Les prix à la consommation 34% plus élevés en Nouvelle-Calédonie qu'en métropole

 |  | 213 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon une étude publiée vendredi, l'écart attendrait même près de 90% pour les produits alimentaires.

Le chiffre est particulièrement élevé. Selon une étude du Comptes économiques rapides de l'outre-mer (Cerom) publiée vendredi, les prix à la consommation apparaissent en moyenne 34% plus élevés en Nouvelle-Calédonie qu'en métropole. Pire, l'écart s'élèverait même à 89% dans le secteur des produits alimentaires si "un métropolitain consommait à l'identique en Nouvelle-Calédonie", note l'enquête. Sachant que les transports constituent comme en métropole la première source de dépense, devant l'alimentation et le logement.

53.000 personnes sous le seuil de pauvreté

Cette étude intervient alors que la vie chère est plus que jamais au centre des préoccupations quotidiennes des habitants de Nouvelle-Calédonie, où pas moins de 53.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté. En début de semaine, une intersyndicale qui dénonce ces tarifs élevés a réclamé une réforme globale de l'économie de Nouvelle-Calédonie. Et a notamment fustigé l'immobilisme des élus locaux et la puissance des lobbys de la grande distribution, du commerce de détail ou des banques. Et ce, sachant que la loi Lurel contre la vie chère outre-mer, adoptée la semaine dernière à l'Assemblée nationale, ne s'applique pas à la Nouvelle-Calédonie, territoire très autonome, directement compétent sur ces questions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :