Renault s'engagerait à ne pas fermer d'usines en France

 |   |  243  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La direction de Renault "pourrait s'engager à ne pas fermer d'usines en France" si un accord de compétitivité était signé avec les syndicats.

La carotte? La direction de Renault a indiqué ce mardi, au cours de la deuxième séance de négociations sur la compétitivité, qu'elle "pourrait s'engager à ne pas fermer d'usines en France" si un accord était signé avec les syndicats. Et ce, "malgré un marché européen sans véritable croissance à l'échéance du plan Renault 2016". Renault a ouvert un cycle de négociations avec les syndicats, avec l'objectif de rendre ses usines en France plus compétitives et permettre d'y pérenniser sa base industrielle ainsi que la recherche et développement. Histoire de parvenir aux niveaux de compétitivité des sites de Nissan à Sunderland (Grande-Bretagne) ou de Renault à Palencia (Espagne).

Renault propose de créer deux pôles industriels en regroupant les usines. L'actuelle dispersion de la dizaine de sites de production en France est en effet un "handicap en termes de coûts fixes". Renault envisage ainsi des regroupements régionaux: le pôle ouest (Cléon, Sandouville, Flins...) et un pôle Nord-est (Douai, Batilly, Maubeuge).

La direction souhaite par ailleurs introduire encore plus de flexibilité, via la mobilité des salariés entre les sites. La prochaine cession de négociations aura lieu le 29 novembre. Confronté à la baisse de la demande, Renault multiplie en outre les jours chômés, comme à Douai (Nord, 4.500 salariés), qui produit le monospace Scénic et en comptabilise 30 au cours du deuxième semestre, dont 11 restant à faire, selon la direction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2012 à 9:01 :
D'après ce que je sais, 21 % des renaults sont fabriquées en France, avec la marque DACIA et NISSAN, c'est 6-7 % ? Qui connaït le pourcentage? Je pense qu'il pas grand chose à fermer...
Réponse de le 14/11/2012 à 9:15 :
Renault-Nissan-Dacia c'est 7 M de voitures, donc le % de Renault fabriquées en France est autour de 8%.
Réponse de le 14/11/2012 à 10:16 :
8 % alors. Cependant, absence de fermeture ne veut pas dire réduction de capacité et ainsi le % des véhicules produits en France risque de baisser davantage.
Réponse de le 14/11/2012 à 10:37 :
Les chiffres sont un peu à nuancer. Un véhicule n'est pas 100% fabriqué en france ou 100% étranger.
Pour renault, vous pouvez voir ici le pourcentage de ce qui est fait en france (moteur, assemblage) pour une partie de leur modèles http://www.les-produits-made-in-france.fr/produit/resultats/entreprise/renault Il n'y a rien sur Dacia par contre;
Réponse de le 14/11/2012 à 11:28 :
oui, les fabricants sont souvent que des assembleurs de pièces fournis sur le marché mondial. Les équipementiers français fournissent leurs pièces à renault, mais aussi à d'autres constructeurs allemands, américains etc; Je ne connaîs pas grand chose à l'automobile, mais un patriote qui souhaiterait acheter une renault; il aura combien de part française dans la chaïne de valeurs créés pour finaliser l'assemblage du véhicule? Alors Bubu? Allez, je me lance, 20 % à 25 % de contribution et de labeur "française" dans une renault, bien sûr, parmi les "rares" 8 % des véhicules du groupe assemblés en France? Enfin Bubu, je concède que cela devrait être difficile d'estimer ce chiffre, mais vous avez une idée?
Réponse de le 14/11/2012 à 11:48 :
@ nuances: La part achetée aux équipementiers représente autour de 70% de la valeur d'une voiture, avec une grosse partie des innovations soit disant constructeurs....
Réponse de le 14/11/2012 à 12:54 :
merci, cela est effectevement énorme, presque 3/4 de la valeur d'un véhicule; par contre lesquels équipementiers français et étranger contribuent à quel répartition de la valeur, cela sera difficile de savoir exactement. Pour les patriotes, nous pourrions prévoir une loi pour un affichage tel que "5 % de la valeur de votre véhicule renault est d'origine française"....En outre ; délicat donc de parler d'innovations constructeurs,
Réponse de le 15/11/2012 à 6:56 :
ce qui est certain, c'est qu'une RENAULT ou une PSA sera sera toujours plus française que n'importe quelle autre voiture étrangère... ,parce qu'il n'y a pas que les pièces, et l'assemblage, il y a aussi l'ingénierie,... par exemple la Mégane 3 c'est 2.4 MILLIARDS d'euro d'investissement, principalement au technocentre à Guyancourt...!

alors un vrai patriote qui veut acheter une voiture qui rapporte à la France n'a pas beaucoup de question a se poser, et va directement chez RENAULT, Peugeot ou Citroen...!
Réponse de le 15/11/2012 à 10:16 :
Vous êtes perdu. Ne pensez-vous pas que dans la "valeur' d'un véhicule, le retour sur investissement n'est pas inclu? J'éspère que vous n'avez aucune responsabilité dans une entreprise industrielle? Mon ami Bubu a déjà attirer votre attention sur l'investissements des équipementiers et les innovations qu'ils apportent aux véhicules. La valeur des ces pièces contient également le ROI (retour sur investissement). Vos idées d'un "vrai" patriote sont comparable à la recherche d'une "vrai authenticité", des idées illusoires. Posez vous de questions! Beaucoup de questions!
a écrit le 14/11/2012 à 8:58 :
Difficile de croire qu'il n'y aura pas de fermetures d'usine en France ! La comparaison avec juste l'usine Nissan UK est édifiante: 480.000 voitures avec 5500 salariés en 2011. Sur la même période 2011, les cinq principales usines de Renault en France ont fabriqué 643.000 véhicules avec 14.300 salariés. Avec les ratios Nissan, 2 usines suffiraient...Et sans oublier qu'un salarié espagnol de Renault est 70% moins cher que son homologue français.
a écrit le 14/11/2012 à 7:41 :
@ garden et @ roro: pourquoi chantage? C'est la dure réalité.
a écrit le 14/11/2012 à 7:40 :
Les intérimaires merci pour tout,la sous traitance en forte diminution nous arrivons au noyau dur, les salariés Renault....La flexibilité avec la mobilité entre les sites ce n'est que l'apéritif le reste va suivre à mon avis....comme
en Espagne les syndicats sont le dos au mur.
a écrit le 13/11/2012 à 21:51 :
Même si ça me semble plutôt positif d'engager des négociations compétitivité / flexibilité pour assurer la pérennité des sites français, il y a quand même un petit côté chantage à l'emploi ...
a écrit le 13/11/2012 à 21:35 :
Qu'il s'en aille et fini le chantage à l' emploi...encore des subventions, c' est ce qu'il cherche.Malheuresement pour
les gens des dernières usines mais ce type est un apatride. la Russie, le Maroc, la Roumanie, l' Angleterre
et la Slovaquie devraient lui fournir ce dont il à besoin.....Renault n' est plus Français dans l' esprit de beaucoup
de gens.
Réponse de le 10/12/2012 à 21:48 :
Et beaucoup de français né sont pas français dans l'esprit

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :