Les équipementiers auto français percent en Chine... grâce à un excellent savoir-faire

 |   |  580  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Faurecia inaugure ce jeudi un nouveau centre technique à Shanghai. Valeo va ouvrir trois nouvelles usines en 2013 et Plastic Omnium sept. Les équipementiers auto français travaillent notamment en Chine avec les constructeurs allemands mais démarchent aussi les marques locales.

Les équipementiers français se ruent sur la Chine. Yann Delabrière, PDG de Faurecia, le sixième équipementier automobile mondial contrôlé par le groupe PSA, célèbre ce jeudi l'ouverture à Shanghai de son nouveau "Tech Center " qui fera aussi office de siège pour la Chine. La nouvelle installation servira de centre de recherche et développement pour trois des principales activités du groupe: sièges, systèmes d'intérieur et extérieurs d'automobiles. Le nombre total de techniciens de projets et ingénieurs pour ces trois métiers passera à 800 personnes.

12 à 13 nouvelles usines

Jacques Aschenbroich, patron de Valeo, inaugure pour sa part vendredi une nouvelle extension de son usine de Nankin pour des transmissions à double embrayage. Valeo ne chôme pas. L'équipement prévoit trois extensions de sites et trois usines entièrement nouvelles en Chine en 2013. "Nous allons créer 12 à 13 usines en Chine prochainement, dont 7 en 2013", expliquait pour sa part récemment Laurent Burelle, PDG de l'équipementier auto familial français Plastic Omnium. Le plasturgiste y dispose déjà de 13 sites industriels. Au programme également: un nouveau centre de recherche et de développement à Anting (Shanghai), qui emploiera 400 personnes au départ et 700 à terme.

Usines en Chine très rentables

Faurecia a connu une croissance rapide dans le pays et dispose désormais de 39 sites industriels dans le pays, où il emploie un total de 8.500 personnes. Depuis 2009, Faurecia a triplé son chiffre d'affaires local pour atteindre 1,5 milliard d?euros l'an dernier et compte encore le doubler d'ici à 2016 à 3,3 milliards d?euros, soit 15% du chiffre d'affaires du groupe. Valeo dispose de son côté de 22 usines en Chine aujourd'hui. Ce marché contribuait déjà à hauteur de 18% aux prises de commandes du groupe en 2012. La Chine devrait  devenir le premier débouché de Valeo en 2015. Le groupe compte y doubler son chiffre d?affaires à cet horizon.

"Nous allons doubler notre chiffre d'affaires en Chine entre 2012 et 2016", soulignait  également Laurent Burelle de Plastic Omnium. Le volume d'affaires l'an dernier y atteignait les 475 millions d'euros avec 3.800 personnes.  "Dans les quatre prochaines années, nous  allons investir sur place 250 à 300 millions d'euros, soit le quart de nos investissements totaux", poursuivait Laurent Burelle. Plastic Omnium doit démarrer 107 nouveaux programmes de véhicules en 2013, dont le tiers en Chine. "Quand vous ouvrez une usine en Chine, ça devient rentable au bout d'un an. C'est très rapide", soulignait le dirigeant lors d'un déjeuner de presse récent.

Marques locales visées

Les grands équipementiers automobiles français se portent mieux que Renault et PSA, car ils ont su mieux s'internationaliser et valoriser leurs technologies de pointe. Ils se sont imposés auprès des constructeurs automobiles allemands, qui absorbent 29% du chiffre d'affaires de Valeo par exemple  (ventes directes aux constructeurs), tout en prenant pied dans l'ex-Empire du milieu.

Les deux stratégies peuvent se combiner. Car c'est pour accompagner les constructeurs français (PSA) mais aussi leurs clients allemands et accessoirement américains que les équipementiers tricolores se sont implantés sur place. Le premier client de Plastic Omnium en Chine est ainsi... le groupe Volkswagen. Les équipementiers automobiles français comme Faurecia ou Valeo démarchent aussi les constructeurs chinois. Faurecia estime que les marques locales, telles Geely, Changan et Great Wall, devraient accaparer 12% de ses ventes en Chine d'ici à 2016. Le savoir-faire de ces fabricants de composants, qui équipent les modèles les plus prestigieux de la production auto mondiale, est apprécié et reconnu dans l'ex-Empire du milieu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2013 à 11:39 :
l'angélisme de la france est de collaborer sans précaution avec les chinois. j'ai vu un reportage sur le foie gras où les chinois ont fait miroiter le marché, ont fait des stages en france, puis on décliné les contrats commerciaux et commercialisent du fois gras chinois avec un petit coup de pinceau tricolore !!! les chinois vont exiger un tansfert de compétence, ou vont simplement envoyer des ouvriers chinois et ensuite nous vendre des voitures pas chères avec le dumping social, et on va acheter au non du libre échange !!! et le nombre de chomeurs va encore augmenter ! merci qui ??
a écrit le 06/07/2013 à 22:31 :
d'envoyer des espions industriels chinois en France, nous allons chez eux.

Il est clair que ces équipementiers auront plus de débouchés en Asie qu'en France, où l'automobiliste se pose la question d'acheter une voiture ou pas, à force d?être criminalisé sur la route.
a écrit le 05/07/2013 à 15:19 :
nous sommes équipementier automobile Tier2-3 et nous aussi sommes présents dans les BRICS car la croissance se trouve ici... nous supportons également nos clients Tier1 qui ont déjà des usines en Chine, par exemple... nous nous réjouissons des bonnes performances de Bosch et de Valeo dans ces pays émergents !
a écrit le 04/07/2013 à 20:16 :
Ils ont raison de penser Chine car en France...la voiture ne fera plus recette
a écrit le 04/07/2013 à 19:17 :
Je profite de cet article pour tirer mon chapeau à M. Burelle, fondateur de Plastic Omnium qui est une entreprise vraiment remarquable. Un vrai exemple de réussite ! Et merci à la tribune pour leur ouverture d'esprit et leur prise de position assumée, qui permet d'alimenter le débat.
Réponse de le 05/07/2013 à 15:46 :
Un chapeau à Mr Laurent Burelle pour avoir développer l'entreprise fondé par son père
a écrit le 04/07/2013 à 18:51 :
Il est évident que les Chinois sont intéressés par les transferts de technologies gratuits, mais après ?
Réponse de le 04/07/2013 à 22:40 :
Monsieur dans ce monde il n'y avait pas gratuite et il y avait que des concurrences si vous n'étiez pas bonne on vas vous éliminer.
a écrit le 04/07/2013 à 18:29 :
On en reparle dans moins de 3 ans ... Alsthom aussi était euphorique il y a 5 ans ... Ils ont fait une co-entreprise, apporté des brevets, puis 2 ans après les chinois ont décidé de ne plus rien payer pour les brevets, puis ont fabriqué leur propre centrale thermique avec la meme technologie, et maintenant ils répondent aux appels d'offres dans les pays de l'UE (dont les projets sont financés en partie avec l'argent des fonds UE) en étant 30% moins que Alsthom ... La Chine, c'est comme une drogue c'est l'euphorie au début et la gueule de bois ensuite avec la particularité chinoise qu'elle devient quasi permanente ...
Réponse de le 04/07/2013 à 22:48 :
Je ne sais pas de quel niveau d'étude vous faites mais pour moi votre raisonnement était autodidacte .
Réponse de le 04/07/2013 à 22:58 :
et le vôtre celui d'un technocrate de Bruxelles.
Réponse de le 05/07/2013 à 6:28 :
@Paulo
On est dans le secteur automobile. Pourquoi vous parlez alsthom. Il n'y a pas d'exemple dans ce secteur. Prenez le cas de psa. Présente depuis 30 ans en chine elle est toujours là et se porte de mieux en mieux. Il n'y a pas de règle valable pour tout le monde. Mieux vaut ne pas généraliser. La chine n'est ni un eldorado ni un enfer.
a écrit le 04/07/2013 à 18:27 :
Il ne fait aucun doute que les Chinois sont intéressés par les transferts de technologie gratuits, mais après ?
Réponse de le 05/07/2013 à 6:19 :
Si les chinois ne sont intéressés que par le transfert de technologie gratuit ils obtienderont pas grande chose pour ne peut dire rien. Qui dans ce monde veut donner gratuitement ses technologies ? Qui ? Donnez nous un nom si vous en savez.
a écrit le 04/07/2013 à 18:01 :
Les équipementiers auto français sont Bons ....et apres? Bosch est un concurrent tres serieux tout est relatif. Faurecia doit suivre mais toujours avec du Retard.
Réponse de le 04/07/2013 à 19:29 :
@ Satisafit : Faurecia est parmis les premier équipementiers mondiaux ((leader mondial pour les intérieurs de véhicules et échappements, n°3 mondial pour les sièges et n°2 pour les blocs avant). Pourquoi parlez vous de retard ? Quel retard ?
Réponse de le 04/07/2013 à 19:56 :
On a des champions français. Félicitons-nous plutôt que d'essayer de critiquer! Bosch est plus gros. Et c'est un excellent groupe. Cela n'empêche pas la qualité du travail de Faurecia, Valeo ou Plastic Omnium.
Réponse de le 05/07/2013 à 8:19 :
@Math-31-Réaction : quid ? pourquoi les équipementiers sont bons et le voitures médiocres
ou mauvaises ? that is the question.......
Réponse de le 05/07/2013 à 10:55 :
+111111 !!!
Réponse de le 05/07/2013 à 13:50 :
@attila A bon les voitures allemandes équipées pas Valeo, Faurecia, Plastic Omnium, sont des voitures médiocres ? Vous m'en apprenez une bien bonne !
Réponse de le 05/07/2013 à 13:56 :
De quelles voitures parlez vous ? Les voitures françaises ne sont ni médiocres, ni mauvaises. Vous parlez donc des autres voitures qui utilisent les équipements français ?
Réponse de le 05/07/2013 à 14:15 :
@Attila/ oui,je parles des voiture françaises qui ne se vendent plus. Lire les chiffres du 1er
semestre hier dans LT. Les allemandes et italiennes ne sont pas équipées des produits
Faurecia mais de Valeo (ancienne firme italienne mise sur le marché par le groupe CIR)
SVP regardez un peu en arrière dans le passé......
Réponse de le 06/07/2013 à 20:57 :
Attila, si je comprend bien, les voitures francaises sont mediocres ? Dommage, car elles sont équipés également par bosch et Continental qui sont des firmes allemandes, les memes qui équipent vos voitures chéries. Et si vous aviez une idées périmée sur vos propres produits mais que vous le sortez uniquement lorsque cela vous arrange?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :