Les bénéfices de Chrysler, l'américain contrôlé par Fiat, s'envolent

 |   |  213  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe américain, sauvé par Fiat en 2009, affiche un bénéfice net trimestriel en hausse de 80%.

Chrysler affiche un bénéfice net en nette hausse. Le groupe auto américain a enregistré ainsi un profit de 381 millions de dollars, en hausse de 80%, sur le troisième trimestre. Le bénéfice opérationnel grimpe de 46% à 706 millions. Les ventes progressent de 12% à 556.000 unités pour un chiffre d'affaires en hausse de 18% à 15,5 milliards.

Améliorations nettes sur l'année

Le constructeur d'Auburn Hills, contrôlé par Fiat, affiche en revanche sur neuf mois un profit net en très légère baisse à 1,29 milliard. En revanche, le profit opérationnel progresse de 50% à 2,2 milliards. Pour l'ensemble de l'année, le constructeur table sur 2,3-2,4 millions de véhicules vendus grâce notamment à un très fort redressement aux Etats-Unis, un bénéfice net de 1,5 milliard de dollars et un profit opérationnel de 3 milliards. 

61,8% de Chrysler

Fiat avait annoncé début juillet qu'il allait racheter 3,3 % supplémentaires du capital du groupe américain détenus par le syndicat UAW, pour grimper à 61,8 %. Fiat a sauvé Chrysler, placé en 2009 sous la protection de la loi sur les faillites. C'est aujourd'hui au tour de l'américain de se porter à... la rescousse de l'italien, qui doit publier mardi ses résultats. Au premier semestre, Chrysler avait ainsi sauvé les résultats de son actionnaire turinois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 21:08 :
Fiat a bien joué le coup en 2009 , que faisait le staff de PSA à l'époque ? ils jouaient au golf ?
Réponse de le 30/10/2012 à 12:27 :
toujours facile de critiquer après coup ce que d'autres auraient du faire ou pas faire, d'autant plus lorsqu'on a aucune responsabilité, aucun compte à rendre et que l'on ne prend aucun risque assis derrière son clavier. Et si vous lisez l'article jusqu'au bout vous verrez que désormais c'est "au tour de l'américain de se porter à... la rescousse de l'italien" .. alors montrer FIAT en exemple me laisse dubitatif ...
Réponse de le 30/10/2012 à 13:36 :
et pour en rajouter une couche lisez http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20121030trib000727969/l-italien-fiat-plonge-dans-le-rouge-mais-chrysler-lui-sauve-la-mise.html c'est tout frais

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :