Washington attaque à l'OMC les aides de Pékin à son aéronautique

 |   |  256  mots
Comac prépare le premier vol de son moyen-courrier C919 et ne cache pas sa volonté de créer des gros-porteurs.
Comac prépare le premier vol de son moyen-courrier C919 et ne cache pas sa volonté de créer des gros-porteurs. (Crédits : REUTERS/China Daily)
Les Etats-Unis ont engagé mardi une bataille commerciale contre la Chine devant l'OMC (organisation mondiale du commerce) en accusant Pékin d'offrir à ses avionneurs des exonérations fiscales.

Washington tape du poing sur la table. Après l'Europe en 2004, la Chine aujourd'hui. Les Etats-Unis ont engagé mardi une bataille commerciale contre la Chine devant l'OMC (organisation mondiale du commerce) en accusant Pékin d'offrir à ses avionneurs des exonérations fiscales qui pénaliseraient les constructeurs américains. Concrètement, l'administration Obama a lancé des "consultations" avec la Chine qui correspondent à la première étape de la procédure de règlement des litiges à l'Organisation mondiale du Commerce.

"Les mesures fiscales chinoises injustes et discriminatoires nuisent aux travailleurs et aux entreprises américaines de l'industrie aérienne", a affirmé le Représentant spécial au Commerce extérieur américain, Michael Froman, dans un communiqué.

TVA

Les Etats-Unis reprochent notamment des exemptions de TVA sur les avions de -25 tonnes fabriqués en Chine (ARJ21) alors qu'elle représente 17% sur les avions de moins de 25 tonnes importés. En outre, explique le secrétariat au Commerce extérieur américain, la Chine n'a pas publié ces exemptions, ce qui constitue à ses yeux une infraction aux engagements de transparence prise par la Chine lors de son adhésion à l'OMC. Pour les Etats-Unis, l'impact concerne à la fois les fournisseurs aéronautiques et les avionneurs de petite et moyenne taille.

Avertissement

L'ARJ étant tout sauf un concurrent américain, cette attaque américaine semble plus constituer un avertissement à la Chine qui veut devenir une puissance aéronautique. Comac prépare le premier vol de son moyen-courrier C919 et ne cache pas sa volonté de créer des gros-porteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2015 à 11:56 :
C'est en 2010 ou 2011 que la Chine a envoyé l'omc dans le mur..??
a écrit le 09/12/2015 à 9:28 :
Je rajouterais à mon commentaire le fait que si ils équipent leurs avions de moteurs et d'avionique occidentaux ,ils vont créer la zizanie entre fabriquant de cellule et de moteur chez nous, chacun ne voyant que son interet tirera la couverture à soi .Il va falloir que les acteurs industriels et les politiques soient capable de gérér trés finement ce risque .......
a écrit le 09/12/2015 à 9:19 :
Tout cela est puérile du coté americain et montre une inquiétude de leur part.Notons qu'Airbus et l'Europe doivent etre dans le meme état d'esprit .Bien sur Airbus et Boeing sont concurent ,mais avec des couts surtout salariaux quasi identiques.Avec l'arrivé d'un concurrent chinois ça risque de changer ,surtout si il se dote d'une gamme complete d'avions .Ils repondront aux normes internationnales de sécurités et le marché aéronautique n'est pas seulement européen et americain ,beaucoup de pays pauvres ou en developpement pourraient lorgner vers ces avions bien moins cher que les avions occidentaux, d'autant que la Chine ,avec derriere sa puissance économique, serra faire des compensations comme l'occident sait le faire avec eux .Si la Chine sait faire des avions ,elle n'en est pas encore au point de faire les moteurs qui vont avec et qui peuvent faire la difference sur le produit final en matiere de fiabilité et de consommation .Mais les asiatiques apprennent vite et savent copier les plus hautes technologies .On ne voit pas pourquoi des ingenieurs formés à Pekin serraient inferieur à ceux formés à Paris ou à New York!Bien sur l'experience manque mais ils serront mettre les bouchées doubles comme les japonais ont su le faire en leur temps .Le risque c'est que le differentiel de prix entre les avions chinois et occidentaux ne se traduise par des délocalisations de plus en plus fortes vers la Chine entrainant des transferts technologiques voulus ou non voulus qui leur serront trés profitables!Si l'occident perd des parts de marchés dans ce domaine si remunerateur aux salaires élevés ,les consequence sociaux économiques en serront trés importantes ,car qui dit salaires élevés dit pouvoir d'achat élevés et surtout cotisations sociales (sécu ,complementaires ext .....)élevées sans compter les rentrés fiscales moindres !Les risques sont bel et bien là et donc le nervosité monte en occident ..........
Réponse de le 10/12/2015 à 1:47 :
Sachez que nous formons des centaines d'ingénieurs aéronautiques chinois notamment du côté de Toulouse... Boeing se méfie beaucoup plus des chinois que nous. Et pour le coup ils ont raison !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :