Assaut raté sur Volkswagen : Porsche débarrassé de quelques procès

Le tribunal de Braunschweig a rejeté ce mercredi les plaintes de deux investisseurs qui réclamaient plusieurs millions d'euros de dommages et intérêts à Porsche, dans le cadre de sa tentative de rachat de Volkswagen.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le tribunal régional de Braunschweig (nord) a rejeté ce mercredi les plaintes de deux investisseurs qui réclamaient plusieurs millions d'euros de dommages et intérêts à Porsche, dans le cadre de sa tentative avortée de racheter Volkswagen en 2008. La première plainte émanait d'un investisseur privé, qui réclamait plus de trois millions d'euros à la célèbre firme de voitures de sport ainsi qu'à une banque, la seconde d'une société d'investissement qui réclamait 1,57 million d'euros. Tous deux reprochaient à Porsche de leur avoir fait perdre des milliards d'euros en manipulant le cours de bourse de Volkswagen. Porsche doit toutefois encore faire face à trois autres plaintes en Allemagne, avec plusieurs milliards d'euros à la clé. En outre, plusieurs fonds d'investissement américains ont lancé des procédures, réclamant aussi des milliards de dédommagement. Des procédures qui devraient prendre encore des années.

Actionnaires communs

Les deux plaintes rejetées s'appuyaient sur la publication en mars 2008 par Porsche de deux communiqués, dans lesquels il affirmait n'avoir aucune visée sur Volkswagen. Pourtant, quelques mois plus tard, il annonçait par surprise détenir 75% de Volkswagen, ce qui avait fait exploser le titre du premier groupe automobile européen jusqu'à 1.000 euros par action, et entraîné de lourdes pertes chez les investisseurs qui spéculaient sur une baisse du cours. Seulement voilà: la tentative du David Porsche de s'emparer du Goliath Volkswagen, au prix d'un endettement massif, a échoué. C'est finalement Volkswagen qui a racheté Porsche. Pas grave: les affaires se passent en famille, au sens propre du terme puisque les familles Porsche et Piëch étaient concernées! Or, les actionnaires de Porsche et de Volkswagen sont en partie communs.

Rachat finalisé

Volkswagen a finalisé  le rachat de Porsche le 1er août  dernier. Les instances dirigeantes concernées des deux sociétés avaient approuvé en juillet le plan conçu pour finaliser l'opération. "En contrepartie de l'apport des 50,1% de Porsche AG non encore en possession de Volkswagen, Porsche SE (la holding chapeautant Porsche AG et... Volkswagen) recevra environ 4,46 milliards d'euros et une action ordinaire Volkswagen", avait alors précisé le consortium. Cette fusion est "une bonne chose pour Volkswagen, pour Porsche et pour l'industrie allemande", soulignait  le patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, cité dans le communiqué.

Synergies pour les deux partenaires

Selon Volkswagen, l'intégration de Porsche permettra de dégager des synergies d'environ 320 millions d'euros qui seront réparties à parts égales entre les deux constructeurs. Un rachat anticipé permettra aussi à Porsche de mener plus vite à bien son désendettement.  Le spécialiste de Stuttgart est à la fois ultra-bénéficiaire et très endetté, c'est son paradoxe. Il affiche un chiffre d'affaires en hausse de 29,3%, à 6,76 milliards d'euros au premier semestre. Les ventes en volumes sont en augmentation de 22,5%, à 68.940 unités. Le résultat opérationnel atteint 1,26 milliard d'euros, en hausse de 20,6%. Le président du directoire de Porsche AG, Matthias Müller, assurait fin juillet dans un communiqué: "nous proposons à nos clients des voitures de sport exceptionnelles. C'est ainsi que nous pouvons nous maintenir sur la voie de la réussite, même dans un contexte économique difficile". La marge opérationnelle sur chiffre d'affaires est de 18,7%. 

Exercice encore meilleur en 2012

Porsche table pour cet exercice sur un meilleur résultat que l'année précédente. Il avait réalisé l'an dernier le meilleur bénéfice net de son histoire à 1,46 milliard d'euros, avec en particulier un bond de son bénéfice opérationnel de 22%, à 2,05 milliards d'euros. Lors du dernier exercice, les ventes de voitures avaient progressé de 21%, à 116.978 véhicules. Malgré la chute des marchés européens!

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 21/09/2012 à 9:14
Signaler
quand un particulier perd en bourse il pleure, quand un gros perd les des sont pipés et on va plaider et souvent çà marche (cf BT)

à écrit le 19/09/2012 à 22:03
Signaler
Oh, les mauvais joueurs ! Faire passer ses pertes de spéculation boursière en justice faut vraiment oser comme ridicule, personne ne les a forcé à conserver leur position ni à ne pas mettre de stop perte dans leurs shorts.

le 20/09/2012 à 8:48
Signaler
si vous avez suivi l'affaire à l'époque, ça ressemble plus à de la manipulation de cours de la part de Porsche qu'autre chose.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.