Sécurité routière : les radars "pédagogiques" vont se multiplier

 |   |  349  mots
Copyright Reuters
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a annoncé ce lundi l'installation de 2.200 radars indiquant aux automobilistes leur vitesse sans PV à la clé.

D'ici la fin de l'année, des radars signaleront aux automobilistes leur vitesse sans les sanctionner dans certaines zones à risque. Ces derniers ne remplaceront pas les panneaux signalant la présence de radars fixes dont le gouvernement a annoncé le démantèlement.

"Près de 200 radars pédagogiques seront installés d'ici le mois de juin. Puis dès le 15 juin, un appel d'offres sera lancé pour l'installation de 2.000 radars pédagogiques supplémentaires d'ici la fin 2011", a annoncé Claude Guéant, après avoir assisté à l'installation de l'un d'entre eux et au démontage d'un panneau signalant la présence de radars, près de Proyart (Somme).

"Ces radars seront l'un des moyens supplémentaires offerts aux automobilistes de bonne foi pour respecter les limitations de vitesse. Ils ne remplacent pas les panneaux signalant la présence de radars fixes", a expliqué le ministre, soulignant qu'ils "ne serviront pas à sanctionner". Par exemple, le radar installé près de Froyart dispose d'un signal clignotant rouge pour signaler à l'automobiliste un excès de vitesse. Un message rappelle les consignes : "rappel zone à 90 km/h" ou encore "danger ralentir".

"Les radars seront installés dans les zones dangereuses, en concertation avec les élus locaux, parfois en amont des radars fixes, mais à une distance aléatoire, parfois dans des zones où il n'y a pas de radar", a expliqué Claude Guéant. "L'ensemble des panneaux signalant les radars seront démontés d'ici fin 2011", a déclaré  Claude Guéant.

Revenant sur la polémique qui a opposé le gouvernement et des députés UMP sur les radars, le ministre a affirmé qu'il n'y avait eu "aucun changement dans la décision gouvernementale". "Ce n'est pas reculer que d'écouter les avis des uns et des autres, c'est simplement se donner les meilleurs moyens d'aboutir", a-t-il dit.

Le coût d'installation d'un radar pédagogique devrait se situer entre 2.500 et 5.000 euros suivant la zone et le type de radar. "Ce ne sont pas les contribuables qui financeront ce coût, mais les contrevenants" grâce aux amendes, a assuré le ministre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2011 à 11:55 :
J'accueille favorablement ces installations.J'ai vérifié l'impact positif dans ma commune
a écrit le 31/05/2011 à 11:35 :
Un radar "pédagogique", c'est comme un pistolet semi-automatique qui tire des balles "gentilles" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :