Viande de laboratoire : levée de fonds record pour la startup Memphis Meats

 |   |  356  mots
(Crédits : DR)
L'entreprise a développé de la viande de boeuf, de poulet ou de canard une boulette conçue à partir de cellules prélevées sur des animaux et "cultivée" en machines.

Levée de fonds historique dans le secteur de la viande à base de cellules. La startup américaine Memphis Meats vient de récolter 161 millions de dollars (146 millions d'euros) auprès d'investisseurs. C'est davantage que les sommes jamais investies dans cette activité.

Basée à Berkeley, en Californie, l'entreprise s'était fait connaître en 2016, lorsqu'elle avait présenté une boulette conçue à partir de cellules prélevées sur des animaux et "cultivée" en machines. Elle a depuis développé d'autres aliments équivalant à de la viande de boeuf, de poulet ou de canard.

La nouvelle levée de fonds de Memphis Meat est emmenée par les sociétés d'investissement SoftBank, Norwest et Temasek. Mais plusieurs personnalités y ont aussi participé, dont Richard Branson, Bill Gates et Kimbal Musk, ainsi que les géants de l'agroalimentaire Cargill et Tyson Foods.

Memphis Meats souhaite utiliser cet apport d'argent frais pour construire une usine de production, étoffer ses équipes et lancer ses produits sur le marché. La jeune pousse travaille actuellement avec diverses agences sanitaires pour obtenir le feu vert à leur commercialisation.

Burger "in vitro"

Le premier burger "in vitro" conçu à partir de cellules souches de vaches par un scientifique néerlandais de l'université de Maastricht, Mark Post, a été présenté en 2013. Plusieurs startups se sont depuis engouffrées sur le créneau.

"Pour l'ensemble de l'industrie, un investissement de cette taille renforce la confiance dans l'idée que cette technologie est déjà là plutôt que dans un avenir lointain", souligne Bruce Friedrich, directeur de The Good Food Institute, un organisme promouvant les alternatives à la viande et au poisson.

Le coût de production est encore très élevé et aucun produit n'est disponible à la vente. Viande "de laboratoire", "artificielle", "à base de cellules", "cultivée", l'appellation même fait encore débat. Mais des dégustations ont déjà eu lieu et les acteurs du secteur misent sur une commercialisation à petite échelle assez rapidement. Pour leurs partisans, les viandes et poissons à base de cellules peuvent transformer durablement le système de production en évitant d'élever et de tuer des animaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2020 à 16:30 :
ca rappelle le film ' l'aile ou la cuisse', avec coluche et de funes
et monsieur tricatelle
a écrit le 27/01/2020 à 15:11 :
sauf que....Actuellement les protéines animales nécessaires à la croissance des cellules proviennent de sérum de foetus de veau. Et Il faut sacrifier 6 foetus de veau pour fabriquer un seul kg de viande synthétique.

Autre point passé sous silence, il faut prélever les cellules souches sur des animaux vivants pour espérer en faire quelque chose.

A la base du processus, il a donc déjà deux actions discutables en matière d'éthique et de souffrance animale.

Pour en terminer, il n'y a qu'un moyen d'empêcher les êtres vivants de souffrir.... c'est de les empêcher de naître.
Quand les écolos "bobos" auront compris ce qu'une mort "naturelle" veut dire pour des bovins dans les espaces naturels, ils seront plus distanciés face aux processus d'abattage humains (qui restent très perfectibles).

L'homme est un mammifère omnivore, et même s'il est capable de vivre sur des diètes entièrement carnées (inuits) ou végétales (.. pas trouvé d'exemple), la variété est la clef de sa bonne santé.
a écrit le 27/01/2020 à 11:04 :
Oui il y a un côté écœurant mais pour ma part s'ils arrivent à retrouver le gout de nos meilleurs viandes et pas celle immonde que nous propose l'agro-industrie parce qu'injectés de produits en tout genre, j'irais sans problème et dans 50 ans on se demandera bien comment et pourquoi on a massacré les animaux, pour en jeter au final 40%, dommage que les principaux responsables ne seront plus là, toute leur vie ils l'auront passé à échapper à leurs responsabilités.
Réponse de le 27/01/2020 à 15:48 :
Les principaux responsables qui passent leur vie à échapper à leurs responsabilités ? Vous ciblez le citoyen moyen qui va acheter son poulet chez carrefour ou auprès de son AMAP? Car en fin de compte, c'est lui qui est responsable de la mort du poulet, il avait le choix de ne pas en manger.
Réponse de le 27/01/2020 à 16:15 :
je serais curieux de savoir comment vos cellulles poussent sans intrants dans les éprouvettes....quant au gout..... même question.....ceci étant, je ne serais jamais client de ce genre de produits....
on nous vante déjà les fermes urbaines, on omet de dire que les légumes ne poussent pas qu avec de l eau......mais avec des élément nutritifs....dont vous ne savez strictement rien

80 des fraises que l on mangent l été n ont plus de vraiment de goût....ou toutes le même......par rapport à celles que l on peut faire pousser dans son jardin.....

bref.....autant sauter le cap et se nourrir de cachets
Réponse de le 27/01/2020 à 18:08 :
@ multipseudos: "Vous ciblez le citoyen moyen "

Le citoyen achète de la viande en supermarché, il ne l'abat pas et ça fait 5 ans que tu me harcèles avec cette débilité sémantique mon pauvre gars... -_-

Signalé, c'est pour ton bien.

@curieux 37

Je ne dis pas qu'on y est attention ! Je dis que si ils arrivent à reproduire le goût de notre meilleure viande je serais client, mais je doute qu'ils y arrivent rapidement hein...

En attendant arrêtons de torturer les animaux, abattons les dans le respect et la dignité d'êtres vivants que l'on sacrifie pour se nourrir. ET en plus... c'est meilleur pour le goût !
a écrit le 27/01/2020 à 10:58 :
En pricipe ce type de viande reconstitué est interdite à la vente en France depuis la crise de la vache folle.
Réponse de le 27/01/2020 à 14:51 :
Ce n'est pas de la viande reconstituée ou alors on utilise une définition différent du mot. C'est possible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :