Comment les marques automobiles appâtent les Français

 |   |  644  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Carburant ou TVA remboursés, prêts à taux zéro... Pour tenter les consommateurs, les constructeurs automobiles multiplient les promotions en ayant recourt à des artifices marketing. Enquête sur ces remises qui ne disent pas leur nom.

"Le prix du carburant n'est plus un problème" proclame Citroën depuis quelques jours sur les ondes et dans la presse. Ne plus se préoccuper du prix du plein pendant six voire huit ans pour l'achat d'une voiture, voilà un argument de nature convaincre les plus hésitants et à, au moins, interpeller, les autres. Avec cette offre, la marque aux chevrons joue ouvertement sur la corde sensible des Français : le pouvoir d'achat.

"La vie chère, c'est une préoccupation des français, c'est un fait. On s'adapte et on réagit" reconnaît Philippe Narbeburu, responsable marketing France chez Citroën. La marque aux chevrons place la hausse des coûts du carburant au c?ur de sa campagne pour "attiser la curiosité" des consommateurs et "générer du trafic dans les points de vente".

Une simple ristourne

En réalité, l'offre correspond ni plus ni moins à une banale ristourne sur le tarif officiel. Jusqu'au 30 juin, les acquéreurs d'une C4 e-HDI la paieront 3.830 euros de moins dont près de 400 euros correspondent au bonus écologique financé par l'Etat. Pas sûr que cette ristourne permette réellement aux acheteurs de s'offrir les pleins nécessaires pour faire rouler leur voiture pendant 6 ans. Le calcul du constructeur s'appuie en effet un tarif du gasoil à 1.36 euros le litre en mai 2011 pour 10.000 kilomètres parcourus en moyenne par an et une consommation de 4.2 litres de carburant pour 100 km parcourus en "consommation mixte". 

Hausse du prix du carburant

Mais l'argument marketing peut faire mouche. Les dépenses contraintes des ménages disposant d'un véhicule a beaucoup souffert des hausses du carburant. L'année dernière, le budget dévolu à l'automobile par les Français a bondi de 2,4%. C'est ce que révèle l'Automobile Club, Association Française des Automobilistes (ACAFA) dans son dernier rapport publié le 16 juin. Les pleins ont ainsi coûté aux automobilistes 1,85% de plus s'ils roulent au super et 2,7% s'ils ont un modèle diesel. Leur prime d'assurance s'est, elle, envolée de 2.1% en moyenne. Au total, la hausse du budget "automobile" a donc nettement dépassé l'inflation (1,5% en 2010).

TVA offerte

Si "tout augmente" comme le répète Renault dans ses messages publicitaires, les constructeurs doivent bien continuer à vendre des voitures. Après la période où les ventes ont été dopées par la prime à la casse, "les constructeurs doivent rivaliser d'imagination pour attirer les automobilistes" relève Roger Braun, président de l'ACAFA. Et afficher de simples remise ne suffit plus.  Ford par exemple recourt ainsi à un argument de vente tentant. Il assure rembourser la TVA à ceux qui achéteraient certains de ses modèles. En fait, il ne s'agit pas d'autre chose qu'une simple remise de 16.39% - certes équivalente à la TVA - sur le prix de vente.

D'autres constructeurs comptent aussi sur des promotions plus "classiques". Ford propose ainsi des crédits à taux annuel effectif global de 0% pour tous les particuliers qui voudraient s'acheter une Fiesta. Volkswagen utilise le même argument et propose des crédits à taux faibles sur certains modèles de sa Golf. Chez Nissan des locations longue durée sans apport son proposées sur des modèles comme Qashqai ou Micra. Ailleurs, pour la reprise d'anciens véhicules une remise allant de 1.100 à 3.800 euros est pratiquée chez Peugeot, pour les "sportium".

Certains de ces rabais "peuvent être effectivement intéressants" signale Roger Braun, il faut seulement comparer les prix nets entre eux et la part effective de remise sur le prix final. Et puis il est toujours possible de négocier encore un peu chez le concessionnaire.

Toutefois, "une fois passé la curiosité, il faut convertir tout cela en euros" prévient le directeur de l'association d'automobilistes. Ce dernier conseille aux consommateurs d'être "attentifs et malins" : "Il faut comparer les prix nets" glisse-t-il en guise de conclusion.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2011 à 6:34 :
Pour information, une réduction de 16.39% correspond bien à un remboursement de la TVA.
Un véhicule est acheté 10 000? HT soit 10 000 x 1.196 = 11 960? TTC
La réduction est de 1960 / 11960 x100 = 16.39%.
Les auteurs devraient vérifier le contenu de leur article...
Réponse de le 20/06/2011 à 15:53 :
Cher Correction,

Vous faites sans doute référence à cette phrase :


"Les auteurs" le disent en toutes lettres, des remises équivalentes à la TVA existent.

Mais ces promos ne sont rien d'autres que des remises. En aucun cas la TVA à 16,95% n'est vraiment supprimée. C'est juste un autre exemple d'argument de vente utilisé pour attirer des clients.
a écrit le 18/06/2011 à 9:29 :
Le marketing ou l'art cochon de faire prendre des vessies pour des affaires en or!
a écrit le 18/06/2011 à 7:59 :
Que ce soit dans l'automobile ou ailleurs, ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent, la recherche du bénéfice en resserant tous les postes de production (Sauf les leurs : grands patrons et actionnaires) les perdra avec le capitalisme. Ils devraient méditer la phrase de Ford (sauf erreur) "Je paie bien mes ouvriers pour qu'ils puissent acheter mes voitures"
Réponse de le 18/06/2011 à 16:48 :
sauf qu'aujourd'hui, contrairement aux années 30, il y a une vraie concurrence mondiale sur le marché automobile. Si tu es patron de Ford et que tu appliques ce principe, tes salariés achèteront peut-être une BMW... et donc tu perdras sur tous les tableaux.
Ce qui était vrai il y a 20, 40 ou 80 ans n'est pas forcément vrai aujourd'hui...
Réponse de le 19/06/2011 à 7:00 :
Mon propos valait pour tous les acteurs de l'économie mondialisée et non pas pour les seuls constructeurs Français et il est finalement dans l'air du temps : « Que le meilleur gagne ».
Du moins c'est ce que veut faire croire le capitalisme financier,car ils ne vous aura pas échappé qu'après avoir combattu le communisme d'état, le capitalisme financier pratique par le biais des connivences et des associations/fusions, un communisme économique destiné à tuer dans l'oeuf cette utopie de la concurrence libre et non faussée pour n' enrichir que ses acteurs.
Plus adeptes de « on gagne à tous les coups » pour la course au profit, ils appauvrissent ceux là même qui génère leur enrichissement. Cette phrase de ford placée dans le contexte de la mondialisation trouve donc,contrairement à ce que vous dites, tout son sens à notre époque.
Réponse de le 19/06/2011 à 14:26 :
Phédon, ou l'art d'avoir raison contre les faits et la logique :O
Réponse de le 19/06/2011 à 16:43 :
Pro de rhétorique ou l'art de la suffisance et du dogmatisme ambiant
a écrit le 17/06/2011 à 20:37 :
nous voulons des voitures simples , fiables , sans gadgets , sans bling blig et donc pas chères comme les DACIA . Quand à l'électrique c'est comme Solar Impulse un fantasme d'écolo (300km en 16 heures , fragile une orchidée) . Quand un camion de 40 tonnes fera Marseille Lille non stop à 100km/h on en reparle ...et le plein d'électrons en 10 minutes !
Réponse de le 19/06/2011 à 7:59 :
Il ne faut pas oublier qu'il y a à peine un peu plus d'un siècle on essayait de faire des boucles de 1km avec des avions avec moteur à explosion. Solar Impulse, est un projet de laboratoire mais présenté avec beaucoup de publicité pour les foules.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :