GM revend son usine mécanique de Strasbourg au belge Punch Metals

 |   |  299  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le constructeur auto américain, allié de PSA, annonce la vente de son site de transmissions de Strasbourg, qui emploie un millier de personnes, à la société belge Punch Metals. Le repreneur maintiendra les emplois, assure un communiqué de GM.

General Motors se désengage industriellement de France... Non pas de son alliance avec PSA, mais de son usine de transmissions de Strasbourg. Le groupe américain a confirmé ce samedi avoir trouvé un accord avec la société belge Punch Metals International, qui s'engage à racheter le site sans supprimer d'emplois. Le repreneur "va acquérir l'ensemble des activités du site de GM Strasbourg", affirme le constructeur auto de Detroit dans un communiqué. L'usine alsacienne de production, avec le centre de recherche et développement, emploie un millier de salariés. 

Accord avec le mécanicien allemand ZF

L'engagement entre les deux parties prévoit "un accord d'approvisionnement à long terme avec ZF", le grand spécialiste allemand des transmissions, qui fournit notamment BMW. Le groupe allemand sera le principal client de Punch, avec lequel il développera un nouveau projet de boîte à huit vitesses à partir de 2014. "C'est bien un accord tripartite car ZF, qui est cité, a donné des garanties" financières, a indiqué à l'AFP Jean-Marc Ruhland, délégué CFDT du site strasbourgeois. Quant à General Motors, "il restera client chez nous jusqu'à fin 2014", a expliqué le syndicaliste. La vente devrait intervenir le 3 janvier.

Concessions des salariés

Plus de deux mois après avoir scellé sa grande alliance avec PSA, GM avait annoncé début mai son intention de vendre le site strasbourgeois. Le constructeur américain l'avait déjà cédé en 2009, avant... de le racheter un an plus tard pour un euro symbolique. GM avait alors obtenu des concessions de la part des salariés : gel des salaires, pas d'intéressement jusqu'en 2013 et renonciation à plus d'un tiers des RTT. Fondé il y a 25 ans, le groupe industriel belge Punch Metals International compte environ 440 salariés sur cinq sites en Europe, dont deux en France.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2012 à 22:16 :
Cela sent le coût fourrer encore future délocalisation en belgique ou Allemagne.
a écrit le 22/12/2012 à 14:10 :
Punch est une "voiture balai", comme il est nécessaire d'en avoir. Dans cette usine ou une autre il regroupera la production de multiples petits sites acquis avant ou après et puis un jour, la fermera. On voit que PSA qui a pris la main dans la restructuration de GM Europe, avance vivement, on est presque surpris par ce dynamisme et cette capacité. De gros dossiers se présentent néanmoins qui se feront avec la participation de tous y compris en Espagne et Angleterre avec Renault Alliance.
Réponse de le 22/12/2012 à 14:46 :
Vous êtes bien renseigné !
Réponse de le 22/12/2012 à 23:15 :
Punch est un pion qui va se mordre les doigts quand, dans quelques années, il devra dépoluer le site. Monsieur Dumarey devrait se demander pourquoi GM a besoin de lui aujourd'hui...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :