Pour le fabricant d'électroménager FagorBrandt, ça passe ou ça casse

 |   |  268  mots
Fagor, la maison mère de FagorBrandt, possède une dette de 800 millions d'euros / Reuters.
Fagor, la maison mère de FagorBrandt, possède une dette de 800 millions d'euros / Reuters. (Crédits : reuters.com)
Les dirigeants de FagorBrandt, la filiale française du groupe d'électroménager espagnol Fagor, pourraient annoncer, ce mercredi, l'état de cessation de paiement de leur société lors d'un comité d'entreprise. Plusieurs sites industriels de la marque sont à l'arrêt depuis la mi-octobre.

La  journée risque d'être longue pour les salariés du fabricant d'électroménager FagorBrandt. Les dirigeants de la filiale française du groupe espagnol Fagor pourraient annoncer, ce mercredi 6 novembre, l'état de cessation de paiement lors d'un comité d'entreprise, qui débutera à 10 heures ce matin.

Le cinquième fabricant européen d'électroménager emploie 1.800 salariés dans l'Hexagone sur différents sites situés à Vendôme (41), La Roche-sur-Yon (85), Aizenay (85), Orléans (45), Rueil-Malmaison (92) et Cergy-Pontoise (95). Mardi, plus de 300 personnes ont manifesté à Vendôme, un des quatre sites à l'arrêt depuis la mi-octobre, pour réclamer le maintien de l'emploi.

La situation économique de Fagor menace FagorBrandt

Lundi, les syndicats avaient déjà demandé "l'aide" de l'État et dénoncé l'urgence "de redémarrer au plus tôt" les usines à l'arrêt, faute de pouvoir payer les fournisseurs. Pour Philippe Breger (CGT), "couper les ponts avec l'Espagne" et se tourner vers l'État est "la seule solution". Si l'État n'intervient pas, "les conséquences seront dramatiques: on préfère brûler l'usine que laisser partir l'outil de travail", a-t-il averti.

Selon les syndicats, 30 à 40 millions d'euros seraient nécessaires à court terme pour relancer l'activité des sites à l'arrêt. Les dettes de FagorBrandt s'élèveraient au total à 250 millions d'euros. En pré-dépôt de bilan depuis le 16 octobre, la maison-mère Fagor affiche de son coté une dette de 800 millions d'euros. Les dirigeants de la filiale française devraient s'exprimer à l'issue du CE, en fin de matinée. Ils doivent être reçus, jeudi, par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2013 à 17:22 :
Les syndicats disent deux choses :
- le besoin de trésorerie immédiat est de 35 à 40 millions d'euros, pour FagorBrandt France
- le carnet de commandes est plein jusqu'à Noël.
J'ai quelques euros dans ma tirelire. Combien de Français dans le même cas que moi ?
a écrit le 06/11/2013 à 12:32 :
Et pendant ce temps la France finance les PME marocaines a hauteur de 67 millions d'euros .. Comme si le Maroc etait une regiona francaise et apres on ose dire que la France est "rac.iste"

(Agence Ecofin) - Mohamed Boussaid, ministre marocain de l'Economie et des Finances, a reçu jeudi 31 octobre 2013 Pierre Moscovici, son homologue français, pour signer une déclaration d'intention relative à la coopération franco-marocaine en matière de financement des PME qui prévoit un appui à la fois technique, financier et en matière de formation.

Pour l'aspect financier, il est envisagé :

d'une part, (i) un transfert au Fonds de garantie PME mis en place par le ministère de l'économie et des finances et géré par la Caisse Centrale de Garantie des ressources qui sont disponibles du Fonds de garantie français en faveur du Maroc, actuellement de l'ordre de 26 millions € ; et (ii) le redéploiement des ressources de coopération financière de l'équivalent de 16 millions € du Fonds de garantie de restructuration financière ;
d'autre part, un dispositif d'un montant maximum de 25 millions € en vue d'améliorer l'accès au crédit des PME
a écrit le 06/11/2013 à 12:16 :
pas étonnant vu la crise en europe , la consommation est cassée dans de nombreux pays , de plus la concurrence venant de pays a faibles couts salariaux n'arrange rien , le groupe n'a plus le choix , il doit se recapitaliser ou se scinder de marques qui l'entrainent vers le fond , bien sur cela va s'en sire qu'il va y avoir de lourdes conséquences sociales .. tous coupables , consommateurs , revendeurs qui veulent attirer le chalands par le moins cher que moins cher et produit ou ? .. trouver 1 milliard c'est pas rien .. bonne chance
a écrit le 06/11/2013 à 11:15 :
zdddddddddddddddzzzzzzzzzzzz
a écrit le 06/11/2013 à 9:52 :
Il faut séparer Brandt de Fagor immediatement et envoyer bouler les basques de Fagor. Brandt Vedette France est en train de morfler a cause de la crise en Espagne et leur perte de 800€ millions. Montebourge doit agir au lieu de blablater, Brandt Vedette ne doit pas fermer cela serait une abomination, flamby et Montebourge au lieu de gerer leonarda, gerez nos emplois
Réponse de le 06/11/2013 à 10:51 :
Si "Montebourde" ou "bourge" est fauché, et si on ne peut plus imposer davantage pour une nationalisation gauchisante, reste plus qu'une recapitalisation avec les sous de qui ? , même en rachetant à un liquidateur au prix de la charogne.
Réponse de le 06/11/2013 à 11:32 :
Quand il s agit de mobiliser de l argent pour faire une guerre ou du n importe quoi, on y arrive en France!! Donc il est temps de mener la guerre au désastre économique. Aux States c est ce qu ils ont fait impunément avec la GM et Chrysler et tout le monde l'a fermé
Réponse de le 06/11/2013 à 12:40 :
Aux states, il ont aussi - et surtou - fermé un usine sur deux pour pouvoir redemarre apres la recapitalisation. On a tendace a oublier ça en France. ...
Réponse de le 06/11/2013 à 13:35 :
Oui et alors? Vaut mieux fermer une usine sur 2 et que l activité reparte plutot que toutes d un seul coup et laisser un desert....non?
Réponse de le 06/11/2013 à 14:04 :
on est d'accord. Mais il faut bien en etre conscient...tous ne garderons pas leur emploi, ni chéque elu son usine...
Réponse de le 06/11/2013 à 15:05 :
Toutes ces fermetures d'entreprises on peut dire MERCI à Flamby et à Montegourde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :