Zahira Bouaouda, première femme à diriger une entreprise aéronautique au Maroc (Matis Aerospace)

 |   |  174  mots
Depuis le 3 juillet, Zahira Bouaouda est à la tête de Matis Aerospace, une société commune détenue à 50/50 par Safran Electrical & Power et Boeing, spécialisée dans les câblages électriques aéronautiques.
Depuis le 3 juillet, Zahira Bouaouda est à la tête de Matis Aerospace, une société commune détenue à 50/50 par Safran Electrical & Power et Boeing, spécialisée dans les câblages électriques aéronautiques. (Crédits : Jahwar Kodadi)
Zahira Bouaouda a été nommée présidente de Matis Aerospace, une société commune détenue à 50/50 par Safran et Boeing, spécialisée dans les câblages électriques aéronautiques.

Depuis le 3 juillet, Zahira Bouaouda est à la tête de Matis Aerospace (820 salariés), une société commune détenue à 50/50 par Safran Electrical & Power et Boeing, spécialisée dans les câblages électriques aéronautiques et basée au Maroc, à Casablanca. Elle devient la première femme à diriger une entreprise aéronautique au Maroc. Fondé en 2001 avec la Royal Air Maroc, Matis Aerospace livre plus de 110.000 câblages par an à cinq clients. Soit un chiffre d'affaire de 75 million d'euros. Elle atteint 100% de livraison à l'heure, a expliqué le communiqué de Matis Aerospace.

Zahira Bouaouda a débuté sa carrière en 1997 en tant qu'auditeur chez Dorlian & Associés puis MCA & Associés. Puis elle a intégre KPMG Maroc en 2001 en tant que Senior Manager et a rejoint en 2006 Matis Aerospace, au poste de directrice financière, avant de devenir directrice des opérations en 2017. Zahira Bouaouda, 43 ans, a un double diplôme (Business Administration and Management et Expertise Comptable) de l'Institut Supérieur de Commerce et d'Administration des Entreprises (1997 et 2005).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2019 à 15:05 :
Il n’y a rien de «  choquant » ;
Certaines «  femmes sont sérieuses » et cette dame mérite son poste , puisqu’elle a été choisie.
a écrit le 09/08/2019 à 9:46 :
Bien joué pour la com, voilà l'arbre qui cache la forêt !
Il suffit de passer 30mn dans le zouk de Marrakech pour voir la réalité et le changement radical en 10 années !
a écrit le 08/08/2019 à 16:55 :
Un grand bravo à cette femme .
C'est un énorme évènement qu'une femme dirige une entreprise de pointe aussi importante dans un pays aussi conservateur que le Maroc. C'est un des rares pays de la région qui avance.
Réponse de le 09/08/2019 à 9:23 :
Il reste un peu de boulot ;


Des jeunes bénévoles belges travaillant en short sur un chantier dans le sud du Maroc ont provoqué des réactions virulentes. Un instituteur marocain de 26 ans a ainsi été arrêté après avoir posté un message appelant à décapiter ces jeunes femmes.

L'instituteur sera poursuivi pour « incitation à des actes terroristes », selon la Sûreté marocaine (DGSN). Après avoir visionné un reportage montrant des bénévoles – majoritairement des filles habillées en short — terrassant un chemin sous un soleil de plomb, il avait « publié sur Facebook un message haineux », a annoncé mardi un communiqué de la DGSN.
Selon des médias locaux, son appel à la décapitation fait douloureusement écho à l'assassinat en 2018 de deux jeunes femmes scandinaves perpétré par des Marocains radicalisés au nom du groupe Etat islamique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :