Renault et Fiat critiquent l'alliance PSA-GM

 |  | 751 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le directeur général délégué du constructeur au losange, Carlos Tavares, a ironisé sur l'absence de réciprocité capitalistique dans la nouvelle alliance PSA-GM. Le patron de Fiat, Sergio Marchionne, estime que ces accords ne vont pas assez loin dans l'intégration des activités européennes.

« J?avais appris qu?une alliance, c?était des participations croisées », ironise Carlos Tavares. Répondant à une question sur l?alliance GM-PSA, le directeur général délégué de Renault explique : « les participations croisées, c?est la meilleure façon de cimenter l?esprit gagnant de deux équipes. Cela garantit que je peux attendre de mon partenaire la réciprocité dans tout ce que peux faire pour lui ».

Lors d?une table ronde dans le cadre du salon de Genève, le patron opérationnel de la firme au losange enfonce le clou : « je comprends que la prise de participation de GM dans PSA signifie que (ce dernier) a besoin de cash ».

Surcapacités pointées

GM comme PSA ont « tous deux des problèmes de surcapacités. Je me demande comment ils vont faire », précise Carlos Tavares. C'est le cas en Europe de l'Ouest où les constructeurs sont confrontés à la question des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2012 à 11:29 :
psa va se faire bouffe par gmc c est dit , des americain sui nous veulent du bien pfff qui peu croire cela venant des anglo saxon

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :