Auto : le salon de Shanghai, miroir de la grande bataille des constructeurs

Le salon de Shanghai de l'automobile est le plus important d'Asie. La Chine, le premier marché mondial, dominé par GM et le groupe Volkswagen, a encore progressé de 17,2% à 4.423.100 unités au premier trimestre. PSA est à l'offensive, mais il a beaucoup de retard à rattrapper. Renault espère pour sa part obtenir prochainement le feu vert de Pékin pour s'implanter enfin industriellement sur place.
Concessions Citroën et DS en Chine Copyright Citroën
Concessions Citroën et DS en Chine Copyright Citroën

En fin de semaine, s'ouvre le plus grand salon de l'automobile asiatique, à Shanghai, qui a largement supplanté celui de Tokyo. Pour sa 15ème (il se tient en alternance tous les deux ans avec celui de Pékin), il accueillera 2.000 exposants qui présenteront 1.300 véhicules. Cet immense manifestation se tient du 20 avril  (journée professionnelle) au 29, dans un climat euphorique. Car le premier marché mondial est toujours en plein boom. Les ventes de voitures particulières ont encore progressé de 13% en mars dernier à 1,6 million, selon la CAAM (Association des constructeurs chinois). Si les berlines (plus de 60% du marché) ont progressé de 11%, les 4x4 (15% des des ventes) ont crû de 33% et les monospaces  (7% des immatriculations totales) de 160%.

Plus de 73 millions de voitures en parc

Sur l'ensemble du premier trimestre, les immatriculations de voitures neuves en Chine ont augmenté de 17,2% à 4.423.100 unités. Celles de véhicules utilitaires ont pour leur part augmenté de 2,5 % en mars (à 449.600 unités), mais diminué de 1,7 % sur trois mois (à un million). La production elle-même a progressé de plus de 16% sur le trimestre (voitures particulières). Le parc total de voitures s'établissait à... 73,26 millions d'unités à la fin 2011, soit sept fois et demie de plus que dix ans plus tôt. Sur cette période, la croissance moyenne du parc de voitures particulières s'est établie à 25 % par an, malgré les restrictions apportées aux nouvelles immatriculations dans les grandes villes, engrangeant des embouteillages monstres et contribuant à l'extrême pollution qui ravage le pays.

GM toujours numéro un

General Motors, le premier constructeur en Chine, a progressé de 9,6% sur les trois premiers mois à  816.373 véhicules (utilitaires compris). Le groupe américain connaît notamment un grand succès avec sa marque Buick. Volkswagen, numéro deux dans l'ex-Empire du milieu, a augmenté pour sa part ses volumes de 23,7 % à 598.100 unités. Les Japonais, acteurs dominants en Chine, sont en revanche victimes des différends diplomatiques entre Pékin et Tokyo et de la montée du nationalisme anti-nippon. Leurs ventes reculaient du coup sur le mois de mars (-17% pour Nissan, -12% pour Toyota, -6,6% pour Honda).

PSA à l'offensive

Face à GM, Volkswagen, les principaux japonais et le coréen Hyundai-Kia, les français apparaissent malheureusement à la traîne. Bien qu'ayant fait oeuvre de pionnier, PSA détient en effet une part de marché faible (3,5% l'an passé) et Renault n'est toujours pas implanté sur place. Mais les choses changent. PSA a ainsi affiché un net redressement ces dernières années. Arrivé dès les années 80, en même temps que Volkswagen, le constructeur s'est d'abord fourvoyé avec un mauvais partenaire, la municipalité de Canton. Peugeot a fabriqué dans cette ville des 504 et 505 pendant quelques années. Mais le projet a finalement périclité.

Citroën a pris le relais dans les années 90 à Wuhan, en association avec Dongfeng. Si la Zx locale (batisée Fukang) a eu un certain succès au début, le groupe PSA, trop centré sur des dérivés de cette Zx vieillissante malgré le retour de la marque Peugeot aux côtés de Citroën, a été longtemps incapable d'accompagner la forte croissance du marché chinois. Mais, depuis deux ans environ, PSA élargit fortement sa gamme, avec des nouveaux véhicules attrayants. Du coup, les ventes de la co-entreprise DPCA ont progressé de 20% en mars dernier à 49.009 unités. Sur les trois premiers mois de 2013, elles ont bondi de 31% à 142.675. DPCA avait crû de 9,2% à 442.000 véhicules l'année dernière, soit à un rythme un peu plus élevé que le marché lui-même (+7,2%). PSA compte écouler plus de 500.000 véhicules en 2013.

Nouveautés multiples

2013 sera une année importante pour PSA. En mars dernier, il a démarré la production dans une troisième usine, Wuhan III.  PSA disposera, donc désormais, sur le site de Wuhan, d'un potentiel pour faire 600.000 véhicules par an, qu'il portera à 750.000 au milieu de la décennie. La co-entreprise DPCA multiplie les nouveautés, avec la Peugeot 3008 et la Citroën C4 L - une C4 rallongée à quatre portes, un type de carrosserie fort prisé en Chine - lancées au début de l'année, les Peugeot 301-Citroën C-Elysée d'entrée de gamme et, plus tard, les 208 et 2008. Par ailleurs, PSA a créé une deuxième co-entreprise avec Changan, CAPSA, spécialisé dans la gamme DS. Dans la toute nouvelle usine de Shenzhen, CAPSA démarrera à la rentrée prochaine la production en série de la DS5. A partir de 2014, une DS4 compacte inédite à quatre portes et coffre séparé sera également fabriquée, suivie d'un "SUV" (4x4), dont le concept sera dévoilé (DS "Wild Rubis")  au salon de Shanghai. Enfin, une limousine haut de gamme viendra couronner la gamme DS.

Renault a tout à faire

Après une toute petite  production d'utilitaires qui a constitué un échec, Renault est pour sa part le... seul grand constructeur à ne pas être installé industriellement en Chine! Peu glorieux. Mais son projet d'implantation est dans la dernière ligne droite, même s'il a encore pris du retard. "Nous attendons le feu vert définitif des autorités chinoises au deuxième trimestre 2013", nous indiquait fin mars un porte-parole du constructeur français. L'autorisation était initialement attendue pour la fin du premier trimestre. Le constructeur tricolore doit ouvrir une usine avec le groupe Dongfeng, déjà partenaire de Nissan (allié japonais de Renault) et de... PSA. 

Selon un document officiel sur le site du Bureau de protection de l'environnement de la province du Hubei, la future usine aura une capacité de 150.000 véhicules par an  moyennant un investissement de 7,2 milliards de yuans (870 millions d'euros). Le site est prévu à Wuhan, là où est donc installé PSA. Il doit produire des voitures de type 4x4 et des véhicules multi-usages, selon cette administration chinoise. Renault devrait aussi y fabriquer des véhicules électriques. Mais, il faudra attendre encore longtemps avant que la firme au losange devienne un véritable acteur dans le pays.

 

 

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 18/04/2013 à 19:39
Signaler
Renault veut vendre ses voitures électriques en Chine, après avoir accusé les chinois d'avoir pillé sa technologie ? Quelle naïveté de la part de ses dirigeants, qui ignorent visiblement l'importance du "perdre la face" en Chine !

à écrit le 18/04/2013 à 16:30
Signaler
Si les constructeurs Extra chinois pensent que les constructeurs locaux vont les laisser dominer le marché encore 15 ans, ils se mettent le doigt dans l'oeil. La stratégie des chinois c'est : "venez avec vos super bagnoles et quand on saura faire par...

le 18/04/2013 à 17:23
Signaler
600 millions de fourmis jaunes au travail et souvent mal payées vont inonder tous les marchés avec leurs copies de toutes sortes : autos, avions, électronique, etc. L'impérialisme chinois croit qu'il va dominer le monde de cette façon, mais ils oubl...

le 20/04/2013 à 11:21
Signaler
alors 2013 sera l'année du rebond en chine pour peugeot,citroen ,et ds-bravo a psa espérons que toute les erreurs du passé soient terminées-donc bonnes ventes pour psa et espérons plus de 5 pour cents du marché chinois -bonne chance-

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.