Pourquoi Nestlé débourse 9 milliards d'euros pour du lait infantile

 |   |  531  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la barbe de Danone, le groupe suisse rachète les activités de nutrition infantile de l'américain Pfizer. En jeu : l'alimentation des nourrissons dans les pays émergents.

Nestlé va puiser dans son trésor de guerre. Le groupe suisse, qui dispose de 51,6 milliards de dollars de liquidités depuis la vente d?Alcon à Novartis en 2010, va en consacrer 11,85 à l?acquisition des activités de nutrition infantile de l?américain Pfizer. L?opération est soumise à l?aval des autorités de la concurrence. Son montant étonne. Pfizer réalise environ 2,4 milliards de dollars de chiffre d?affaires dans le monde.
7 milliards d?euros réalisés avec le baby-food
Pourquoi le Suisse débourse-t-il tant ?  Certes, le premier des métiers du groupe Nestlé a été la nutrition infantile, avec un lait maternisé lancé en 1867. Il en est encore aujourd?hui le leader mondial. Mais l?histoire du groupe de Vevey ne suffit pas à expliquer cette mega acquisition. En fait, le groupe aux 69,5 milliards d?euros de chiffre d?affaires met ici la main sur des marques de lait (S-26 Gold, SMA et Promil) proches de ses propres marques dont Gerber, elle-même acquise en 2007, et Nestlé. Le groupe présidé par Paul Bulcke portera ainsi son activité dans le dit baby-food à près de 5,2 milliards d?euros, contre 3,7 milliards en 2011, selon Bloomberg.
Les femmes délaissent l?allaitement
Le jeu en vaut la chandelle. Le marché de la nutrition infantile croit de 8% par an. Il est porté par les pays émergents où précisément Pfizer réalise 85% de son activité. Parmi eux figurent la Chine où naissent 16,4 millions de bébés par an et, surtout, l?Inde avec ses 27,9 millions de naissances en 2011. Ce marché a un bel avenir devant lui. Le développement d?une classe moyenne dans ces deux pays inclinent les femmes à travailler et donc à délaisser l?allaitement pour préférer le biberon. C?est du pain bénit pour les fabricants de lait maternisé. De plus, les marques internationales veulent s?imposer comme des références fiables aux yeux de consommateurs craintifs, notamment en Chine depuis le scandale du lait contaminé à la mélamine en Chine (2008). Nestlé se devait d?y reprendre la main : depuis 2005, le groupe suisse y perd des parts de marché.
Franck Riboud en proposait 8,3 milliards. En vain.
Danone est lui aussi à l?affût sur ce marché. En juillet 2007, une semaine après avoir cédé ses biscuits Lu à Kraft, le groupe a racheté le néerlandais Numico spécialiste de la nutrition infantile pour un montant de 12,3 milliards d?euros. Cette opération fût « l?acquisition stratégique », qui fit basculer le groupe de Franck Riboud dans l?ère du 100% santé. Depuis, le patron de Danone s?en réjouit : en 2011, le marché dit du baby-food lui a assuré 10,7% de croissance et 19,28% de marge opérationnelle (soit 2,4 poins de plus qu'en 2010). Franck Riboud espérait lui aussi mettre la main sur les marques de Pfizer. Mais, malgré une surenchère in extremis à 8,3 milliards d?euros, selon plusieurs sources de presse, Danone n?a pas emporté la mise. interrogé par La Tribune, le groupe n'a pas souhaité commenter cette information. Le français, numéro deux mondial de la nutrition avec 3,6 milliards d'euros dans cette activité, se retrouve largement distancé par Nestlé.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2013 à 19:07 :
pour le marché africain entre autres !
a écrit le 30/04/2012 à 17:31 :
Je me joins aux commentaires des autres.
Il ne s'agit nullement de lait maternel. Et selon le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel, article 9.2, on ne doit pas utiliser les termes de "maternisé" ou "humanisé".
J'aime beaucoup le vocable canadien: il s'agit du lait bovin hautement modifié. Le lait en poudre pour bébé n'est ni plus ni moins que cela: du lait de vache déshydraté et modifié pour le rendre digeste pour un bébé.
a écrit le 30/04/2012 à 15:29 :
De mal en pis ?
Que nenni !
Juste des pis aux bib., b.i.d. et autre bide!

http://bribestrib.blogspot.fr/2012/04/de-pis-en-pire-jusquau-biberon.html
a écrit le 26/04/2012 à 11:31 :
Y a un moment, ça mérite une note, une modification, comment peut-on parler de lait maternel quand on parle d'un labo ? Pour de la mise à disposition de lait maternel, plutôt qu'un labo, je vous suggère d'aller ici :
http://www.hm4hb.net/

:)
a écrit le 24/04/2012 à 21:21 :
le terme lait maternel concerne uniquement le lait de femme ! même le terme "lait maternisé" est interdit MONDIALEMENT pour désigner les préparations infantiles.

c'est très dommage une telle bourde qui remet en cause les données et le sérieux de l'article.
a écrit le 24/04/2012 à 18:20 :
c'est absolument genial!!merci a ce pauvre journaliste amoureux du lait maternel... ;il ou elle a bien raison;meme dans ses reves les plus fous nestle n'aurait pas osé..malheureusement c'est la suite logique de la desinformation franco francaise et inquietant pour les pays emergents
voir tendance-allaitement.fr
a écrit le 24/04/2012 à 15:18 :
Je me joins à la cohue des mères allaitantes! Appelez ça du lait maternisé ou du lait artificiel mais soyez mignon(ne) et laissez nous le lait maternel! Et cette façon péremptoire d'établir une causalité de fait entre travail et sevrage : "Le développement d?une classe moyenne dans ces deux pays inclinent les femmes à travailler et donc à délaisser l?allaitement pour préférer le biberon". C'est la plus grande arnaque du siècle! Avent et Médéla n'ont donc pas de débouchés avec leurs Tire-lait!
a écrit le 24/04/2012 à 15:01 :
je ne fais que plussoyer les commentaires dessous, on dit "lait infantile" et non "lait maternel" pour la poudre lyophilisée que fournissent ces gros escrocs !
a écrit le 24/04/2012 à 13:53 :
Rapport de cause à effet : les femmes délaissent l?allaitement, mais les industriels arrivent eux à en vendre o_O ....
Bravo mesdames,messieurs les industriels, quelle est donc la recette?
Des mères dans les salles de traite??????
a écrit le 24/04/2012 à 13:25 :
le lait maternel est UNIQUEMENT et EXCLUSIVEMENT fabriqué par la mère pour son enfant !!!!
Les préparations pour nourrissons sont toutes ou presques faites à base de lait de vache !!!
Il faut arrêter de prendre les consommateurs pour des imbéciles avec des titres pareils qui sont à l'encontre total du code de commercialisation des substituts au lait maternel
a écrit le 24/04/2012 à 11:57 :
No comment!!!!! Quelle énorme erreur! Il ne s'agit pas de lait maternel (du moins je ne l'espère pas!) Tant que le lait restera un don cela me va mais pas au profit des industriels!
Il s'agit ici de lait industriel..... C'est une colossale bourde de la personne ayant rédigé et corrigé l'article....
a écrit le 24/04/2012 à 11:48 :
"a l'affut" c'est le bon terme : telles des charognards.

ces pays ont plus de chances de faire survivre leurs enfants en encourageant les mères a allaiter !!

l'eau qu'ils utilisent la bas n'est pas saine.
et je pense pas qu'ils fournissent les bouteilles d'eau minerale gratuitement avec les boites de lait ...

les laits de ces fabricants ne sont pas des laits maternels ! prenez un dictionnaire !
lait maternisé a la rigueur, mais ce terme est interdit.
preparation infantile serait plus juste.
a écrit le 24/04/2012 à 10:42 :
Voilà ce que me fait votre article : http://nadinbox.wordpress.com/2012/04/24/ce-matin-jai-vomi/
a écrit le 24/04/2012 à 9:28 :
Quand on lit le titre de cet article, on se dit : "Quoi?? Mais comment Nestlé peut acheter le lait de mères allaitantes !!" En lisant le contenu de l'article, on se rend compte que la journaliste (certainement une stagiaire sans enfant) a commis une petite faute : utiliser le terme "lait maternel" pour désigner du lait artificiel !! Ouille, la belle coquille. Chère journaliste, vous risquez de vous attirer les foudres des mères pro-allaitement avec de tels propos. Allez rectifiez vite et la prochaine fois : faites relire vos articles ou faites un peu + de recherches avant de publier. Merci
a écrit le 24/04/2012 à 2:38 :
Je suis tout simplement ABASOURDIE par l'ignorance de l'auteur de cet article! Le lait maternel vient d'un seul endroit, le SEIN! On ne peut pas CRÉER du lait maternel, et encore moins NESTLÉ! Il est d'une évidence que l'auteur n'a fait aucune recherche sur ce qu'il avance, car il n'est pas question de lait maternel ici, mais de préparation commerciale pour nourrisson. Je ne peux pas croire que cet article n'ait pas passé l'étape de la correction! Un gros manque de professionnalisme ici!

Et je rectifie même le terme "lait maternisé" car lui aussi est fort erroné! On ne peut pas physiquement materniser un lait. Le terme demeure et sera toujours PRÉPARATION COMMERCIALE POUR NOURRISSONS, et j'ajoute même la version de Santé Canada qui fait encore plus artificiel: Lait d'origine bovine hautement modifié!
a écrit le 24/04/2012 à 2:31 :
Du lait maternel commercialisé par Nestlé? Quelle aberration. Les seules personnes capables de fabriquer du lait maternel sont... les mamans (qui allaitent, il va sans dire). Et la "vente" de "lait maternel" est, à ma connaissance, illégale. Tout autre lait destiné à nourrir les nourrissons peut prendre l'un ou l'autre des noms suivants, ce n'est pas le choix qui manque : lait commercial, lait artificiel, préparation commerciale pour nourrissons, préparation pour nourrissons, préparation lactée pour nourrissons... Il serait important de rectifier votre article, si vous voulez faire preuve de rigueur journalistique.
a écrit le 24/04/2012 à 0:54 :
Les préparations pour nourrisson ne sont PAS du lait maternel. Ça n'a absolument rien à voir. Le lait maternel est le lait produit par la mère, point.
Vérifier donc ce que vous écrivez avant d'écrire n'importe quoi, merci.
a écrit le 24/04/2012 à 0:43 :
Nestlé ne débourse pas des milliards d'euros pour du LAIT MATERNEL (produit par les mères pour leur bébé) mais pour un substitut (nommé PRÉPARATION COMMERCIALE POUR NOURRISSONS) fait à partir de lait de vache. Il y a des limites à écrire des âneries. Misère.
Chantal lavigne.IBCLC
Consultante en lactation
Montréal, Québec (Canada)
www.chantallavigneibclc.qc.ca
a écrit le 23/04/2012 à 19:43 :
La rémunération de M. Riboud doit être divisée par deux si on prend en compte ses nombreux échecs tant en termes de développement des propres marques du groupe Danone - hors yaourts et produits laitiers- qu'en terme de stratégie et de croissance externe. Il y a bien longtemps que j'ai vendu mes actions, je ne lui fais pas confiance, ce n'est pas le talent de son père c'est sûr.
Réponse de le 24/04/2012 à 10:58 :
Depuis que je me sens un peu mieux informé (grâce à une action personnelle en déjouant la fausse info y compris sur le net) sur les questions de santé et donc sur les questions alimentaires, j'ai sérieusement réduit ma consommation de yaourts et de produits lactés excepté les fromages, les vrais fromages ceux qu'on achète chez le crémier ou le fromager.
a écrit le 23/04/2012 à 19:14 :
La moindre des chose, lorsque l'on est journaleux, c?est de minimiser les erreurs "énormes".

Le lait vendu est "maternisé", et non maternel. Ce sont deux lait totalement différents.
a écrit le 23/04/2012 à 19:00 :
Il ne s'agit pas de lait maternel mais de lait maternisé, piètre imitation du lait maternel qui est, de loin, le meilleur aliment pour les bébés jusqu'à leurs 6 mois. Au nom du marketing, combien de mamans se verront "obligées" d'abandonner l'allaitement pour faire comme les femmes "civilisées" qui mettent leurs bébés au biberon au nom du féminisme ???
Réponse de le 24/04/2012 à 13:26 :
le terme "lait maternisé" est interdit par le code de commercialisation des substituts au lait maternel on utilise le terme de "préparation pour nourrisson"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :