Un mauvais mois de juillet dans la restauration, argument contre la hausse de TVA

Le Syndicat national de la restauration thématique et commerciale s'inquiète d'une situation catastrophique: selon lui, les restaurants ont vu leur fréquentation chuter de 13,2% en juillet. Il plaide pour une annulation de l'élèvement du taux de TVA à 10%, prévue pour janvier prochain.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le secteur est déjà assez affaibli comme ça, n'en remettez pas une couhe! Voilà en substance, le message subliminal que le Syndicat national de la  restauration thématique et commerciale (SNRTC) souhaite faire passer au gouvernement. Comme au mois de mai dernier, ce représentant de 1.700 entreprises de restauration commerciale et traiteurs tire la sonette d'alarme quand à la baisse de fréquentation des établissements. Selon un communiqué diffusé ce 5 août 2013, les entreprises adhérentes du SNRTC accuse une diminution de fréquentation "historique": -13,2% en juillet.

"La situation n'a jamais été aussi catastrophique"

Le syndicat décrit "un secteur  fortement atteint par la crise", et rappelle qu'en mai, il avait déjà fait la démonstration de la perte de 10% des emplois du secteur en deux ans. Sur l'ensemble du premier semestre 2013, la fréquentation des établissements de restauration avait été de 5%. "La situation n'a jamais été aussi catastrophique, nos entreprises accusent une diminution inédite de leur chiffre d'affaires et les résultats de ces quatre dernières semaines nous font craindre le pire", alerte Michel Morin, président du SNRTC.

De son côté, Jean-Pierre Chedal, président des restaurateurs au sein du syndicat Synhorcat, confirme que le "montant des tickets moyens stagne voire baisse" mais souligne que des disparités existent selon les régions et le segment d'activité. "A Paris et en Ile-de-France, les chiffres ne sont pas bons mais ne sont pas catastrophiques. En revanche, la province et notamment la côte Atlentique sont plus touchées" explique-t-il. De la même façon, "la restauration très haut de gamme et la restauration rapide s'en sortent plutôt bien, l'inquiétude est surtout portée sur la restauration en chaînes (ex: Buffalo Grill, Courtepaille, Hippopotamus, ndlr)" poursuit-il. Il explique ces difficultés par "un problème de pouvoir d'achat, et de morosité ambiante".

En sous-main à ce cri d'alarte: la question de la TVA. Le syndicat veut convaincre que le secteur est déjà suffisament fragilisé pour qu'on évite de lui appliquer un taux de 10% à partir du 1er janvier 2014 (contre  7%, principalement, actuellement , depuis le 1er janvier 2012).

Inquiétude pour les emplois...

"Si rien n'est fait dans le contexte actuel (...), la perspective d'une TVA au taux de 10% au 1er janvier (...) ne fera que nous affaiblir davantage", plaide d'ailleurs Laurent Caraux, le président d'honneur du SNRTC. Il est en effet prévu dans la loi de finances de remonter le taux de TVA applicable au secteur dans cinq mois. Pour sa part, Jean-Pierre Chedal se dit "extrêmement méfiant" quant aux prochaines évolutions de taxation, craignant que le gouvernement ne puisse aller plus loin que les 10%.

Pour rappel, le secteur était soumis à un taux de 19,6% jusqu'en juillet 2009, date à laquelle il avait vu son taux réduit à 5,5%, sous le présidence de Nicolas Sarkozy. Les restaurateurs s'étaient en contre-partie engagé à embaucher davantage.

Si le syndicat avance l'argument social, disant craindre "des suppressions d'emplois" consécutive à cette hausse du taux d'imposition, rappelons toutefois que selon Pole Emploi, avec 14% du total des intentions d'embauche, l'hôtellerie-restauration demeure le premier pôle de recrutement national (plus de 219 000 projets de recrutement). Et d'après les données INSEE les plus récentes, la restauration affichait un taux de profitabilité moyen de 12,5% en 2010 et le nombre de salariés dans le secteur n'a cessé d'augmenter depuis 2000, excepté en 2008-2009.

LIRE AUSSI:

>> TVA dans la restauration : un retour au taux de 19,6% est envisageable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 62
à écrit le 06/08/2013 à 17:30
Signaler
6 août 2013, Paris, avenue de l'Opéra. Il est 15 heures, mes adresses habituelles (il y en a quelques unes, trop rares) sont fermées. Je décide de tenter la brochette de b?uf d'une brasserie que j'ai évitée, jusqu'à présent. Le plat du jour est anno...

à écrit le 06/08/2013 à 17:25
Signaler
Je vis à Paris. Je déjeune et dîne au restaurant quasiment tous les jours, et depuis plus de dix ans. Ayant constitué, peu à peu, mon propre carnet d'adresses, je sais où réserver. Pour le déjeuner, c'est souvent du rapide mais de qualité, et pour di...

à écrit le 06/08/2013 à 15:47
Signaler
Ce n est certainement pas eux que je vais pleurer. Ils n'ont qu à faire de la qualité avec des bons produits et pour un bon rapport qualité prix. La ils auront du monde toute l année car les gens vont la ou c est bon....

à écrit le 06/08/2013 à 13:06
Signaler
s'ils avaient été plus honnetes avec le consommateur lors de la baisse de 19,6 à 7 ils n'en seraient pas là ils sont comme les agriculteurs "jamais contants

à écrit le 06/08/2013 à 12:59
Signaler
au lieu de manger de la merde surgelée, les Français préfèrent manger chez eux. Les restaurateurs ont pris les gens pour des blaireaux, j espère que maintenant ils vont comprendre.

à écrit le 06/08/2013 à 12:49
Signaler
Il faudrait qu'un jour les restaurateurs se posent les bonnes questions. Leurs prix sont généralement trop élevés et découragent les classes moyennes, ce ci d'autant plus que souvent la qualité et/ou la quantité laissent à désirer. Les contreparties ...

à écrit le 06/08/2013 à 12:38
Signaler
La diversité des qualités de repas servis dans les restaurants explique aussi une baisse de fréquentation. Il vaut mieux acheter un bon produit surgelé que l'on prépare chez soi que d'aller consommer le même au restaurant. Il est grand temps que les ...

à écrit le 06/08/2013 à 12:06
Signaler
Et si les restaurateurs se mettaient à proposer des plats à emporter ou à acheter dans les commerces d'alimentation fréquentés par les touristes venus faire leurs courses pour le déjeuner ou le diner. Il y a bien des gens qui vont dans un café pour c...

à écrit le 06/08/2013 à 12:01
Signaler
Mais non, des cuisines comme des dépotoirs, avec cafards, des cuisiniers qui vont aux toilettes et ne se lavent pas les mains, gastro à répétition, une nourriture bas de gamme, des plats préparés insipides cuits aux micro-ondes qui détruisent la nour...

à écrit le 06/08/2013 à 11:59
Signaler
Le secteur est déjà assez affaibli comme ça, n'en remettez pas une couhe! Voilà en substance, le message subliminal que le Syndicat national de la restauration thématique et commerciale (SNRTC) souhaite faire passer au gouvernement. Comme au mois de...

à écrit le 06/08/2013 à 11:43
Signaler
les français ne veulent plus payer 35 euros pour un plat qui coûte 2 euros de surgelés Metro ?

à écrit le 06/08/2013 à 11:32
Signaler
Disons que la restauration laisse à désirer. Petite quantité (quand c'est bon) menus trop cher. Personnels mal formés à l'accueuil etc...

à écrit le 06/08/2013 à 11:13
Signaler
Facile de critiquer mais le vrai responsable c'est la hausse continu des loyers des charges sociales des frais de comptabilité commerçant depuis plus de 20 ans je payais 1000 francs par mois de comptable maintenant je suis a plus de 800 euros par moi...

à écrit le 06/08/2013 à 9:31
Signaler
Cette profession a une image déplorable auprés des consommateurs depuis la baisse de tva obtenue contre des promesses jamais tenues !!!elle ne sait que crier bien fort sans rien changer à ses mauvaises habitudes ......Les restaurateurs devraient s'i...

le 06/08/2013 à 10:11
Signaler
@ PNV "Cette profession a une image déplorable auprès des consommateurs"... depuis qu'ils nous servent principalement du surgelé... et qu'ils nous le vendent une fortune...

le 06/08/2013 à 11:08
Signaler
Il est clair que la restauration est devenue le "cercle" de la mal bouffe", et que la chute est la conséquence de 2 paramètres : 1er PARAMETRE : plus la France produit des travailleurs pauvres, plus les restaurants sont désertés ... les restaurateurs...

à écrit le 06/08/2013 à 9:01
Signaler
Le commerce dans l ensemble refuse de faire comme M touslemonde ce serrer la ceinture en répercutant systématiquement toutes les hausses le résultat perte de clients, ils voudraient en plus que état paye pour palier à cette situation c est ubuesque. ...

à écrit le 06/08/2013 à 8:49
Signaler
Montrons du doigts certaines realitees. comment un même plat est facturée 85? et que 20m plus loin 47? constat fait a paris en juin et pas sur les champs mais sur une rue sans intérêt particulier, vous pouvez même faire le même repas à Versailles pou...

à écrit le 06/08/2013 à 7:36
Signaler
il était certain que les touristes français allaient réduire les dépenses. il ne faut pas être un grand expert pour comprendre que si l'on nous matraque fiscalement , tout ce qui part dans l'impôt fera réduire en masse la consommation et pire fera ...

le 06/08/2013 à 9:33
Signaler
"....se poser des questions " les restaurateurs aussi pourraient se poser des questions sur leur gestion et leur comportement vis à vis de leurs clients .

à écrit le 05/08/2013 à 22:43
Signaler
C'est la soupe à la grimace. et la note est salée....surtout pour manger de la "réchauffe" de l'agro-industrie dans 75% des resto.Heureusement il y a des restaurateurs sérieux et amoureux de leur métier, mais Il y a moins d'oseille...et les consommat...

à écrit le 05/08/2013 à 22:28
Signaler
Le restaurant c'est fini depuis mai 2012, au moins jusqu'en mai 2017

à écrit le 05/08/2013 à 22:15
Signaler
Ce que ne comprend pas le métier c'est la mauvaise image qu'il véhicule depuis de nombreuses années. Tout d'abord pourquoi payer 20 euros un plat acheté 4 ou 5 chez Métro. Pourquoi payer un café 2 euros avec dans ce cas une marge facteur 10. Pourquoi...

le 05/08/2013 à 23:41
Signaler
Bon exemple que le prix du plat multiplié par 4 entre Métro et la table... mais alors que dire du joint changé par un plombier, un fusible changé par un électricien, un enfant gardé par une nounou: combien de cout fourniture et combien pour une main_...

le 06/08/2013 à 9:37
Signaler
lyon69 le plombard c'est de l'indispensable alors que le restau c'est du superflut tout comme le café en terrassse à 1,80 ou 2 euros !!

le 06/08/2013 à 10:21
Signaler
@Lyon 69 Un joint ou un fusible, ça vaut "tripette", mais si ça fuit ou s'il n'y a plus de "jus", il est indispensable de remplacer, le "restau", c'est pas indispensable, surtout si c'est pour ingurgiter du Picard ou du Davigel. Le coût d'une interve...

à écrit le 05/08/2013 à 22:03
Signaler
les lobies en action la démagogie est la ca a déjà couté une fortune de les passer a 5.5 % les journalistes qui participent a cette campagne ont pas des amis restaurateurs lol !! ils sont pas en concurrence avec l étranger et sur un menu c est zéro q...

à écrit le 05/08/2013 à 21:27
Signaler
Sur un menu à 16.05 ? et 21.4 ? la tva ne représente respectivement que 1.05 et 1.4 ce qui est dérisoire et n'est pas décisif dans le choix de manger ou pas dans un restaurant. Par contre ce qui est décisif ce sont les menus qui y sont servis, force ...

le 06/08/2013 à 1:10
Signaler
c'est plutôt bien vu dans l'ensemble, mais c'est quoi cette étude de la répression des fraudes? Les fraudes, du moment que l'appellation du produit correspond à ce qui est stipulé sur la carte, ils s'en fichent de ce que vends le restaurateur et de q...

à écrit le 05/08/2013 à 20:37
Signaler
l'année a également été pourrie pour les campings et les hôtels, avec une chute de 10% de la fréquentation en juillet. Baisser la TVA ne ramènera aucun client en plus parce que le resto vient en dernière position dans les priorités derrière l'essence...

à écrit le 05/08/2013 à 19:19
Signaler
la baisse de la TVA a été conditionné de plusieurs points : PRIX : hausse inférieure à la hausse du cout de la vie, et surtout inférieure à la hausse du cout des matières premières et à la hausse des charges sur les salaires. HAUSSE DES SALAIRES : l...

le 05/08/2013 à 20:47
Signaler
hôtellerie à 5.5%???? T'es sûr? Moi je suis dèjà du métier, et une TVA à 10%, c'est largement jouable et correct. Si vous passez votre temps dans les chiffres et les prévisionnels, vous ne ferez jamais rien de bien, il faut de la passion, du coeur et...

le 05/08/2013 à 21:28
Signaler
Bref un futur chômeur non indemnisé ou un gros Mito !

le 05/08/2013 à 21:44
Signaler
je penche pour mito, histoire de placer une critique acerbe sur le l'actuel gouvernement. C'est très mode.

le 05/08/2013 à 23:54
Signaler
Ceci dit : je gère une boite de 9 salariés (ben oui, les seuils sociaux qui bloquent l'embauche, vous connaissez ?) et c'est juste la création d'une nouvelle boite qui est remis en cause (trop d'impôt tue l'impôt, on vous dit!) alors, le chômage, c'e...

le 06/08/2013 à 7:40
Signaler
pauvre petit tu fais plutôt de l'optimisation fiscale pour ton portefeuille pas pour donner de l'emploi

le 06/08/2013 à 8:11
Signaler
Pour pouvoir ouvrir une entreprise hôtelière avec 100 employés vous devez être multimillionnaire. Monter un hôtel est la plus difficile des entreprises. La preuve que vous ne savez pas de quoi vous parlez.

le 06/08/2013 à 10:36
Signaler
@Bellebombarde Faire à manger pour d'autres est une responsabilité, et sans éthique ni passion, cet acte ne vaut guère plus que donner des croquettes au chien. Et encore, le chien lui ne paie pas... Plus de la moitié des restaurateurs sont de petits ...

le 06/08/2013 à 11:15
Signaler
Un surcoût de TVA ? Effectivement, si tu mets la tva dans les coûts, je comprends que le banquier ait pris peur !

à écrit le 05/08/2013 à 18:59
Signaler
C'est la faute des salaires minimum imposés par la réglementation française, ils sont trop élevés. Résultat, les classes moyennes boudent les restaurants en France. Inutile d'accuser la hausse de la TVA. Les pichets de vin sont souvent dégueux et les...

le 05/08/2013 à 19:49
Signaler
Cela dit, les salaires minimum permettent à certains de se payer de temps en temps un petit resto, et quelques jours de congés. Avec 500?/mois, plus de petit noir quotidien, plus de pizza, plus de kebab, plus de congés...

le 05/08/2013 à 21:32
Signaler
C'est tellement vrai ce que vous dites! Certains voudraient vendre leurs plats en suisse et les cuisiner en Inde!

à écrit le 05/08/2013 à 18:58
Signaler
Franchement, après une hausse des prix de plus de 15% pour TVA non répercutée à la baisse et les hausses estivales, ils feraient mieux de se demander si faire payer la galette saucisse plus de 7 euros, les moules sans les frites plus de 10 euros et l...

le 05/08/2013 à 20:43
Signaler
n'importe quoi 15% d'augmentation.... Après, avant d'entrer dans un établissement, regardez les prix affichés, si c'est trop cher pour vous, passezvotre chemin....tout le monde s'en portera mieux.

à écrit le 05/08/2013 à 18:58
Signaler
En même temps faut pas se plaindre. 90% de la bouffe qu'on nous présente dans nos assiettes est totalement immonde! Revoyez vos menus, vos produits, si produit il y a, arrêtez le surgelé, bref changez de métier!

le 05/08/2013 à 20:40
Signaler
y'a plus qu'à aller chez les 10% restants, qui subissent les mêmes augmentations que les autres

à écrit le 05/08/2013 à 18:51
Signaler
Pour l'auteur de l'article : Sauf erreur de ma part, on parle d'élevement par rapport au fait d'élever (dans le sens d'éduquer) dans le cas d'une hausse de TVA, il faudrait plutôt parler d'élévation ... merci (et merci pour l'article)

le 05/08/2013 à 19:44
Signaler
... voire d'élevage!

le 05/08/2013 à 21:02
Signaler
moi je crois que élevement ça n'existe tout simplement pas, lyon 69 invente des trucs

à écrit le 05/08/2013 à 18:47
Signaler
et comment ce fait il que les restaurants etaient bondé au mois de juillet faux arreter de nous mentir tout le temps , c'est pas posssible

le 05/08/2013 à 21:53
Signaler
@c est faux : renseignez vous dans les offices de tourisme ; il y a effectivement une baisse constatée de 10% ( ce qui n empêche pas le monde dans les stations balneaires) : une des raisons semble être plus de français partis en espagne ou grèce ..e...

à écrit le 05/08/2013 à 18:31
Signaler
On n'a plus rien à se mettre sous la...dent

à écrit le 05/08/2013 à 18:11
Signaler
un secteur qui sait bien profiter des climats electoraux... ils se sont gavés sur les marges avec la baisse de la TVA et maintenant ils pleurent parce que la clientèle n'a pas aimé se faire farcir (surtout dans les zones touristiques). Ils feraient ...

à écrit le 05/08/2013 à 17:47
Signaler
La baisse de TVA n'a généré aucune baisse de prix et aucune création d'emploi!!!! Ensuite, on nous présente la crainte de voir 2.500 postes supprimés, après avoir dit que 50.000 postes n'étaient pas pourvus, faute de candidats!!! En toute logique, je...

le 05/08/2013 à 18:38
Signaler
Cette critique acerbe est largement reprise par les internautes comme quoi les restaurateurs s' en mettent plein les fouilles. On devrait demander à ces bravec gens de monter un restaurant et de rester debout huit heures par jour à piétiner six jour...

le 05/08/2013 à 19:10
Signaler
travailler 4 mois et 8 mois de vacances cela peut être dure peut allez vous faire parti des métiers pénibles pour avoir une retraite plus tôt ,

le 05/08/2013 à 19:27
Signaler
@colonnel olnell : Quel est le lien entre la pénibilité de ce travail et le taux de TVA., aucun. Pour moi, le taux de TVA sur du travail qui ne peut pas subir de concurrence étrangère devrait au maximum pour permettre à l'état de l'alléger sur les se...

le 05/08/2013 à 19:43
Signaler
Le message peut paraître caricatural, mais pour le contrer, il suffit de: -prouver que les prix ont baissé de 11,2% lorsque le TVA est passée de 19,6 à 5,5%; -prouver qu'à partir de 2009, les effectifs de la profession ont augmenté plus que la moyen...

le 05/08/2013 à 20:16
Signaler
Rechauffer des plats micro ondes sous vides c'est 80% des restaurateurs en France, il suffit de voir les camions frigorifiques discrets qui font les livraisons discretement tres tot le matin dans les centre ville pour que personne ne les voit : Drak...

le 05/08/2013 à 20:59
Signaler
vous avez l'air assez intelligent pour comprendre que de baisser les prix de 11.2%, emp^che automatiquement d'augmenter les salaires d'embaucher et de d'investir dans son établissement. C'est pourquoi la baisse des préconisée à l'époque était de 3% e...

le 05/08/2013 à 21:07
Signaler
c'est qui drake? Et dans les camions frigo il peut aussi y avoir des produits frais et bons, faut bien s'aprovisionner quelque part, on est pas à la télé où les gentils restaurateurs irréprochables se lèvent à pas d'heure pour faire les courses au ma...

à écrit le 05/08/2013 à 17:35
Signaler
Si je ne dis pas de bêtise, la France réduit le nombre de taux de TVA existant pour se conformer aux législations européennes, donc le taux de 7% ne pourra plus exister, ce sera 5% ou 10%, demander de ne pas monter le taux à 10 reviendrait à demander...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.