Le plan social de PSA ne sera pas rejeté

 |   |  230  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Tribunal de grande instance de Paris a décidé que le plan social de PSA Peugeot Citroën, portant sur 8.000 suppressions de postes, ne pouvait être suspendu pour vice de forme.

Le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris a décidé ce mardi que le plan social de PSA Peugeot Citroën, portant sur 8.000 suppressions de postes, ne pouvait être suspendu pour vice de forme, selon l'ordonnance consultée par l'AFP. La CGT de Faurecia, équipementier et filiale à 57% de PSA, avait assigné en juillet le constructeur automobile en référé. Le syndicat de Faurecia affirmait que la direction du groupe PSA n'avait pas rempli ses obligations d'information à l'égard des instances de représentation du personnel, notamment son comité d'entreprise européen, au sujet des conséquences "inévitables" de son plan social sur l'activité de l'équipementier.

Pas de référé

Dans son ordonnance, le TGI estime qu'on ne peut "conclure à l'existence d'un trouble manifestement illicite résultant d'une absence d'information-consultation des instances représentatives du personnel" de Faurecia. Il ajoute que "les arguments relatifs à la régularité de la procédure suivie devant le comité d'entreprise européen de PSA n'ont pas lieu d'être examinés", ajoutant qu'il n'y a "donc pas lieu à référé". L'avocat de la CGT de Faurecia entend faire appel de cette décision.

8.000 postes

Le constructeur automobile en crise avait annoncé à la mi-juillet son intention de supprimer 8.000 postes (près de 10% de l'effectif en France) et de fermer d'ici à 2014 l'usine d'Aulnay (Seine-Saint-Denis) qui produit la petite Citroën C3.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/09/2012 à 23:55 :
8000 emplois chez Peugeot. Quand toute personne cherchait du travail, les ouvriers de Peugeot n'en avaient rien à faire, alors maintenant, ils peuvent se retrouver à la rue : YOUPI ! Ce n'est que justice sociale.
a écrit le 25/09/2012 à 22:31 :
Le détail qui fait que ce soit la CGT de Faurecia qui demande l'annulation du plan social, alors que Faurecia, même filiale de Peugeot, n'est pas directement concernée, car ce sont les Peugeot qui sont concernés, était-il recevable... N'y a-t-il pas vice de forme ici ? Hein, sinon, le Pape, il peut aussi demander un recours, s'il a acheté une Peugeot, pendant qu'on y est ? Hein, et Kate seins nus aussi ?
a écrit le 25/09/2012 à 21:31 :
si on regarde la photo on voit des blouses blanches, des employés de faurecia, et quelqu'un en face, et y a beaucoup de monde derrière, donc on en déduit qu'ils parlent beaucoup au lieu de travailler. Après ils viennent se plaindre. Au boulot les gars ! Profitez de travailler pendant que vous pouvez...
Réponse de le 25/09/2012 à 21:46 :
en plus la blouse de gauche est froissée. Ce n'est pas sérieux de travailler comme ça.
Réponse de le 25/09/2012 à 22:13 :
à mon avis, ils prennent l'apéro...
a écrit le 25/09/2012 à 21:22 :
8000 chômeurs. Ca va créer de l'emploi au ministère du redressement productif et chez Pôle Emploi. Ah ah aha hahaha ahahah hihihih oh o ho hoh oh.
a écrit le 25/09/2012 à 21:19 :
La décision ne peut être annulée pour vice de forme. Par contre une Peugeot doit être vendue même avec des vis déformées. Cherchez l'erreur.
a écrit le 25/09/2012 à 21:18 :
"L'avocat de la CGT de Faurecia entend faire appel de cette décision." : il croit qu'il va faire annuler la décision ? il va tout au plus la reporter car elle sera de nouveau présentée dans les formes avec peut-être en raison du retard et du coût engendré deux sites au lieu d'un . La question est : sur ces 8000 personnes licenciées, combien ont d'initiative entrepris de suivre une formation, ou attendent-ils touts d'être virés pour en suivre une en assistés de la République, dans le but d'une hypothétique reconversion, plus hypothétique que reconversion, car dans le tas, ceux qui ont 50 ans ne seront jamais réembauchés ?
a écrit le 25/09/2012 à 21:14 :
"Le Tribunal de grande instance de Paris a décidé que le plan social de PSA Peugeot Citroën, portant sur 8.000 suppressions de postes, ne pouvait être suspendu pour vice de forme."
Ah bon, il faudrait refaire le même recours visant l'annulation du plan social, pour vice tout court !
Car les employés de PSA ne sont pas tous ceux qui orientent la gamme invendable vers le premium dans le discours pour rendre "acceptable" le prix de ces voitures à la fiabilité douteuse, et à l'entretien en réseau ultra cher alors que les mécanos rechignent à prendre un véhicule avant 15 jours prétextant trop de travail et n'embauchant jamais... Si si, chez Peugeot, quand vous demandez un rdv dans la semaine pour une vidange on vous envoie ballader. Et ces mêmes mécanos de pester contre les chômeurs avec une vision arriérée du chômeur en assisté. Triste entreprise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :