Air France : les syndicats haussent le ton et menacent de faire grève à nouveau

 |   |  441  mots
De nouveaux blocages sont probablement à prévoir à Air France en septembre.
De nouveaux blocages sont probablement à prévoir à Air France en septembre. (Crédits : Christian Hartmann)
Les syndicats d'Air France ont annoncé jeudi 30 août leurs volonté de "durcir le conflit" pour obtenir gain de cause. L'hypothèse d'une nouvelle grève de quinze jours, en écho à celle du premier trimestre, est envisagée pour la rentrée.

Au football c'est qui s'appelle un match retour. L'intersyndicale de la compagnie Air France (CGT, FO, SUD, SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF, SNPL et Alter) repart au combat après la grève de quinze jour entamée au premier trimestre 2018. Dans un communiqué commun diffusé jeudi 30 août, il a regretté "l'attitude totalement irresponsable des dirigeants d'Air France" et a menacé d'un "fort durcissement du conflit" pour arriver à ses fins.

Les syndicats s'émeuvent que près de quatre mois sans grève n'aient pas permis la reprise des discussion sur leur demande de hausse des salaires. Ils réclament un rattrapage générale de 5,1 % des salaires correspondant à l'inflation 2012-2017. Cette doléance avait provoqué quinze jours de grève en début d'année et le départ, en mai, du PDG Jean-Marc Janaillac suite au refus d'une proposition d'accord salarial pour une majorité des salariés. Les syndicats fustigent d'ailleurs le maintient du statu quo de la part de la direction en l'absence du nouveau patron d'Air France-KLM, Ben Smith, attendu au plus tard le 30 septembre.

Des modalités d'actions à envisager

"L'annonce faite le 16 août dernier de l'arrivée de M. Benjamin Smith au poste de directeur général d'Air France-KLM n'a absolument pas réglé la question du rattrapage de nos salaires bloqués de 2012 à 2017", regrettent les syndicats dans leur communiqué. Ils disent faire "le constat amer qu'ils sont les seuls à qui l'on oppose l'absence du nouveau directeur général de la holding Air France-KLM (alors qu'il est déjà nommé) comme excuse hypocrite à l'immobilisme salarial".

Lire aussi : Air France-KLM : Ben Smith peut-il réussir là où les autres ont échoué?

L'intersyndicale"rendra publiques sous peu les actions qu'elle proposera à l'ensemble du corps social de la compagnie Air France pour rattraper et mettre fin définitivement au blocage des salaires", poursuit le texte. Une nouvelle intersyndicale doit se réunir le 7 septembre pour déterminer les modalités. Mardi 28 août, Vincent Salles, délégué CGT de la compagnie, évoquait de "fortes probabilités" d'une nouvelle grève. Pour cause, fin juillet, l'intersyndicale avait annoncé qu'avec ou sans PDG pour succéder à Jean-Marc Janaillac, le conflit pour les salaires reprendrait en septembre. Le syndicat de pilotes SNPL avait surenchéri par la suite en menaçant de "quinze jours de grève" si la négociation avortée sur les salaires ne reprenait pas. Ce qui est actuellement le cas.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2018 à 12:36 :
Rah le bol des français et leurs avantages. En Grèce les gens bossent pour 600€ par mois. C’est pas parce qu’on a fait des études ou qu’on a un poste à responsabilités qu’on mérite automatiquement plus que 600€ par mois.
A Ryanair, ils sont payés 500€ par mois (et encore, c’est lorsqu’ils sont payés) et ils ne se plaignent pas, leur travail est exceptionnel et ils sont fiers de leur compagnie et des bénéfices qu’elle engrange pour leur patron et pour ses vertueux actionnaires.
Réponse de le 03/09/2018 à 1:40 :
Il a raison, que l'on paie tous ces privilégiés de salariés français au SMIC du Bangladesh.
Vive Momo le visionnaire!
a écrit le 01/09/2018 à 8:33 :
avec un nouveau patron qui je le souhaite sera ferme il faut qu'il prenne ses marques ce ne sont pas les syndicats qui commandent devant l'etat des finances et de la concurrence ils sont totalement inconscient ils verront bien s'ils se retrouvent au chomage ils n'ont pas compris avec la faillitte de la compagnie maritime pas trop confiance envers l'etat mais encore envers les syndicats qui ne semble ne rien comprendre de la direction d'une entreprise;
a écrit le 31/08/2018 à 12:31 :
comment attaquer la rentrée avec une migraine....même les plus "patriotes" comme moi commencent à se sentir seuls, mais surtout à en avoir marre de ces gens qui se permettent de faire grève alors qu'ils sont les mieux payés au monde vue le taux horaire de l'heure de vol. Scandaleux et répugnant.
Réponse de le 03/09/2018 à 1:41 :
Les mieux payés du monde? D'où sortez-vous de pareilles âneries?
a écrit le 31/08/2018 à 6:25 :
En effet "il est temps ... " de les laisser couler.
a écrit le 30/08/2018 à 20:54 :
Ah.........mon feuilleton préféré a recommencé ! Certes on connait déjà la fin, la vente à un masochiste ou l'extinction style Alitalia, mais les étapes intermédiaires de la série sont toujours succulentes, même si chaque épisode démarre immanquablement par les grèves des malheureux sous-payés de l'enfer du vol. Avec un canadien à la tête du groupe , on va peut surement avoir un peu plus d'originalité : un régal ..........
La concurrence en salive d'avance !
a écrit le 30/08/2018 à 20:33 :
En parlant d'avions :

Deux départs à la retraite et une arrivée de militaires haut gradés sont célébrés cette semaine par des vols d’avions de chasse à 17 500 euros l’heure, et quitte à suspendre le trafic aérien.

http://www.liberation.fr/france/2018/08/28/dans-l-armee-de-l-air-les-pots-de-depart-sont-chers_1675106
Réponse de le 31/08/2018 à 6:24 :
Subventions allouées à Liberation pour 2017 par l'Etat 6,376,144 Euros.
On commence par couper quelles dépenses superflues ?
a écrit le 30/08/2018 à 20:21 :
Cool. Je vais encore devoir voler sur KLM alors pour etre sur d'arriver a destination a temps.
Vendons Air France a Delta et Air China et on verra ce qui se passera ensuite....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :