Salmonelle : Lactalis visé par une enquête préliminaire

 |   |  421  mots
600 lots ont été rappelés mi-décembre par le fabricant de lait infantile à la demande de Bercy.
600 lots ont été rappelés mi-décembre par le fabricant de lait infantile à la demande de Bercy. (Crédits : Charles Platiau)
Le fabricant de lait infantile fait l'objet d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris, notamment pour "blessures involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui". Ayant proposé à la vente des laits contaminés par des salmonelles, Lactalis a été contraint de retirer 600 lots à la mi-décembre.

Lactalis, premier groupe laitier français, est visé par une enquête préliminaire dans le dossier de laits infantiles contaminés par des salmonelles. Une enquête a été lancée le 22 décembre par le pôle santé publique du parquet de Paris, selon des sources judiciaires interrogées par Reuters et l'AFP. Elle a notamment été ouverte pour "blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui", "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" et "inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit d'origine animale ou de denrée en contenant préjudiciable à la santé", a-t-on précisé. L'enquête est confiée aux gendarmes de la section de recherche d'Angers et à ceux de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP).

Lactalis a procédé depuis début décembre à des retraits de plusieurs lots de laits infantiles fabriqués depuis le 15 février 2017 dans son usine de Craon (Mayenne) à la suite de signalements par les autorités de santé d'un risque de contamination. Selon l'AFP, le volume des produits concernés par ce rappel se chiffre en milliers de tonnes. Mais le groupe, connu pour sa discrétion, n'a pas voulu le préciser. Le retrait concerne des produits de marque Picot (poudres et céréales infantiles), Milumel (poudres et céréales infantiles) et Taranis (mélange d'acides aminés en poudre destinés au traitement de pathologies), selon Lactalis.

35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis août

Une première plainte a été déposée mi-décembre par le père d'une fille de trois mois, qui avait consommé un lot concerné par les rappels mais n'était pas tombée malade. L'association de consommateurs UFC-Que Choisir avait annoncé son intention de faire de même.

Au 20 décembre, l'autorité de surveillance Santé publique France avait recensé 35 nourrissons (dont 20 filles) atteints de salmonellose en France depuis la mi-août. Ce nombre inhabituel l'a amenée à parler d'"épidémie", mais la santé de tous ces enfants est bonne, y compris pour les 16 qui ont été hospitalisés. Pour 31 enfants malades, il a été prouvé qu'ils avaient consommé un lait infantile de l'usine Lactalis de Craon. Dans la foulée, Lactalis a annoncé le 21 décembre le rappel de la totalité des produits fabriqués ou conditionnés dans son usine de Craon face au risque de contamination par salmonelle de laits destinés aux bébés.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2017 à 10:46 :
C'est vraiment une honte cette affaire on parle de lait pour bébés, les contrôles devrait être drastiques.
a écrit le 26/12/2017 à 19:23 :
Depuis les fraudes de l'année 2000 et 2010 , ainsi que les pollutions de 2012 et 2017, je fuis cette marque et sa ribambelle de faux noms du terroir.
a écrit le 26/12/2017 à 15:36 :
Un article précieux étant donné que c'est une info dont on ne devrait pas beaucoup entendre parler, mais bon à un moment on ne peut plus faire semblant de regarder à côté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :