Volkswagen fonce en Chine avec des investissements faramineux

Volkswagen réaffirme son projet d'investir 9,8 milliards d'euros rien que sur trois ans en Chine. Cinq nouvelles usines doivent ouvrir en 2013. Le consortium allemand va accroître d'un tiers son potentiel de production.
Volkswagen produit toujours la vieille Santana de 1980. Mais il vient aussi de mettre en production une toute nouvelle version/ DR
Volkswagen produit toujours la vieille Santana de 1980. Mais il vient aussi de mettre en production une toute nouvelle version/ DR

Pionnier en Chine, où il fête ce mois-ci le trentième anniversaire du début de sa production à Shanghai, Volkswagen met le paquet. Car le premier marché auto mondial est logiquement au c?ur de l'objectif du groupe allemand de devenir le premier constructeur mondial d'ici à 2018. « Nous allons investir 9,8 milliards d'euros entre 2013 et 2015 en Chine », réaffirme ce vendredi Jochem Heizmann, membre du directoire du consortium germanique en charge de la Chine. Des sommes énormes, puisque Volkswagen affirme avoir déboursé 15,7 milliards entre... 1985 et 2012 ! « Nous accroîtrons nos capacités de 2,6 millions de véhicules annuels actuellement à plus de 4 millions d'ici à 2018 et nos effectifs augmenteront de 75.000 à 100.000 personnes » dans l'ex-Empire du milieu, martèle le dirigeant lors d'une grande conférence de presse à Shanghai, à la veille de l'ouverture du salon de l'auto. Rien que la marque haut de gamme Audi, installée depuis 25 ans et numéro du « premium », vise un doublement de son potentiel à 700.000. Un vrai rouleau compresseur, avec sept usines en construction, dont cinq doivent démarrer cette année. Le constructeur met notamment le cap sur des usines dans l'ouest sous-développé du pays, qui recèle un fort relais de croissance pour le marché. A ce jour, Volkswagen compte une douzaine d'usines dans le pays.

Plus de trois millions de véhicules

Deuxième constructeur en Chine derrière GM en comptant les petits utilitaires produits sur place par l'américain, le groupe de Wolfsburg y a écoulé 2,81 millions de voitures l'an dernier. Et il « compte dépasser cette année la barre des trois millions », indique Weiming Soh, vice-président exécutif de Volkswagen en Chine. Sa part de marché dépasse les 20% au premier trimestre. Pour accompagne sa croissance, Volkswagen compte passer de 2.253 concessionnaires l'an dernier à plus de 3.000 à l'horizon 2015. « Nous pensons accroître nos ventes plus vite que le marché chinois, lequel devrait progresser de 6 à 8% par an», assure Weiming Soh.

Manque de capacités

« Il y a des surcapacités en Chine, mais pas chez nous. Au contraire, on en manque, puisque nos sites en Chine produisent durant plus de 300 jours par an, contre 250 généralement », précise Jochem Heizmann. La stratégie de Volkswagen passe par le déploiement des marques « traditionnelles » en Chine que sont Volkswagen proprement dit et Audi, mais aussi la montée en puissance de la filiale tchèque Skoda. La marque d'entrée de gamme fabrique localement depuis 2007 seulement. Sur les 2,81 millions de ventes du groupe l'an dernier en Chine, Audi avait livré 405.800 voitures et Skoda plus de 235.000. La firme de luxe Bentley, également contrôlée par le groupe d'outre-Rhin, en a pour sa part écoulé plus de 2.250 !

Gamme très large

Volkswagen mise sur une très large gamme de produits, de la petite Polo à la grande berline Audi A6L et au 4x4 de luxe Audi Q5, en passant par la très vieille Santana, une familiale de 1980 produite depuis les débuts dans la banlieue de Shanghai et remise à jour constamment, qui, solide, pas chère, facilement réparable, continue de faire les beaux jours des chauffeurs de taxi. La plupart des modèles sont adaptés au marché local comme la Volkswagen Passat rallongée - en Chine, c'est très important d'avoir de la place à l'arrière - ou les Audi A4 et A6 également plus longues qu'en Europe.

Rappels récents

Volkswagen propose aussi les technologies les plus récentes comme ses moteurs à essence TSi et la boîte automatique à double embrayage « DSG », une des innovations de pointe du consortium. Une transmission qui est justement sous les feux de la rampe ces derniers jours, à travers une... contre-publicité. Car Volkswagen a été contraint par les autorités de rappeler 384.000 véhicules pour des problèmes de fiabilité sur cette boîte L'image de fiabilité de l'ingénierie allemande en prend un coup.

Gros profits

Le groupe, qui puise dans son énorme trésor de guerre pour investir à tout va, peut compter sur la puissance de SAIC, le plus gros consortium automobile chinois avec qui il partage une de ses deux co-entreprises. SAIC, dont le siège est à Shanghai, est également le principal partenaire de GM. Il est donc impliqué dans les opérations des deux premiers constructeurs dans le pays... Avec des volumes aussi importants et d'importantes économies d'échelle à travers des plates-formes mondiales - la Passat chnoise rallongée est la même que celle produite aux Etats-Unis, par exemple -, Volkswagen gagne beaucoup d'argent en Chine. Les deux co-entreprises avec SAIC et FAW, qui génèrent le tiers des ventes mondiales du groupe allemand, ont en effet enregistré la bagatelle de 3,7 milliards d'euros de bénéfice d'exploitation au titre de 2012 ! Tout le monde est content, les partenaires locaux mais aussi le réseau « qui jouit d'une bonne rentabilité », souligne Weiming Soh. Reste que les concurrents de Volkswagen sont très offensifs également et n'ont pas l'intention de traîner les pieds. GM, le coréen Hyundai-Kia, sont parmi les plus dangereux, ainsi que Nissan (partenaire de Renault) ou Toyota, même si les japonais pâtissent des différends diplomatiques actuels entre Pékin et Tokyo.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 07/06/2013 à 12:59
Signaler
Et pourtant leurs voitures sont moches, et plutôt "tape-cul".

à écrit le 23/05/2013 à 20:05
Signaler
les voitures que WV vend en chine il le fait par l?intermédiaire des joints venture dont il ne détient que 49% (il me semble) cela signifie t'il que les associés font les même investissements ??

à écrit le 23/04/2013 à 22:12
Signaler
Le combat des constructeurs faisant rage ;la qualité et notamment la finition des produits, seront l'un des arguments essentiels. Les constructeurs Français ne peuvent omettre le rôle d'internet dans la possibilité de comparaison qui est offerte aux ...

à écrit le 19/04/2013 à 22:00
Signaler
Rien ne sert de courir il faut partir à point et éviter la faute. VAG vient d'être confronté en Chine à un rappel massif pour casse de sa boite DSG , le groupe VAG reste très surfait qualitativement et nombre de clients commencent à le découvrir.......

le 07/06/2013 à 13:33
Signaler
La boite DSG est dangereuse. ça se sait maintenant. Déjà des accidents mortels en Australie. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/reuters-00526828-volkswagen-pour-une-revision-gratuite-en-australie-pas-de-rappel-573356.php

à écrit le 19/04/2013 à 21:29
Signaler
Même si je conviens qu'il faut être présent sur le marché chinois en raison du potentiel de vente, je serais plus réservé sur le commerce avec les Chinois, car ce sont des roublards indignes de confiance :-)

à écrit le 19/04/2013 à 18:20
Signaler
L'arrogance de VW va lui couter cher. Nous allons bien rire dans les prochaines années

le 20/04/2013 à 10:34
Signaler
pour l'instant on rie vraiment lorsque l'on voit la statégie, pardon la non stratégie de psa et ces résultats!

le 20/04/2013 à 13:05
Signaler
Puis-je savoir de quelle arrogance nous parlons? En quoi investir, sécuriser sa position sur un marché et pousser certains concurrents dehors serait une forme d'arrogance? Si un groupe français faisait EXACTEMENT la même chose, les Français seraient ...

à écrit le 19/04/2013 à 17:05
Signaler
Et les Chinois acceptent ? étrange.... surtout quand on sait les difficultés à leur vendre une bouteille d'eau.

le 19/04/2013 à 17:57
Signaler
je pense qu'un jour les allemands vont désenchanter en Chine, patience...

le 19/04/2013 à 21:23
Signaler
Arrête de hypocrisie vers les allemands si eux réussirent c'est bon pour nous surtout notre constructeur étais mal engage la bas au niveau commercial nous sommes des nuls.

le 19/04/2013 à 21:32
Signaler
@sinophile: tu connais beaucup de pays qui refuseraient 10 millards d'investissement ? Comme le suggère Serge, attention avec les Chinois, parce que ce n'est pas exactement la panacée en matière de respect des règles commerciales. Il va en effet y av...

le 23/04/2013 à 19:56
Signaler
esperons bonne chance a psa-mais il faudra encore quelques usines avant 2015 pour rester dans le cout et rattrapper son retard

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.