Yoplait devient américain

 |   |  700  mots
Copyright Reuters
General Mills (Häagen-Dazs, Old el Paso...) a formulé une offre valorisant le numéro deux mondial des produits laitiers frais 1,6 milliard d'euros.

Sauf rebondissement, Yoplait sera bientôt américain. Les actionnaires actuels du fabricant français de produits laitiers frais, la coopérative Sodiaal et le fonds d'investissement PAI Partners, ont choisi General Mills parmi les sept candidats encore en course. Le groupe américain, franchisé de Yoplait aux Etats-Unis depuis 1977, a mis 800 millions d'euros sur la table pour reprendre 51% du capital de la société opérationnelle et 50% de la structure de gestion des marques. Ce schéma était exigé par Sodiaal, qui souhaitait continuer à capter une partie des royalties de la petite fleur.

General Mills, qui règle au passage le différend qui l'opposait à Yoplait sur la dénonciation de sa licence, a ainsi coiffé au poteau le mexicain Lala, qui semblait assez bien positionné. Bel, aussi, comptait parmi les favoris, en raison du soutien de certains cadres de Sodiaal et du Fonds stratégique d'investissement (FSI). Pour sa part, le chinois Bright Food, le plus offrant (900 millions), avait jeté ses dernières forces dans la bataille la semaine dernière en effectuant un road show à Paris.

General Mills: 16 milliards d'euros de chiffre d'affaires

Des négociations exclusives s'ouvrent donc entre les actionnaires de Yoplait et le candidat sélectionné. Pour General Mills, racheter la marque à la petite fleur était vital, plus du tiers des ventes mondiales de Yoplait étant réalisées aux Etats-Unis. Désormais, un vaste chantier d'intégration s'ouvre pour le géant américain. Car Yoplait ne contrôle la production et la distribution de ses produits que dans une poignée de pays : France, Royaume-Uni, Belgique, Suède, République tchèque, le Portugal et, depuis peu, le Canada. Ces marchés représentent aujourd'hui un peu plus d'un quart des revenus du groupe laitier. Le reste de l'activité provient d'un vaste réseau de franchisés dans une quarantaine de pays.

"Conformément à l'accord proposé, General Mills accompagnera Sodiaal dans le développement et la croissance de la marque Yoplait et de ses activités en France, en Europe et partout dans le monde", a indiqué le groupe dans un communiqué diffusé vendredi matin. Avec un chiffre d'affaires 2010 de 16 milliards de dollars, General Mills est un des leaders de l'agroalimentaire au niveau mondial. Il opère dans plus de 100 pays à travers un portefeuille de marques emblématiques telles que Cheerios, Häagen-Dazs ou Géant Vert. Son activité de produits laitiers frais se développe essentiellement autour de la marque Yoplait aux Etats-Unis.

Belle plus-value en vue pour PAI

Si l'opération était menée à son terme, elle se solderait par une belle plus-value pour PAI, qui, après avoir acquis sa participation en 2002 pour 71 millions d'euros, la cèderait pour environ 800 millions d'euros. « Cette offre reconnait le travail patient fait avec les équipes de Yoplait et la valeur stratégique de la seconde marque mondiale de produits laitiers frais. La société s'est profondément transformée ce qui lui permet d'aborder l'étape suivante de son développement mondial dans les meilleures conditions », ont expliqué Lionel Zinsou et Frédéric Stévenin, respectivement président et "partner" de PAI. 

Outre General Mills, six candidats étaient encore en lice, après que les fonds d'investissement Bain et Lion Capital ont été éliminés : le suisse Nestlé, le français Bel, le mexicain Lala, le fonds Axa Private Equity, le chinois Bright Food et Lactalis.

Vendredi, l'Agence France Presse a indiqué que le Fonds stratégique d'investissement (FSI) envisageaut toujours la possibilité d'entrer au capital du groupe laitier français Yoplait, dont le groupe américain General Mills veut acheter 51% du capital. Dans un communiqué, les ministères de l'Economie et de l'Agriculture ont indiqué "prendre acte" de la décision des actionnaires de Yoplait. Mais Christine Lagarde et Bruno Le Maire ont fait part de leur souci "de préserver les emplois et l'avenir de la filière laitière en France", et indiqué qu'ils seraient attentifs à la mise en place d'un "plan industriel de développement favorable à l'emploi, à l'innovation et aux producteurs de lait". Trois jours plus tôt, Jean-Yves Gilet, le directeur général du FSI, avait indiqué qu'il était prêt à "accompagner toute solution industrielle".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2012 à 20:38 :
Faites faillite et partez au USA ??
a écrit le 23/06/2012 à 20:37 :
Continuez vôtre politique avec les USA ?
Le pot de YOPLAIT CALINS NATURE frmage blanc à 0% pour soit disant les os ??
- TARIF 2?05 CENTIMES, en deux mois 7 centimes d'augmentation en france ?
- PUIS VOUS NOUS AVEZ VOLE au lieu de boite d'un kg, vous avez volé le consommateur de 100 grammes ????
J'ai les yeux sur tout en ayant fait de la vente ????
PARTEZ EN CHINE ou AUX USA et trouverais une autre alternative ????
Continuez vos affaires au CAC 40 et faites FAILLITE c'est mon souhait le plus cher ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :