L'équipementier français Valeo étudie la voiture du futur dans la... campagne irlandaise

Tuam, dans l'ouest de l'Irlande, abrite une usine et un centre de recherche pour les caméras embarquées. C'est un vrai laboratoire de la voiture connectée et autonome du futur; au milieu des moutons paissant paisiblement dans la campagne. Reportage sur un site de l'équipementier auto français Valeo.

4 mn

Une usine et un centre de recherche et développement  en pleine campagne, Valeo l'a fait. Dans la verte Irlande, au milieu des moutons paissant paisiblement, le site "high tech" de l'équipementier automobile français à Tuam, dans l'ouest de l'île, est une parfaite combinaison de technologies de pointe et... d'environnement pastoral. L'histoire démarre en 1982 avec un petit concepteur et fabricant d'équipements électroniques pour l'automobile, Connaught Electronics. Une "start up".

Dès le début des années 2000, cette petite entreprise irlandaise commence à faire des caméras pour le 4x4 de luxe britannique Range Rover. Les commandes affluent. Mais, très vite, la société se sent dépassée. "On était trop petits. Il nous fallait être repris. On a reçu plusieurs offres", se rappelle Fergus Moyles, aujourd'hui patron de la ligne mondiale des caméras au sein du groupe  Valeo. Car, en juillet 2007, l'équipementier auto français rachète... la PME. "C'était les plus enthousiastes parmi les repreneurs potentiels", souligne Fergus Moyles. "Valeo apportait les capitaux, une expertise et des capacités de production".

15.000 caméras par jour

Aujourd'hui, le site de Tuam conçoit et fabrique des caméras pour l'aide à la conduite à un rythme de 15.000 par jour...contre 8.000 par an au début des années 2000!  Trois autres usines Valeo plus petites en Amérique du nord, en Chine et en Hongrie, sont d'ailleurs désormais pilotées depuis Tuam, dont l'activité "croît de 25% par an", selon le fabricant français de composants pour véhicules. Les effectifs ont triplé depuis 2007 à plus de 750 personnes, dont 345 ingénieurs. "Plus de cent ingénieurs seront recrutés cette année", ajoute Fergus Moyles.

Valeo affirme être, du coup, l'un des premiers fabricants aujourd'hui dans le monde pour ces caméras embarquées qui permettent de détecter les piétons, déclencher le freinage s'il y a lieu, détecter des panneaux et feux de signalisation, aider l'automobiliste - qui ne sait pas conduire ! - à se garer, voire dans un proche avenir à garer la voiture toute seule. Ces cameras sont aussi capables de traquer les yeux du conducteur, analysant ainsi son niveau de vigilance. Les optimistes y verront un vecteur de meilleure sécurité, les esprits chagrins une irruption insupportable dans la liberté du conducteur.

Vision panoramique à 360 degrés

Parmi les merveilles technologiques, le système de vision panoramique à 360 degrés à haute définition, avec quatre caméras digitales miniatures et un logiciel de traitement d'image qui offrent au conducteur une vue panoramique de son véhicule, l'alertent et peuvent anticiper une collision, avec un enfant surgi inopinément pas exemple. L'environnement apparaît sur l'écran du tableau de bord. Avantage : une qualité d'image constante et précise même avec une faible luminosité ou avec un fort contraste dans un parking souterrain, par exemple.

Cette usine à la campagne de Tuam est intégrée dans le pôle de Valeo en charge du confort et de l'assistance à la conduite dirigé par Marc Vrecko. Ce pôle "a réalisé l'an dernier 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, avec une progression de 5 à 8% par an avec 12.877 salariés, six centres mondiaux de recherche, seize centres de développement et vingt-et-une usines", indique Marc Vrecko, dont l' "un des plus gros clients est le groupe allemand Volkswagen". Les ventes "se font à 50% en Europe, 30% en Asie, 15% en Amérique du nord". Ce pôle, où les caméras jouent un rôle clé puisqu'elles "permettent d'améliorer le temps de réaction du conducteur au-delà de ce qui serait humainement possible",  travaille sur la "future voiture autonome et connectée. L'automobiliste pourra ainsi lire ses courriels, surfer sur internet, dans les embouteillages, sans conduire lui-même",  prophétise Marc Vrecko. Un aboutissement en quelque sorte.

Bref, chez Valeo, le futur c'est demain. Guillaume Devauchelle, le grand patron de l'innovation et du développement scientifique de l'équipementier, ne nie toutefois pas les dangers potentiels pour la liberté humaine de ce contrôle permanent. Car les mêmes systèmes pourront surveiller le type de conduite, les dépassements de vitesses et servir de mouchard pour les assureurs ou les employeurs dans le cas de flottes automobiles. "In fine, il faut que l'automobiliste garde la maîtrise", résume, philosophe, Guillaume Devauchelle. Ouf.

Carnet de commandes plein

Grâce à ses innovations et à un portefeuille de clients très internationalisé, l'équipementier automobile tricolore se joue de la crise. Il a accru son chiffre d'affaires de 9% (à taux de change constant) à 12,1 milliards d'euros l'an dernier, amélioré son bénéfice net de 18% à 439 millions. Sa marge opérationnelle atteignait 6,6% des ventes, contre 6,2% auparavant. Son carnet de commandes - qui préfigure les ventes de demain -  grisait les 14,8 milliards d'euros, soit un volume nettement supérieur à son chiffre d'affaires et qui promet donc une belle croissance.

Le carnet de commandes s'affichait certes en légère baisse par rapport à 2012 (15,1 milliards), mais il avait plus que doublé par rapport à 2005! Jacques Aschenbroich, DG de Valeo, a mis en valeur, en février dernier lors de la présentation des résultats 2013, les "innovations, moteur de la croissance organique future. 30% de nos prises de commandes sont constituées par des produits ou technologies qui n'existaient pas il y a quatre ans". Et "la Chine ainsi que l'Amérique du nord sont les moteurs de cette croissance future", soulignait-t-il.

4 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 08/04/2014 à 18:15
Signaler
La voiture du futur dans la branche sécurité habitacle sciée et revendue l'année dernière !

à écrit le 07/04/2014 à 12:08
Signaler
L'automobilistes ne mettrons pas un centime en options pour ces gadgets sauf s'ils sont livrés en standard. Le reste c'est de la masturbation dans un océan de com. Trop de régions, états, pays, continents différents.

à écrit le 07/04/2014 à 12:02
Signaler
Eh, voilà! quand il est dit:""future voiture autonome et connectée. L'automobiliste pourra ainsi lire ses courriels, surfer sur internet, dans les embouteillages, sans conduire lui-même", prophétise Marc Vrecko. C'est sûr quand l'automobiliste est ...

à écrit le 07/04/2014 à 12:00
Signaler
Eh, voilà! quand il est dit:""future voiture autonome et connectée. L'automobiliste pourra ainsi lire ses courriels, surfer sur internet, dans les embouteillages, sans conduire lui-même", prophétise Marc Vrecko. C'est sûr quand l'automobiliste est ...

à écrit le 07/04/2014 à 10:13
Signaler
Une grosse usine en Irlande, une usine en Amerique du Nord, une en Chine et une en Hongrie pour cet equipement hi-tech a taux d'equipement croissant sur les vehicules et concu par un groupe francais industriel respectable.. Pourquoi pas de localisati...

à écrit le 07/04/2014 à 9:09
Signaler
Gadgets.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.