Toyota, champion des rappels de voitures à titre préventif

 |   |  463  mots
Encore 2,27 millions de voitures rappelées
Encore 2,27 millions de voitures rappelées (Crédits : reuters.com)
Le constructeur nippon rappelle 2,27 millions de véhicules dans le monde à cause d'un problème d'airbag. Toyota pratique une politique de rappels massifs à titre préventif, suite au scandale de 2009-2010.

Le constructeur japonais Toyota rappelle à tout va. Il annonce ainsi ce mercredi qu'il rappelle cette fois 2,27 millions de véhicules dans le monde à cause d'un problème d'airbag. C'est le troisième rappel en trois mois pour le numéro un mondial  de l'automobile. Soit 9 millions de véhicules au total. Le gonfleur de l'airbag d'une vingtaine de modèles peut ici se révéler défectueux et, dans le pire des cas, brûler. 650.000 véhicules sont concernés au Japon et 1,62 million à l'étranger.

Les Yaris "made in France" concernées

"Un client au Japon s'est plaint de ce que les sièges de sa voiture avaient en partie brûlé à cause de ce défaut, mais il n'y a eu aucun accident grave", souligne un porte-parole du groupe nippon. Parmi les voitures rappelées: des citadines Yaris, produites en France, divers modèles de berlines compactes Corolla, des monospaces Noah et des familiales Avensis assemblées en Grande-Bretagne. Rien à voir avec l'actuel rappel massif de 10 millions de véhicules par GM pour des défauts reconnus ayant entraîné a priori des accidents mortels!

Début avril, la firme avait rappelé 6,39 millions de véhicules dans le monde à cause de  problèmes techniques (électricité de l'airbag, fixation du siège avant, jeu dans le volant, problème de démarreur). Puis, fin mai, le constructeur avait rappelé 520.000 véhicules supplémentaires pour divers soucis, dont un problème de fixation de la roue de secours.

Précédent de la crise de 2009-2010

Toyota avait connu une crise sans précédent lorsqu'il avait dû rappeler en urgence près de 9 millions de véhicules, principalement aux Etats-Unis, fin 2009 et début 2010, à cause d'une pédale d'accélération pouvant rester coincée ou de freins réagissant tardivement. Exploité à fond par les médias et politiciens américains dans un réflexe nationaliste, alors que GM et Chrysler étaient en quasi-faillite, ce scandale avait eu un énorme retentissement, écornant durablement l'image du constructeur et faisant plonger ses ventes. Même si la "NHTSA" - agence de sécurité routière - avait in fine blanchi le constructeur japonais sur la responsabilité de l'électronique embarquée des voitures.

Après cette affaire, Toyota se montre désormais très prudent et procède régulièrement à des rappels massifs à titre préventif dès qu'un possible problème est détecté, y compris pour des questions n'engageant pas la sécurité du véhicule. Toyota est généralement bien noté dans les enquêtes mondiales sur la fiabilité des véhicules. Son label haut de gamme Lexus remporte même généralement la palme dans les études réputées du consultant JD Power aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :