Toyota bien parti pour être le premier constructeur auto mondial en 2012

 |   |  301  mots
Akio Toyoda, PDG de Toyota. Copyright Reuters
Akio Toyoda, PDG de Toyota. Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Toyota devrait dépasser GM et Volkswagen cette année, selon la presse nippone. Il reprendrait sa place de numéro un mondial et battrait son propre record de ventes précédent de 2007.

Le premier constructeur automobile japonais, Toyota, devrait redevenir cette année le numéro un mondial de l'automobile. Le consortium nippon avait déjà repris la première place au premier semestre, devant l'américain General Motors et l'allemand Volkswagen, qui l'avaient dépassé en 2011. Les ventes du groupe Toyota (comprenant les marques Toyota et Lexus ainsi que le constructeur de poids-lourds Hino et le spécialiste des mini-véhicules Daihatsu) devraient atteindre 9,7 millions de véhicules en 2012, a indiqué ce mardi le quotidien japonais Asahi sur son site internet. Même si Toyota s'en tenait aux 9,65 millions d'unités officiellement escomptées, il se placerait devant General Motors et Volkswagen, avec chacun entre 9,1 et 9,2 millions de véhicules, selon les estimations de l'institut Fourin d'analyse sur l' automobile en Asie.

Record historique

Toyota a certes annoncé qu'il raterait la barre des dix millions d'unités cette année, à cause de la poussée de nationalisme anti-japonais en Chine qui lui fait perdre des ventes. Mais il devrait dépasser quand même son précédent pic historique de 2007 (9,49 millions d'unités). L'an passé, Toyota avait cédé la première place du podium, en raison du séisme et du tsunami de mars 2011 qui avaient fortement perurbé sa production durant des mois, puis des inondations en Thaïlande où il est très implanté industriellement. 

Bénéfices en hausse

Le constructeur japonais, qui vient de fêter ses 75 ans, avait légèrement relevé début novembre ses prévisions de bénéfice net sur l'exercice 2012-2013, à 780 milliards de yens (7,8 milliards d'euros). Sur le premier semestre  (avril-septembre 2012), le numéro un japonais a multiplié par près de sept son bénéfice net à 548,3 milliards de yens (5,5 milliards d'euros), grâce à un fort rebond de ses ventes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :