mois.

Récemment, le Prince Faisal bin Farhan Al Saoud avait pourtant exhorté l'Allemagne à lever son embargo sur les armes. Maniant la carotte et le bâton, le ministre des Affaires étrangères a rappelé dans une interview à l'agence de presse allemande DPA  "la haute qualité de l'armement" allemand mais a averti qu'il "existe d'autres sources où vous pouvez obtenir de tels armements". Et de conclure que "nous allons acheter ce dont nous avons besoin, où nous pouvons l'obtenir".

Une prolongation jusqu'au nouveau gouvernement allemand?

La fin théorique de l'embargo est donc prévu le 31 décembre 2020 mais on voit mal le gouvernement reprendre les exportations d'armes vers l'Arabie Saoudite à seulement neuf mois des élections fédérales pour le renouvellement du Bundestag qui sont prévues en septembre 2021. Résultat, en tenant compte des négociations sur la constitution ou pas d'une coalition, il est possible que l'Allemagne débloque les exportations durant l'hiver 2021/2022... en plein dans la campagne présidentielle en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2020 à 12:07 :
Lorsque que l'Ons a. Un excédent economique importànt, îls est simple de choisir ses clients... Malheureusement, se n'est pas le cas de la France ...
L'on vends se que l'on peux pour ne pas être trops dàns le rouge et faire chauffé la marmite.... ( même si çela est désagréable) .
Maintenant, je regrette que cette embargaux pénalise aussi les exportations de notre pays ... D'ailleurs notre gouvernement conduits une politique afin de n'être plus otage de pays tiere ( USA, ou Allemagne ) .
a écrit le 26/03/2020 à 10:01 :
Berlin Boude.
a écrit le 26/03/2020 à 9:57 :
Si la stratégie française en KSA consiste désormais à espérer des contrats dont l'Allemagne ne veut pas, on ne va pas aller très loin...
Tout d'abord parce que l'Allemagne continue à livrer des systèmes militaires en KSA (la position allemande est bien plus nuancée que le dit l'article. Les systèmes contribuant à la lutte contre le terrorisme ou non-létaux sont toujours fournis. Et cela fait beaucoup).
Deuxièmement parce que la période de disette de la France et ses industriels est due à leurs agissements antérieurs. Des systèmes et des réseaux qu'ils ont tout fait pour préserver et que MBS a fait voler en éclats.
Cela va mettre du temps...
a écrit le 26/03/2020 à 9:06 :
Le problème c'est qu'il faut de l'argent pour maintenir la filière, on ne peut pas pour tout comme pour les usines de chars et d'avions de chasse, payer les gens à ne rien faire et les faire bosser une fois par semaine sur 1 unité pour qu'ils ne perdent pas la main.
Il y'a aussi les fournisseurs secondaires qui ont besoin d'un minimum de commande pour maintenir la viabilité de leur filière.
Hors si l'armée française ne peut pas passer plus de commande, comment on fait ? Il faut de l'export ou l'allemagne doit elle acheter du matériel.
a écrit le 26/03/2020 à 4:05 :
Tant mieux , cela nous permet de pouvoir être un peu plus de possibles vendeurs , ce qui ne peut pas faire de mal en ces temps difficiles. Mais au delà de cet intérêt à court terme, c'est encore la crédibilité de cette UE qui est en cause. De plus nos deux grands projets de coopération avec l'Allemagne sur le SCAF et le char lourd, sont une nouvelle hérésie car le seul intérêt de ces programmes reposent uniquement sur l'exportation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :