Salon de l'agriculture : de la crise de la vache folle au scandale de la viande de cheval

Le 50e Salon de l'agriculture débute porte de Versailles à Paris ce samedi sur fond de crise de confiance des consommateurs suite à la polémique sur la viande de cheval. Le contexte n'est pas sans rappeler celui de la crise de la vache folle.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Le cheval va-t-il se faire aussi gros que le b?uf? Samedi, le 50e Salon de l'agriculture ouvre ses portes sur fond de crise de confiance des consommateurs, plombée par le scandale de la viande de cheval. Mais si Stéphane Le Foll a d'ores et déjà posé le décor - le ministre de l'Agriculture souhaite en effet se faire le héraut de la viande "made in France" - ce contexte de crise n'est toutefois pas nouveau. Par le passé, la crise de la vache folle avait déjà empoisonné ce rendez-vous annuel. Comment à l'époque le gouvernement avait-il géré la situation? La Tribune vous propose un petit flash back.

  • 1997 : Le premier Salon post-vache folle.

En 1997, le 34e Salon de l'agriculture ouvre ses portes presque un an après le début de la crise de la vache folle. Déjà, le ministère de l'Agriculture s'attache à rassurer le consommateur en garantissant la qualité et la sécurité de la chaîne alimentaire. Les députés planchent alors sur un projet de loi sur la qualité sanitaire des denrées alimentaires. Jacques Chirac, alors président de la République, ne manque pas d'apporter son soutien aux acteurs de la filière bovine durement touchés par ce scandale. Le marché du b?uf connaît effet une chute vertigineuse.

  • 2001: malaise au Salon

Quatre printemps plus tard, en 2001, le 38e Salon de l'agriculture démarre après la "seconde" crise de la Vache folle. "Chacun a compris qu'il faut reconquérir la confiance des consommateurs et chacun montre les efforts faits pour sécuriser l'alimentation", expliquent à l'époque les représentants de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), la centrale syndicale agricole française, très présente dans le salon. Le malaise est perceptible.

Jacques Chirac s'est d'ailleurs livré à une violente charge contre l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), créée en 1998. Le président juge l'agence "irresponsable" d'avoir, dans un avis rendu public, recommandé par précaution d'écarter de la consommation un nombre accru de matériaux à risque ovins et caprins, rapporte un quotidien de l'époque. Une mesure destinée à éviter une "éventuelle transmission de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, ou maladie de la vache folle) à l'homme".

"Ces gens-là feraient mieux, avant de parler, de commencer à s'assurer que ce qu'ils vont dire correspond à une réalité, sinon c'est de l'incitation à la panique", déclare le chef de l'Etat. "Et faire ça la veille ou l'avant-veille du Salon, c'est véritablement une preuve au moins de bêtise et de mauvais goût. Il y a longtemps que l'on prend toutes les précautions nécessaires sur le mouton. Cela ne date pas d'hier", rappelle-t-il, soulignant qu'on "n'a aucun témoignage, aucune preuve nouvelle de quoi que ce soit". En outre, "le gouvernement ne peut pas prendre, puisqu'il n'y pas de preuves, de mesures, et donc tout ceci ne rime à rien", ajoute-t-il. Bref, l'Elysée fulmine.

Mais au-delà des consommateurs, ce sont les éleveurs qu'il faut rassurer. Ces derniers réclament des aides. Et pour cause, la consommation de viande bovine a sévèrement baissé (-26% fin janvier 2001 selon les des chiffres du Centre d'information des viandes). C'est pourquoi le Premier ministre de l'époque, Lionel Jospin exhorte la Commission européenne à prendre une série de mesures d'aides directes à la filière bovine, lors de sa visite au Salon.

  • 2013: le crise de la viande de cheval réveille ces craintes

Quinze ans plus tard, comment la classe politique va-t-elle gérer la situation? Le rendez-vous est en effet un passage incontournable pour les personnalités politiques. Et si le scandale de la viande du cheval n'a pas, pour l'heure, eu de conséquence sanitaire, la question remet sur le devant de la scène un sujet particulièrement sensible. Pour l'heure, François Hollande n'a pas encore pris position sur le scandale de la viande de cheval. Le président a seulement fait valoir qu'il faudrait "prendre des sanctions" contre les responsables. De son côté - le thème est dans l'air du temps -  Stéphane le Foll s'est posé en héraut de la viande "made in France". Au Salon de l'agriculture, les charolaises, limousines et autres blondes d'Aquitaine devraient donc rester les stars.

4 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 26/02/2013 à 10:03
Signaler
Honte pour les directeurs "qualité" en place dans toute la filière qui ne pouvaient ne pas être au courant !Vous n'avez plus qu'à passer sous silence votre activité durant cette période ,ou bien vous engager plus dans ce genre de trafic...vers le hau...

le 27/06/2015 à 23:32
Signaler
Après l'empire hitlerien, l'empire germano-bruxellois, vive l'un et l'euro !

à écrit le 25/02/2013 à 13:24
Signaler
... La Tribune. Il n'y a rien de comparable entre une anarque commerciale et une épidémie. En écrivant "Et si le scandale de la viande du cheval n'a pas, pour l'heure, eu de conséquence sanitaire, ..." vous supposez des conséquences sanitaires possi...

à écrit le 25/02/2013 à 9:42
Signaler
au dela de la supercherie entre viande de boeuf et cheval car il va sans dire que c'est une escroquerie mais "non mortelle" personne de l'estyreme droite a l'extreme gauche ne denonce le vrai scandale : c'est celui de l'acheminement de la viande elle...

à écrit le 25/02/2013 à 9:42
Signaler
au dela de la supercherie entre viande de boeuf et cheval car il va sans dire que c'est une escroquerie mais "non mortelle" personne de l'estyreme droite a l'extreme gauche ne denonce le vrai scandale : c'est celui de l'acheminement de la viande elle...

à écrit le 24/02/2013 à 9:41
Signaler
Vous avez confiance, vous dans des éleveurs qui fabriquent des vaches sans cornes ? Qui sont les cocus dans cette affaire ?

le 25/02/2013 à 0:32
Signaler
@iciailleurs: elles ont pas de cornes pour pas te faire concurrence, voilà :-)

à écrit le 24/02/2013 à 6:32
Signaler
Hollande s'expose au salon de l'agriculture. Le plus vache des présidents.

le 24/02/2013 à 9:04
Signaler
Chirac homme du cru comme Hollande était capable d'évaluer le poids des bovins, C'est lui l'inventeur du slogan "le poids des veaux le choc des photos" lol

à écrit le 24/02/2013 à 5:06
Signaler
on m'a toujours vanté que la viande de cheval était plus saine que la viande de boeuf: on en faisait des tartares . il y a eu la "tremblante" des ovins, l'usb (la cle!) pour la vache folle et rien pour le cheval! ah si j'oubliais le CRAZY HORSE mais...

à écrit le 23/02/2013 à 20:53
Signaler
Quand j'etais petit ma mere me disait, mon fils mange de la viande tu seras fort comme un boeuf!!! Je comprend maintenant pourquoi je suis monté comme un cheval!!!!! ouf!!!!ouf!!!!ouf!!!!

à écrit le 23/02/2013 à 15:54
Signaler
Quelle noble profession que celle d'agriculteur,ils se lèvent dès potron-minet pour nourrir leurs bêtes ou labourer leur champs, tts ça pour que nous ayons à manger.Nous avons laissés implanter les grandes surface au détriment des petits commerçants,...

le 24/02/2013 à 5:23
Signaler
j'ai connu une époque où les boeufs étaient destinés au boucher du coin et les supermarchés achetaient des taureaux....

le 24/02/2013 à 5:28
Signaler
et les minets de patrons se lèvent aussi dès potron-minet? mais comme dirait notre célèbre lavandière "c'est bien vrai çà" bravo Claudius: comme c'est bien dit

à écrit le 23/02/2013 à 15:09
Signaler
Pour se détendre, un petit test. Très utile et sympa : http://pourquivoter.franceserv.fr

à écrit le 23/02/2013 à 14:51
Signaler
C'était l'effervescence au salon de l'agriculture, une fièvre de cheval en somme !

à écrit le 23/02/2013 à 13:05
Signaler
Dire qu'il suffirait de quelques contrôles d'état par sondage pour avoir un minimum de garantie sanitaire...

à écrit le 23/02/2013 à 11:15
Signaler
dans une France de fonctionnaires à 35H ... je n'approuve pas pour autant ce que les agriculteurs ont fait.... mais je les comprends !

le 23/02/2013 à 12:35
Signaler
malheureusement !la seule facon d etre entendue... des exploitations disparaissent tous les jours! victime des grands groupes..''(gdes surfaces .et....ext).loin des 35 heures des fonctionnaires

à écrit le 23/02/2013 à 11:12
Signaler
http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/huelgoat/berrien/berrien-des-dizaines-de-chariots-d-hypermarches-deverses-chez-stephane-le-foll-23-02-2013-2015903.php

à écrit le 23/02/2013 à 10:51
Signaler
Elle a vraiment pas envie d'être saluée par Flamby !

à écrit le 23/02/2013 à 10:24
Signaler
LA COLERE PAYSANNE DANS NOS CAMPAGNES ( lu ce matin dans le quotidien regional le telegramme ) ext....photos spectaculaires

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.