Essai auto : Kia Cee'd, une coréano-européenne très concurrentielle

 |   |  847  mots
La compacte Cee'd rivalise avec les meilleures françaises. Un prix attractif et une sobriété de bon aloi la rendent fort attractive. En prime : une garantie de sept ans.

La Cee'd a fait beaucoup parler d'elle lors de sa présentation, voilà trois ans. C'était en effet la première coréenne fabriquée en Europe (en Slovaquie). Elle était garantie sept ans (ou 150.000 kilomètres). Et ses qualités routières n'avaient pas à rougir face aux meilleures berlines compactes concurrentes. La Cee'd marquait un extraordinaire pas en avant de la marque Kia, filiale du groupe Hyundai.

Après plus de 230.000 unités vendues en Europe occidentale, la firme de Séoul vient de donner un coup de jeune à sa Cee'd. Contrairement aux assertions du constructeur, les retouches sont en fait plutôt légères. La ligne générale reste douce et sobre, loin de l'agressivité prétentieuse de bien des rivales. Cette même neutralité se retrouve à l'intérieur, d'un style typiquement coréano-nippon, à savoir simple, ergonomique, avec des assemblages rigoureux (plus que sur une Peugeot 308), mais sans charme particulier, avec une "ambiance" noire uniforme particulièrement sinistre. Il serait d'ailleurs temps que les constructeurs mettent un peu plus d'imagination quand ils dessinent leurs habitacles.

Quel fabricant de meubles s'aviserait de faire des canapés aussi lugubres et rêches au toucher ? Or, les sièges et la planche de bord, c'est ce que le conducteur voit en permanence, bien plus que la ligne extérieure ! L'habitacle de la Cee'd n'est toutefois pas plus triste que celui d'une Renault Mégane équivalente. Reconnaissons-lui au moins le mérite d'un espace intérieur appréciable et fonctionnel. Le break, à l'esthétique plus originale, offre, en plus, un coffre à la capacité intéressante.

Les évolutions mécaniques sont plus marquées que les modifications esthétiques. La firme a en effet ajouté un système de "Stop and Start" (arrêt et redémarrage automatiques du moteur au feu rouge) à une mécanique diesel de 115 chevaux. Le résultat est excellent. Preuve de la maîtrise technique du coréen. Le système fonctionne très bien, sans aucun à-coup (une prouesse sur un diesel). Arrêt et redémarrage sont ultra-rapides, sans hésitation. Bravo. Sauf que, comme ses congénères, le système ne fonctionne pas par grand froid (moins de 4 degrés), fortes chaleurs ou si les embouteillages s'éternisent, afin de ne pas vider la batterie. Intérêt donc limité.

Le moteur, dont Kia assure qu'il a été mis au point en Allemagne, présente en lui-même des caractéristiques également appréciables, à savoir une vivacité, une souplesse et une rondeur de fonctionnement, qui en font l'un des plus plaisants de la catégorie. Les verrouillages assez secs de la boîte de vitesses ne dérangent pas, sauf à froid où le levier accroche au passage des rapports.

Kia affirme avoir retravaillé les suspensions, dans le sens d'un meilleur confort. De fait, si la tenue de route demeure aussi précise et rassurante qu'auparavant, les trains roulants se révèlent moins fermes. Le compromis apparaît heureux et difficilement critiquable. Quelle belle mise au point ! La direction à l'assistance bien dosée, de nouvelle génération, participe aussi au plaisir de conduite. Toutefois, à haute vitesse sur autoroute, sa légèreté donne une impression d'inconsistance, surtout si le vent s'en mêle. Mais on s'y habitue. Davantage qu'aux bruit d'air insistants à partir de 120 à l'heure.

La Kia Cee'd surprend donc par son agrément mécanique et ses trains roulants efficaces, bien servis par des pneus Michelin, avec un confort dont Opel ou Volkswagen pourraient s'inspirer. Le "Stop and Start" contribue, ce qui ne gâche rien, à abaisser les consommations. Du coup, l'homogénéité de cette Cee'd est remarquable à ce niveau de gamme. Comme les prix sont toujours modérés (3.000 euros de moins que la concurrence) et l'équipement riche, l'offre est tentante. Une version Style coûte 19.590 euros. Très concurrentiel. Le break, éminemment recommandable avec 23 centimètres de plus en longueur pour ceux qui ont besoin de place, s'affiche à 20.390 euros.

Une option intéressante : le "Pack sérénité", avec contrôle électronique de trajectoire, assistance au freinage d'urgence, contrôle de traction, assistance au démarrage en côte, à 600 euros. Mais il n'est disponible qu'en finition haute Active (à 20.790 euros en berline).

Evidemment, la marque Kia ne dispose pas d'un réseau très étendu en France, et les prix des pièces détachées sont plus élevés que sur une voiture française. Mais la super-garantie compense, au moins en partie, cet inconvénient. Bref, à part une présentation triste et l'insuffisante notoriété de la marque, la Cee'd n'a, globalement, que des qualités.

Modèle d'essai : Kia Cee'd 1,6 CRDi 115 Style: 19.590 euros (-700 euros de bonus)
Puissance du moteur : 115 chevaux (diesel)
Dimensions : 4,26 mètres (long) x 1,79 (large) x 1,48 (haut)
Qualités : agrément moteur, système "Stop and Start" bien réglé, suspensions efficaces, habitabilité, prix modéré
Défauts : réseau après-vente insuffisant, présentation triste, transmission ferme à froid
Concurrentes : Toyota Auris 126 D-4D Dynamic : 22.700 euros ; Renault Mégane 1,5 dCi 110 Expression : 22.700 euros ; Peugeot 308 1,6 HDi 110 Premium : 23.450 euros

Note : 14,5 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :