Kraft Foods modifie les termes de son offre sur Cadbury

Le deuxième groupe agroalimentaire mondial va utiliser une partie des 3,7 milliards de dollars perçus par la vente de ses activités de pizzas à Nestlé pour relever la partie en numéraire de son offre de rachat sur le confiseur britannique. Mais il doit faire face à la défiance de son principal actionnaire, Berkshire Hathaway, la holding financière du milliardaire Warren Buffett, qui s'oppose au rachat de Cadbury.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

La vente pour 3,7 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros) de ses activités de pizzas surgelées à Nestlé va permettre à Kraft Foods de relever la partie en numéraire de son offre d'achat sur Cadbury. Le groupe américain a annoncé ce mardi qu'il souhaitait utiliser ce supplément de cash pour relever son offre de 60 pence par action (à 360 pence), à la place d'actions Kraft. Le groupe américain a également prolongé au 2 février la date butoir accordée aux actionnaires de Cadbury pour accepter son offre.

Kraft donnera tous les détails de son offre le 19 janvier, dernier jour pour le possible relèvement de son offre, selon le calendrier en vigueur pour les fusions au Royaume-Uni. Il explique d'ores et déjà qu'il fait cela "en raison du souhait exprimé par certains porteurs de titres de Cadbury de voir une plus grande proportion de l'offre exprimée en numéraire et parce que les actionnaires de Kraft Foods ont exprimé le désir que celui-ci soit plus économe dans l'utilisation d'actions Kraft Foods (actuellement) sous-évaluées, en guise de monnaie pour cette offre".

Kraft propose pour l'instant 738 pence par action, soit 10,1 milliards de livres (11,2 milliards d'euros). Les dirigeants de sa cible espèrent faire monter les enchères jusqu'à 800 pence. Mais l'absence de "chevalier blanc" constitue un frein à leurs ambitions, explique le quotidien économique britannique. L'américain Hershey, auquel Cadbury multiplie les appels du pied, et l'italien Ferrero se contentent jusqu'à présent d'étudier le dossier. Et le géant suisse Nestlé a expliqué ce mardi qu'il n'était pas intéressé.

En attendant d'éventuelles contre-offres, Kraft Foods figure donc en "pole position" pour mettre la main sur le confiseur. Reste à convaincre ses propres actionnaires. Le principal d'entre eux, Berkshire Hathaway, la holding financière du milliardaire Warren Buffett, qui détient 138,272 millions de titres soit 9,4% du capital, a ainsi indiqué ce mardi qu'il s'était s'opposé à l'autorisation demandée par le groupe pour émettre jusqu'à 370 millions d'actions nouvelles afin de racheter Cadbury. Il pourrait cependant changer d'avis s'il conclut d'ici au 19 janvier que "l'offre de Kraft ne détruit pas de valeur pour les actionnaires".

En Bourse, l'action Cadbury a subitement chuté sur le marché londonien au moment de l'annonce de l'opposition de Berkshire Hathaway à l'augmentation de capital de Kraft. Vers 15h, le titre décrochait de 3,4% à 777,50 pence. A l'inverse, l'action Kraft Foods progressait de 2% dans les échanges électroniques avant Bourse.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.