La "manipulation" du yen favorise les constructeurs auto japonais

 |   |  486  mots
Le Toyota Land Cruiser, un 4x4 qui est le fleuron de la gamme du constructeur japonais.
Le Toyota Land Cruiser, un 4x4 qui est le fleuron de la gamme du constructeur japonais. (Crédits : <small>DR</small>)
Les constructeurs auto européens n'avaient pas besoin de cette concurrence "déloyale"... La politique du yen faible conduite par le gouvernement japonais dope en effet "artificiellement" les Toyota, Honda, Mazda, Mitsubishi....

La politique monétaire menée par le gouvernement japonais qui fait fléchir le yen favorise à plein  les constructeurs automobiles nippons. Et ce, alors que le français PSA, par exemple, pâtit de l'euro fort.  Une vrai bonus donné à la concurrence nippone qui, après avoir gémi plusieurs années sur le yen fort, retrouve un taux de change bien plus favorable, qui lui permet de gonfler ses profits et de rendre les produits plus compétitifs à l'export.

C'est d'ailleurs ce yen relativement faible qui avait largement contribué à l'essor de l'industrie auto japonaise jusqu'à la fin des années 2000, au détriment des constructeurs européens et américains.

Toyota revoit ses perspectives de profits à la hausse

Le premier constructeur automobile mondial, Toyota, annonce ainsi ce jeudi qu'il relève  de 13% sa prévision de bénéfice net annuel pour l'exercice 2013-2014 grâce à la forte dépréciation du yen. Et ce, malgré des ventes légèrement déclinantes. Entre le 1er avril 2013 et le 31 mars 2014, le groupe nippon s'attend à un bénéfice net de 1.670 milliards de yens (12,8 milliards d'euros au taux de change retenu), en forte hausse de 74% sur un an. Lors des six premiers mois de l'exercice (avril-septembre), son bénéfice net s'est déjà envolé de 82% à 1.000 milliards de yens (7,7 milliards d'euros).

Toyota avoue qu'il profite de la forte dépréciation du yen entraînée par la politique du gouvernement conservateur de Shinzo Abe. Lors des six premiers mois de l'exercice, le yen valait en moyenne 28% de moins face au dollar et 31% de moins face à l'euro, d'après les taux moyens calculés par Toyota. Bon à prendre. Ainsi dopé, le bénéfice opérationnel semestriel de Toyota a d'ailleurs bondi de 81% à 1.255 milliards de yens (9 milliards d'euros). Certes, le yen n'explique pas tout, évidemment. Mais Toyota, structurellement très bénéficiaire, bénéficie d'un sacré coup de pouce monétaire...

Honda, Mazda, Mitsubishi en profitent

Egalement boosté par une devise dépréciée, Honda, mise pour l'ensemble de l'exercice (du 1er avril 2013 au 31 mars 2014) sur un bénéfice net en hausse de 58% à 580 milliards de yens ( 4,3 milliards d'euros), un bénéfice opérationnel en progression de 43% et un chiffre d'affaires en croissance de 22,5%. Mazda prévoit une hausse de 43% de son bénéfice net à 100 milliards de yens (780 millions d'euros) sur l'année. Soit un profit multiplié par trois. Mitsubishi Motors pense dégager un bénéfice net de 70 milliards de yens (+84% sur un an) et vise un bond de 17% de son chiffre d'affaires.

Seul Nissan (allié de Renault) a abaissé de 15% sa prévision annuelle de bénéfice net, à 355 milliards de yens (2,73 milliards d'euros) et de 20% celle du bénéfice d'exploitation. Mais Nissan, qui fabrique beaucoup hors du Japon, exporte moins de l'archipel. il est donc moins sensible à la baisse de la devise japonaise que Toyota.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2013 à 10:35 :
A ne rien n’y comprendre…Les voitures allemandes fabriquees en chine sont assemblees en Chine et vendues en Chine . Assembler ou fabriquer c’est la meme chose.
a écrit le 06/11/2013 à 13:23 :
Que dire des voitures allemandes fabriquées en Chine puis assemblées en Allemagne? Idem que les japonais.
Réponse de le 06/11/2013 à 15:20 :
Ce que vous dites n'est pas juste. Les voitures allemandes construites en chine sont destinés au marché Chinois.
Réponse de le 06/11/2013 à 16:38 :
@anonyme

Pas du tout. Les sous-traitants des constructeurs allemands sont chinois donc les voitures "allemandes" sont bien fabriquées en Chine puis assemblées en Allemagne. La "fiabilité" des voitures "allemandes" est largement surestimée par ses promoteurs.
Réponse de le 06/11/2013 à 18:53 :
Absolument ce qui explique la catastrophe du moment que traverse l'industrie auto allemande, trop chère, trop peu fiable et équipements qui claque de partout, la débâcle hors contrôle...
a écrit le 06/11/2013 à 12:31 :
hummm... pas trés convaincu du rapport de cause à effet. Toyota, Honda, Mazda produise en grande majorité hors Japon ( la part export Japon de Toyota par exemple représente 1.300.000 véhicule ( vp et utilitaire ) sur un total de 7 millions d' unités vendues en 2009 ). ne s' agit-il pas plutôt/aussi d' un artifice comptable et/*ou de l' aprés fukushima qui avait mit au quasi arrét toutes les ventes ( production Japon & monde ) pour de menus considérations ( pièces détachées ). En gros un retour à la presque normalité d' avant un coup de pas de bol ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :