La liqueur tricolore Grand Marnier devient italienne

 |   |  305  mots
L'offre publique d'achat, qui s'est déroulée du 18 au 21 mai, valorise l'entreprise à 684 millions d'euros.
L'offre publique d'achat, qui s'est déroulée du 18 au 21 mai, valorise l'entreprise à 684 millions d'euros. (Crédits : DR)
Le groupe italien Campari a réussi son offre publique d'achat (OPA) sur la Société des Produits Marnier Lapostolle (SPML), qui fabrique la célèbre liqueur à l'orange amère Grand Marnier.

La Société des Produits Marnier Lapostolle (SPML), propriétaire du cognac Grand Marnier - et monument de la gastronomie française - passe sous le giron du fabriquant d'apéritif italien.

La société Davide Campari-Milano détient désormais à titre individuel "69,76% du capital et 54,51% des droits de vote" et, de concert avec les actionnaires familiaux, "97,83% du capital et 95,81% des droits de vote", selon un avis de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

"Une publication ultérieure précisera la date de la mise en oeuvre d'une procédure de retrait obligatoire, qui sera demandée par l'initiateur", ajoute l'AMF.

En effet, Campari avait prévenu que, dans le cas où il détiendrait plus de 95% du capital à l'issue de l'OPA, il rachèterait le reste du flottant pour retirer SPML de la cote.

>>>LIRE AUSSI : Campari prêt à avaler Grand Marnier

Le géant italien diversifie son portefeuille

La société italienne, propriétaire d'environ 50 marques, dont l'apéritif Campari, la vodka Sky et le whisky Glen Grant, entend ajouter ainsi à son portefeuille "une marque premium particulière" qui lui permet de "capitaliser sur le retour des cocktails classiques, particulièrement aux Etats-Unis" et de "consolider sa position de premier fournisseur mondial de liqueurs premium et de liqueurs amères". L'offre publique d'achat, qui s'est déroulée du 18 au 21 mai, valorise l'entreprise à 684 millions d'euros.

Fabriqué en Normandie à base d'écorce d'orange amère et de Cognac, le Grand Marnier est utilisé dans de nombreux cocktails ainsi que dans des mets classiques de la gastronomie hexagonale comme les crêpes flambées.

La SPML, qui a réalisé l'an dernier 151,7 millions d'euros de chiffre d'affaires, exportait plus de 90% de sa production dans plus de 150 pays, et les alcools de la gamme Grand Marnier représentaient 85% de ses ventes.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2016 à 12:36 :
Un de nos " fleurons " s'exile lui aussi ...
Le Frenchexit est aussi une réalité dont nos gouvernants incapables et laxistes sont les uniques responsables...
Qui veut encore investir ou rester en France alors que l'Europe est pleine de places bien plus attractives car moins dispendieuses et surtout moins INSTABLES.
Si des lois sortent et déplaisent on ne publie jamais les décrets d'applications ou alors on passe avec 49-3...
CELA SE PAIE A PEINE PLUS TARD !
a écrit le 28/06/2016 à 12:49 :
suis content il vaut mieux les Ritals que les Chinechines avec leur alcool de riz frelaté Hi han
a écrit le 28/06/2016 à 11:59 :
Étranglés d'impôts et de charges, les entrepreneurs français se vendent, sachant que leur savoir faire pourra être exploité depuis l'étranger.Quant aux politiques, tout à leurs petits jeux dérisoires de réélection, sur les ruines de leur incompétence et de leur voracité, ils continuent benoitement à débiter, des subventions et leurs inepties sur l'économe administrée, vantant leur modèle en faillite de clientélisme social, tout en répétant mécaniquement : "cela va mieux", ah bon ? Alors comme pour l'Europe ne changeons rien, la chute n'en sera que plus rapide.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :