Bruxelles augmente son aide aux producteurs affectés par l'E. coli

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Commission européenne a non seulement revu à la hausse mercredi son offre de compensation aux agriculteurs touchés par la crise de l'E. coli, mais elle s'est engagée à en faire bénéficier les producteurs de cinq types de légumes différents.

210 et non plus 150 millions d'euros. C'est ce que promet désormais de verser la Commission européenne aux producteurs de légumes dont les ventes ont été affectées après les déclarations des autorités allemandes qui avaient mis en cause des concombres andalous dans la propagation de la bactérie E. Coli qui a fait 25 victimes, dont 24 en Allemagne.

L'exécutif communautaire a également relevé à 70% des pertes le niveau de compensations possible, contre 30% à l'origine, et ajouté les poivrons et les courgettes aux concombres, tomates et salades déjà prévus. "Penser aux consommateurs est une chose essentielle mais il faut aussi éviter que des secteurs entiers soient affectés, parfois de manière injuste, par cette situation", a déclaré le commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos.

"La priorité, c'est d'aider les producteurs de légumes le plus vite possible (...) J'espère que le plan que la Commission européenne propose sera approuvé par les Etats membres dès mardi prochain, le 14 juin", a-t-il ajouté devant la presse.

Ces aides seront accessibles à tous les producteurs, mais ceux qui sont membres d'organisations de producteurs pourront porter cette compensation à 70% des pertes ce qui, couplé aux aides versées par les organisations, devrait leur permettre d'effacer tous les effets négatifs de la crise.

Le prix de référence retenu sera calculé sur la période 2008-2010, soit une moyenne jugée très avantageuse pour les producteurs, a encore indiqué Dacian Ciolos.

Enfin, a-t-il dit, les premiers versements devraient intervenir dès le mois de juillet et, d'ici là, un point sera fait pour déterminer si des fonds additionnels sont nécessaires.

Mardi, lors d'une réunion extraordinaire des ministres européens de l'Agriculture, une dizaine de pays, dont la France et l'Espagne, qui a été pointée du doigt au déclenchement de la crise et a subi les pertes les plus importantes, avait exigé un dédommagement complet des producteurs.

Le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a par ailleurs indiqué que Nicolas Sarkozy ferait jeudi de nouvelles annonces concernant le soutien à la trésorerie des producteurs agricoles lors d'un déplacement en Charente.

Alors que la source de l'épidémie n'est toujours pas connue, le ministre allemand de la Santé a annoncé mercredi que le nombre de nouveaux cas d'infection par la bactérie E. coli était en diminution significative. Il a toutefois dit s'attendre à ce que l'épidémie, qui a fait 24 morts et a contaminé plus de 2.700 personnes dans douze pays, provoque d'autres décès.

Julien Toyer, édité par Gilles Trequesser

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2011 à 15:10 :
Et pourquoi devons nous payer les arrogances allemandes une fois de plus?C'est facile de faire le grand avec l'argent des autres:un plan Marshall pour réparer leurs saloperies,la réunification au prix de notre poche,les spéculations en Grèce,et maintenant on accuse les autres avant de balayer dans son jardin :c'est ça l'Europe?On sera sans cesse emmerdés avec ces donneurs de leçons qui veulent dominer les autres!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :