"Il n'y a pas à choisir entre essence et diesel" Carlos Tavares

 |   |  1550  mots
Je crois au formidable potentiel du génie français a insisté le président du directoire de PSA Peugeot-Citroën Carlos Tavares, mardi, devant les étudiants de grandes écoles parisiennes.
"Je crois au formidable potentiel du génie français" a insisté le président du directoire de PSA Peugeot-Citroën Carlos Tavares, mardi, devant les étudiants de grandes écoles parisiennes. (Crédits : Association Noir Sur Blanc)
2014, année de Carlos Tavares ? Arrivé à la tête de PSA Peugeot-Citroën en mars, l’ancien numéro deux de Renault était l’invité mardi 16 décembre des "Mardis de l’Essec", une manifestation ouverte au public, qui réunissait ce jour plus de 200 étudiants de grandes écoles et universités parisiennes. Lors de cette conférence-débat, le nouveau patron du 2e constructeur automobile européen a abordé des sujets aussi divers que les performances de PSA en 2014, la problématique du diesel, le développement du groupe à l’international et sa stratégie pour les années à venir. Entretien.

En cette fin d'année, quel bilan tirez-vous de la stratégie menée par le groupe PSA pour se relancer ?

Carlos Tavares. La priorité est d'abord la restructuration économique du groupe, et sa performance, point central du plan « Back in the race » lancé en avril 2014. Ce plan s'articule autour de trois axes : réduction des frais fixes, amélioration du « pricing power » et optimisation des coûts variables. J'ai fixé des objectifs ambitieux pour le Groupe. D'abord, un free cash-flow positif et récurrent au plus tard d'ici à 2016. Ensuite, un free cash-flow cumulé de 2 milliards d'euros sur la période 2016-2018. Enfin, une marge opérationnelle de 2 % pour la division automobile à l'horizon 2018. Quand ces trois objectifs seront atteints, les fondamentaux du groupe seront à nouveau solides. À ce moment-là, nous pourrons décréter que le redressement du groupe est réalisé.

Le CAC 40 est-il un objectif ?

PSA doit d'abord rétablir les fondamentaux pour embrasser sereinement l'après-restructuration. Le CAC 40 sera une conséquence naturelle de la réussite de notre stratégie et de l'engagement de nos équipes dans l'atteinte des objectifs fixés. Mais je me méfie des éléments de satisfaction qui concernent plus l'ego que l'entreprise. Le véritable objectif, c'est de parvenir à actionner les trois leviers que j'ai énoncés pour redresser la situation économique de PSA.

Si l'objectif est la réduction des coûts, qu'en est-il de l'investissement et de l'innovation ?

À l'évidence, les chiffres montrent que nous avons une part de dépenses en R&D relativement plus faible que nos concurrents, d'environ 7,5% contre entre 8% à 10% pour les autres constructeurs. Le décalage est là, mais il s'agit d'une vision simpliste de la situation. Car ce n'est pas la valeur de l'investissement qui compte, mais sa rentabilité, qui témoigne de la capacité d'une organisation à dépenser mieux, et non simplement plus. Nous avons un fort potentiel d'amélioration sur le rendement des investissements engagés.

Où en est PSA sur le développement de ses marques à l'étranger ? Le groupe veut-il, comme Renault, produire en Afrique ?

PSA est fort de trois marques avec l'ambition de devenir un grand constructeur mondial, capable d'opérer de manière efficiente sur tous les grands marchés de la planète. Dans le monde d'aujourd'hui, les barrières douanières, les coûts de transport et le risque de change imposent aux constructeurs de produire au plus près des marchés où ils sont implantés afin d'être plus efficients. 80% des véhicules vendus dans une région sont produits dans cette même région. De la même manière, chaque fois que les volumes de ventes de PSA deviendront significatifs dans une région, il est souhaitable que l'entreprise produise des automobiles localement pour cette région. Nous sommes à l'affût de ces opportunités sans pour autant nous fixer de délais qui pourrait sortir de l'analyse objectif des tenants et aboutissants. À terme, l'Afrique sera, entre autres, concernée par cette stratégie de production.

PSA réunit deux et même trois marques désormais, avec l'émancipation de DS en tant que marque premium. Comment définiriez-vous le positionnement de chaque marque sur le marché ?

Peugeot est la parfaite convergence entre la rigueur et la conception d'un côté et l'émotion latine de l'autre. C'est une marque élégante, non ostentatoire, idéalement placée pour concurrencer une marque allemande à deux lettres bien connue. Citroën, c'est le confort et l'innovation, l'expression d'un sentiment « feel good » et toujours dans un but d'utilité. DS, c'est tout simplement la dimension automobile qu'il manque au luxe à la française. La marque met l'accent sur l'esthétique, un service "premium" et une utilisation différente des matériaux, tout en donnant plus de place à la créativité.

Le diesel étant de plus en plus décrié par l'opinion et les autorités publiques, le groupe PSA compte-t-il réorienter sa stratégie vers les véhicules à essence en priorité ?

Non. Il y a, à ce sujet, un déficit d'information. Depuis septembre, la réglementation européenne concernant le diesel, qui est une des plus sévères au monde, est passée de Euro 1 à Euro 6 pour toutes les voitures. Les constructeurs automobiles ont du réaliser des progrès énormes, et nous avons souvent été précurseurs. Cette réglementation nous a amenés à un niveau de quasi neutralité entre l'essence et le diesel en matière d'émissions de particules. La nouvelle règlementation prévoit également la diminution des émissions de dioxyde de carbone. Et, sur ce point, force est de constater que le diesel a une efficacité 15% supérieure à celle de l'essence.

Lors d'une audition devant l'Assemblée Nationale avant l'été 2014, j'ai demandé solennellement la création d'une commission de scientifiques indépendants qui analyseront tous les résultats de nos études et de nos tests dans ce domaine, afin d'en tirer des conséquences objectives. Nous nous sommes par ailleurs engagés à une totale transparence de nos résultats auprès de cette commission. La vraie problématique n'est pas de choisir entre essence et diesel, mais de moderniser le parc automobile. Notre proposition est de travailler sérieusement à établir une définition de ce qu'est un véhicule propre, plutôt que de choisir de privilégier tel ou tel carburant. Nous souhaitons par ailleurs continuer à être des acteurs de la mobilité durable en proposant des solutions de plus en plus efficaces en termes de motorisation notamment.

Après avoir effectué toute votre carrière chez Renault et chez Nissan, a-t-il été difficile de reprendre la tête de PSA Peugeot-Citroën, ou considérez-vous toujours, comme vous l'avez précédemment déclaré, qu'il n'y a pas de culture d'entreprise ?

PSA, Renault et Nissan sont très différents. La culture est souvent citée comme une lourdeur qui s'oppose à la capacité de changement. Or, dans un tel contexte, il faut bien comprendre que la culture, ce sont les êtres humains qui la portent et la façonnent. Ce que j'ai trouvé extraordinaire chez PSA après plusieurs années de résultats compliqués, c'est l'humilité sportive des personnes qui y ont énormément travaillé et reconnu qu'il y avait un problème dans la méthode. Par ailleurs, la transition entre Philippe Varin et moi-même s'est déroulée avec un professionnalisme exemplaire.

Après la difficile période de fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, PSA a annoncé se lancer dans un plan de modernisation de ses sites français. Pourquoi n'avoir pas choisi de délocaliser ?

Les handicaps de nos usines en France, sont essentiellement dus à une conception ancienne qui n'est plus adaptée aux processus actuels de fabrication des automobiles et empêchent de produire de la qualité à coût viable. Nous avons concentré nos efforts sur la modernisation et l'efficience de ces usines plutôt que de les délocaliser car nous croyons au formidable potentiel du génie français. Quand on donne une responsabilité sur le coût total de la voiture aux directeurs d'usines, on enrichit et ennoblit la tâche du comité directeur de l'usine en question. Ceux-ci sont plus à même d'innover et de faire remonter des idées intéressantes jusqu'au comité exécutif du Groupe.

Vous qui avez effectué toute votre carrière dans le secteur automobile mais avez « atterri » chez PSA en 2014, pensez-vous comme Pierre Gattaz, le patron des patrons, que la promotion interne manque à la France ?

Une entreprise doit pouvoir recourir à cette alternative : promotion interne et engager des managers d'autres entreprises. La responsabilité première du management est de faire éclore des talents et donc créer les conditions qui permettent d'atteindre cet objectif. Mais il y a des situations où l'urgence du problème à traiter conduit à recourir à une personne venue de l'extérieur, afin de prendre du recul, d'apporter un regard neuf et des méthodes. L'essentiel du pilotage d'une entreprise se trouve dans trois capacités : maîtriser les grands équilibres de l'entreprise, chiffrés ou non ; connaître le produit et les technologies ; savoir aligner l'énergie de ses collaborateurs pour « tirer l'équipe vers le haut ». La performance se situe là. Quand on ne peut garantir la convergence de ces trois aspects à la direction des entreprises, il est nécessaire d'y remédier.

Quel avenir envisagez-vous pour le groupe, et vous-même ?

Nous avons d'ores-et-déjà décidé de plusieurs orientations de rupture, notamment en ce qui concerne le business des pièces détachées et l'entrée sur des marchés où nous ne sommes pas implantés pour l'instant. Mais vous comprendrez que nous devons garder certaines informations confidentielles afin de ne pas les communiquer à nos concurrents. Je préfère vous laisser deviner la suite de « Back In The Race ». Elle témoignera quoiqu'il arrive de notre ambition retrouvée. En ce qui me concerne, PSA n'est pas là pour permettre à mon égo de s'exprimer. Ce sont les résultats qui comptent et non les décisions spectaculaires que je pourrai prendre. Et j'escompte bien que les résultats soient excellents !

--

Les Mardis de l'ESSEC est une tribune étudiante, fondée en 1961 par les étudiants de l'ESSEC Business School.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2015 à 0:37 :
les pro diesels contre les pro essence me font penser aux guerres de religion ; le degré de
pollution dépend de plusieurs facteurs: la qualité du carburant tout d'abord, la qualité de la combustion également ;n'en déplaise aux pro essence , mais tout moteur dont la combustion est imparfaite, émet plus de nano- particules quel que soit le carburant qu'il
utilise ;l'énergie propre n'existe pas, l'hydrogène transformé en vapeur d'eau et CO2 augmente les émissions de GES, les véhicules électriques ,d'où vient la production
d'électricité? que dire du problème de recyclage des batteries remplies de ces métaux rares? le seul type de moteur qui pourrait être intéréssant à développer serait celui qui fonctionne à l'air comprimé, inventé par un ingénieur français, et développé en Inde actuellement chez Tatra (ce mode de propulsion n'intéresse personne en france, pensez
dons un moteur dont l'énergie est gratuite.....) Et puis il existe aussi d'autres sources de pollution dont on parle à mots couverts (les poids lourds par exemple) ;La réflexion est immense, mais dans notre pays sous la pression de groupes intellectuellement intégristes
je constate que la protection contre les pollutions n'est faite que de taxations et d'interdictions , alors forcément la réflexion est limitée Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir......
a écrit le 28/12/2014 à 11:46 :
PSA n'a rien contre le diesel, étonnant. Il y surtout urgence de sortir des moteurs à energies fossiles : trop polluants et bruyants. Ils sont clairement nocifs pour la santé. Je propose meme d'interdire la circulation sur les petits axes à Paris pour rendre la ville, la vie plus respirable, vivable.
a écrit le 25/12/2014 à 13:55 :
Que M.TAVARES nous fabrique des véhicules fiables, performants et de qualité!
L'industrie automobile française s'est considérablement dégradée!
Je regrette l'époque des années 70 et 80, on avait des constructeurs français qui savait faire encore des véhicules!
a écrit le 24/12/2014 à 10:26 :
On revient à l'essence ... Tant pis pour la planète ...:
a écrit le 22/12/2014 à 14:44 :
Allez ne plus fabriquer de moteurs "Diesel" et le remplacer par le tout électrique pourquoi pas? Il y a déjà dans mon immeuble une borne pour recharger les batterie des véhicules électriques. Demain sera un nouveau jour. Et pour revendre sa "diesel" se sera bonus de l'état contre un véhicule économique.
a écrit le 22/12/2014 à 13:46 :
Au vu de ce compte rendu, l'on doit regretter de ce que un "dirigeant" comme Tavares ne fusse capable que de se livrer à ce genre de loghorrées bourrées de poncifs,
Les étudiants de l'Essec n'auront pas apprit grand chose, et le niveau de l'Essec n'en sera pas sorti réhaussé, juste de quoi se mettre encore plus "minable".
Réponse de le 28/12/2014 à 12:25 :
Appris s'écrit avec un "s".
a écrit le 22/12/2014 à 10:38 :
a quand les voitures à très très faible consommation? c'est là l'avenir. En milieu urbain, pour déplacer une personne seule à quoi bon avoir des voitures si grosses?
a écrit le 22/12/2014 à 10:34 :
on importe massivement du diesel et on utilise pas l essence que l'on raffine... incohérent. C'est du à la lâcheté des politiques, qui n'est pas nouvelle, de ne pas avoir fermé les raffineries qui faisaient du fioul pour se chauffer quand le nucléaire est monté en puissance. Du coup on favorise le diesel depuis pour écouler les stocks ce qui fait de nous une exception mondiale. Là comme ailleurs on veut nous faire avaler que c'est le meilleur système du monde...
a écrit le 21/12/2014 à 19:16 :
Sa remarque à ce sujet est juste, ce n'est pas forcément parce qu'on dépense beaucoup qu'on dépense bien et la course au chiffre a tendance à faire passer les vessies pour des lanternes. Comme pour les telecoms une part de plus en plus importante des innovations émanent des sous-traitants, ce qui a pour effet de gommer l'aspect avantage concurrentiel, finalement le succès de la R&D de grosse boite est étroitement lié aux capacités du management beaucoup plus qu'au niveau du budget...
Réponse de le 22/12/2014 à 8:34 :
Sauf que PSa est quand même notoirement court sur la variété de moteurs, l hybridation essence, la pile à hydrogène , les nouveaux systèmes d'aide à la conduite et demande l'aide des copains pour finaliser son hybride air . Pas brillant au total .
Réponse de le 22/12/2014 à 9:43 :
Les budgets étriqués et désordonnés de R&D des groupes automobiles français Renault et PSA se traduisent par de très gros retards technologiques dans le contenu des voitures et AUSSI dans les lignes de production des voitures ;
Là sont les grandes faiblesses de PSA et Renault qui a tout tiré vers le bas du bas,
ils sont maintenant devancés par Hyundai Kia alors que ces 2 constructeurs étaient mineurs début 2000.
Il y a bien eu des carrences notoires chez les dirigeants des 2 constructeurs français, et Tavares ex Renault Dacia symbole de ces déclins automobile n'aurait jamais du etre recruté chez PSA, personne ne voulait de lui chez les autres constructeurs européens, même pas Volvo, Fiat ou Opel !!!
Réponse de le 22/12/2014 à 10:58 :
votre raisonnement est juste, mais aucune raison de penser que les chercheurs ou le management chez PSA soient meilleurs que chez les concurrents, qui doivent tenir en plus le même raisonnement...pour moi son discours est donc de l esbroufe, pour masquer le manque d'effort sur la recherche chez PSA. Pourtant ce marché est en pleine évolution technique et commerciale et il y aura des primes importantes aux inventeurs de solutions pour les marchés développés et en développement. Enfin le choix politique transpartisan du credit impot recherche, faisant de notre pays une sorte de paradis fiscale pour les labos de recherche, est bien fait pour augmenter le volume des crédits recherche, gage d'innovation et d'emplois qualifiés dont notre économie à tant besoin.
Réponse de le 22/12/2014 à 11:20 :
@RD Plus Rien de comparable à la VAG Cie qui ne sait toujours pas fiabiliser une bv auto double embrayage DSG 10 ans après sa sortie, la cohérence n'est pas au RV d'un groupe qui investit massivement dans le marketing et si peu dans la R D.. En regard, les groupes français sont tout à la fois dans l'excellence et la pertinence du bon investissement sélectif et nous régalent de produits techniques et superbement designés, qu'ajouter sinon bravo ...!!!
Réponse de le 22/12/2014 à 22:18 :
@R&D PLUS: visiblement vous ne connaissez rien à l'industrie automobile, particulièrement à l'industrie automobile française. D'où votre "commentaire" affligeant.
a écrit le 21/12/2014 à 18:27 :
En 1940, beaucoup aimais le vert de gris, en 2014, toujours autant !!!!
a écrit le 21/12/2014 à 17:53 :
Il sont singuliers à s'écouter parler ces piètres dirigeants des groupes français en difficultés,
mais enfin, comme Tavares Carlos
l'ESSEC n'aurait elle pas autre patron à interwiever, des patrons qui réussissent, pas des cadres qui échouent comme Tavares ;
décidément,
les élèves de l'ESSEC sont mal embarqués !
Réponse de le 21/12/2014 à 18:26 :
@Essec Alléluia!
Réponse de le 22/12/2014 à 22:20 :
Quelles sont vos références prouvées pour affirmer de telles âneries?
a écrit le 21/12/2014 à 16:53 :
En même temps, j'observe le Cactus qui flirte avec les 1000 kgs, en face rien en dessous de 1000 kgs dans ce segment à la Vag cie, à un moment, faut bien le trainer et le nourrir ce surpoids supplémentaire, non mais quoi! Alors on rajoute des bv auto double embrayage lourdes pour faire tomber les consos, peu fiables et ça pénalise encore plus en fragilisant l'ensemble, cornélien non ?
Réponse de le 21/12/2014 à 18:23 :
@loupe Simone Vous avez tout compris et parfaitement restitué le mythe de la solide plus value technique du groupe Vag, bravo Simone, merci pour ce petit argumentaire de vulgarisation d'autant que vous n'avez fait qu'effleurer la forme le fond est au demeurant encore plus douloureux.
Réponse de le 21/12/2014 à 20:02 :
Par contre, avec cet allegement, le crashtest est desastreux....
Réponse de le 22/12/2014 à 9:02 :
@Rusty "Par contre, avec cet allegement, le crashtest est desastreux." SVP sourcez vos propos afin de les rendre intéressants ...!!!!
a écrit le 21/12/2014 à 12:50 :
Je n'ai jamais compris cette incapacité de l' allemand VW à faire une voiture capable de suivre une française dans les enchainements, ça part à hue, ça tire à dia et sur le mouillé on a souvent une roue qui déleste et motrice dans le vide... quand en face on retrouve le fameux toucher de route si propre à PSA, inimitable, discriminant... Pourquoi donc VW continue t-il d'investir dans de gros moteurs à grosses émissions incapables de suivre le rythme quand ça bouscule, pour un tel résultat si globalement insuffisant ? Pourquoi ne pas se faire assister d'un développeur pour casser une bonne fois ces lacunes .. ? No answer, si peut-être, arrêter une bonne fois ce marketing déplacé qui consomme l'énergie au détriment de la qualité.
Réponse de le 21/12/2014 à 14:53 :
@ Crouadent a écrit le 21/12/2014 à 12:50 :
Il y est une réalité imparable, qui vient démontrer que vos arguments son infondés
VW est champion du monde WRC avec sa Polo WRC, Citroen avec ses voitures trop lourdes et imparfaitement équilibrées est distancé
Audi du groupe VW a de nouveau gagné les 24 heures du Mans, suivi par Porsche également du groupe VW, Peugeot s'est défilé et a fuit le combat !
voilà la réalité incontestable,
il en est une autreréalité, c'est que VW vends 3 fois plus de voitures que PSA et que VW Group dégage des profits, investit 85 Milliards d'euro sur 5 ans, donne des primes à ses salariés
pendant que Tavares organise le déclin de PSA comme ses prédécesseurs et comme il l'a fait chez Renault
Réponse de le 21/12/2014 à 16:37 :
"Il y est une réalité imparable, qui vient démontrer que vos arguments son infondés
VW est champion du monde WRC avec sa Polo WRC" c'est que VW fait préparer ses WRC parce que dans la vraie vie rien ne tient vraiment la route.. La réalité c'est que VW a fait de l'argent à coups de marketing en faisant croire à la qualité allemande alors que c'est tellement plus tchèque et vendu deux fois trop cher.
Réponse de le 21/12/2014 à 16:48 :
Les ventes vw donne raison à Scoubidou, dans les marques du groupe VAG, seules Seat et Skoda sont ne progression, le reste régresse voire patine en Europe. A l'exception de l'Allemagne, en même temps c'est un petit peu normal, Adac oblige..
Réponse de le 21/12/2014 à 19:02 :
C'est beau le marketing... le jour ou il y aura un rapport direct entre la course auto et ce qui circule sur nos routes ouvertes ca se saura. VW a mieux mené sa barque mais le retour de PSA amorcé sous Varin se déroule bien, les produits sont attrayants, si le marketing et le management tiennent la route ca devrait bien se passer, on a l'impression que l'innovation auto made in france reprend du poil de la bête
Réponse de le 22/12/2014 à 10:45 :
@imparable: c'est fou comme les gens qui n'y connaisse rien se permettent toujours de discourir!!! Je veux bien que l'on parle de la réussite de VW en endurance et encore seulement au 24h du mans mais aborder le sujet du WRC en sous entendant qu'ils sont supérieur!!! 30 ans de rallye /rallye raid / Pikes Peak et de suprématie de PSA!!! Sans oublié les victoires de Peugeot toujours au mans.
Non VW n'a pas inventé la roue!!!
a écrit le 21/12/2014 à 12:21 :
Pendant les verbiages de Carlos Tavares, Peugeot et Citroen sont à la peine financière, les lignes de production chôment,
Pendant les verbiages de Carlos Tavares et aussi ceux de l'autre carlos Ghosn, les autres constructeurs annoncent des records de production, des records de bénéfices, et des records d'investissements dans de nouvelles usines.
Laissons Carlos Tavares et Ghosn verbiager, ils sont comiques et nous attristent.
Réponse de le 21/12/2014 à 12:28 :
@Pendant les verbiages Catastrophés par l'hécatombe des bv auto dsg et consorts du groupe, VAG en pleine déshérence fait un tentatif pour nous faire oublier ses mauvais choix en montant du ...japonais Aisin, mais n'est-il pas un peu tard pour la ..deutsche Qaulität ???
Réponse de le 21/12/2014 à 14:19 :
c 'est toi qui verbiage . Carlos Tavares est beaucoup plus professionnel que Carlos Ghosn . Car il aime la voiture et non le résultat financier .
a écrit le 21/12/2014 à 11:57 :
Quand on voit une superbe réalisation comme 308 qui démode et plume golf tous les jours, un Cactus qui renvoie à la préhistoire de l'automobile les allemandes tombés en désuétude, on se dit que Monsieur TAVARES est un homme du sérail, si loin d'un VW actionnaire d'Auto Bild et d'Auto Plus...Un industriel doté d'un vrai sens du propos industriel, pas un journaliste ni un marketeux...
Réponse de le 21/12/2014 à 12:23 :
@Petit Bébert Ce n' est pas moi qui dirai le contraire!!
a écrit le 21/12/2014 à 11:57 :
Effectivement il n'y a pas à choisi entre diesel et essence car de toutes façons, il n'y a pas le choix. Les tours de cracking fournissent 17% d'essence et 34% de diesel….supprimer le diesel n'a pas de sens vu que les ressouces commencent à être limitées
Réponse de le 22/12/2014 à 9:34 :
EXAT? MAIS IL FAUT ALLEZ PLUS VITE VERS L ELECTRIC???
a écrit le 21/12/2014 à 11:51 :
Ah Citroën et PSA qui nous régalent de produits formidablement designés, de chassis aux touchers de route uniques, de moteurs fiables et économiques quand l' allemand VW sous ses marques est à la peine pour enchainer... Tout en délicatesse avec ses moteurs exotiques polluants posés sur des chassis non maitrisés, on comprend ce revers de fortune si prévisible, quand ça n'avance plus, il faut bien que ça ...recule..!!!
a écrit le 21/12/2014 à 11:50 :
En tout cas OK pour ses idées avec le diesel très aidé par l'État français. Mais pas toujours adapter à notre utilité. (Moi petit rouleur par exemple). Du coup je vais plutôt m'orienter sur une autre marque pour la prochaine voiture.
Par contre une question aux défenseur du diesel, vous trouvez encore juste qu'un citoyen qui met un litre d'essence paye plus de taxes qu'un citoyen qui met un litre de diesel ?
a écrit le 21/12/2014 à 11:39 :
Différence entre l'essence et le mazout , c'est la simple buche serte polluante et la buche reconstituée pétrole souffre dans un foyer ouvert .
a écrit le 21/12/2014 à 1:48 :
Les discours sur le diesel sont très différents. On n'y comprend plus rien.
Réponse de le 21/12/2014 à 11:01 :
C'est normal, il y plusieurs sortes de diesels et d'essence, les derniers essence à injection directe ont tendance a se rapprocher des diesels (tout en faisant des progrès pour chacun d'entre eux) mais dire que les essence ne font pas de particules est faux. Et les niveau d'émission de polluants seront de toute façon unifiés dès Euro 6,2, d'ou le message de Tavares. Donc tout cet espèce de délire médiatique relayé par des excités sur la toile a propos du diesel va bientôt faire pschit puisque les essence seront bientôt tous équipés de FAPs (2017).
a écrit le 20/12/2014 à 22:23 :
Il a ros, moi qui habite Paris j'ai choisi : plus de voiture. Fini les assurances, le garagiste, les PV, la fourrière, les taxes sur le carburant, le temps perdu dans les embouteillages, les ennuis avec la police qui se prend pour colecteur d'impots....
Réponse de le 20/12/2014 à 22:31 :
Il a raison Carlos,......
a écrit le 20/12/2014 à 21:50 :
Lui, il a vraiment rien compris : Avant tout, penser produit... pourquoi les consommateurs achètent d'autres marques ?
Réponse de le 20/12/2014 à 23:20 :
De quoi parlez-vous ? Je vois des Citroën et des Peugeot neuves partout dans les rues, et le consommateur chinois raffole des automobiles PSA.
a écrit le 20/12/2014 à 19:48 :
Ah Citroën et PSA qui nous régalent de produits formidablement designés, de chassis aux touchers de route uniques, de moteurs fiables et économiques quand l' allemand VW sous ses marques est à la peine pour enchainer... Tout en délicatesse avec ses moteurs exotiques polluants posés sur des chassis non maitrisés, on comprend ce revers de fortune si prévisible, quand ça n'avance plus, il faut bien que ça ...recule..!!!
Réponse de le 20/12/2014 à 22:12 :
C'est ce qu'on appelle un chauvinisme mal placé et un manque total de connaissance du marché. On peut aimer les françaises sans pour autant garder de la lucidité....

VW possède entre autres AUDI, VW, SEAT, SKODA, BENTLEY, LAMBORGHINI et développe aussi de très bons chassis et de très bons moteurs ( en tout cas, sur le haut de gamme, on n'a vraiment plus rien en France ).

Quant aux tests qualitatifs effectués sur leurs modèles, désolé mais les marques françaises ont encore du boulot avant d'arriver à ces résultats...

Et n'oubliez pas les japonais avec la technologie hybride qui a plus de vingt ans d'avance sur n'importe quelle marque française ou allemande....

Sortons-nous les doigts du c.l et commençons en France à ne plus que rêver d'avancée technologique mais à être réellement précurseurs, comme nous le fumes autrefois ( suspension pneumatique, phares directionnels, boîte hydraulique semi -automatique... ).
Réponse de le 21/12/2014 à 10:08 :
"VW possède entre autres AUDI, VW, SEAT, SKODA, BENTLEY, LAMBORGHINI et développe aussi de très bons chassis et de très bons moteurs ( en tout cas, sur le haut de gamme, on n'a vraiment plus rien en France )."Y'a 10 ans, aujourd'hui c'est plus ...discutable, Audi n'est-il pas classé 19 ème sur 20 au classement fiabilité Auto plus du 100114, c'est à dire avant dernier quand RENAULT y est 2ème...!!! Quant au haut de gamme à grosses émissions du groupe VW, n'en parlons même pas...!!
Réponse de le 21/12/2014 à 10:17 :
@Gary Ca fait 10 ans que VW nous enfume avec sa piètre qualité faite de petits assemblages exotiques slovéno tchéquo turquo hongrois à coup de petits emplois bolkenstein, l'image a du plomb et vous n'y pouvez rien, rien ne sort de bon, jamais, en même temps, n'est-ce pas en relation...??? Et tout parait si austère, si daté, tout parait si vieux dès la sortie même, comment voulez-vous qu'ils en vendent sinon à les donner...???
a écrit le 20/12/2014 à 19:40 :
> Je crois au formidable potentiel du génie français

Un peu grandiloquent, non?

> Depuis septembre, la réglementation européenne concernant le diesel, qui est une des plus sévères au monde

J'ai lu quelque part que le filtre à particule n'est en fait efficace qu'après plusieurs kilomètres, une fois chaud. Et comme beaucoup de parcours urbains font justement cette distance…

> La vraie problématique n'est pas de choisir entre essence et diesel, mais de moderniser le parc automobile.

La vraie problématique, c'est de réduire drastiquement et rapidement notre facture pétrolière, ce qui passe par la production de voitures à moins de 2 litres/100, c.a.d. des petites voitures de moins de 500kg et 90km/h de vitesse de pointe.

"Pourquoi la voiture du futur ne pèsera que 500 kg ?"
www.largus.fr/actualite-automobile/pourquoi-la-voiture-du-futur-ne-pese-que-500-kg-5417382.html
Réponse de le 20/12/2014 à 22:12 :
Vous avez "lu quelque part"...denos jours tout est écrit quelque part, sans que cela soit une vérité pour autant...TOUS les converetisseurs catalytiques ne fonctionnent que chauds, au bout de 200 secondes approximativement. SUr moteurs essence ou Diesel. Les filtres à particules fonctionnent tout de suite.
Les filtres à particules sont plus nocifs que sans filtre: ils filtrent, mis doivent être purgés,comme tout filtre. A ce moment là, un additif est envoyé dans le filtre pour aider à brûler les grosses particules, qui vont en générer des nouvelles qui vont sortir du pot d'échatppement: celles ci seront 10 fois plus fines, iront donc au fond des poumons contriarement aux particules d'origines qui n'allaient pas loin. Nous auront un scandale sanitaire sur les bras un de ces jours. Et cete taille de particules est émise par els véhicules essence aussi, en particulier les injections directes.
Tout ceci est su connu, surtout de nos politiques.
Les solution sont connues aussi, mais nos politiques nous jugnent, sur ce sujet encore, trop c...s pour comprendre.
Véhicules électriques? Essence,? Diesel? Coisissez, mais ce ne sont que des alternatives dont aucune n'est neutre. Amoindrir leurs impacts en nous adaptant, oui, mais personne ne le veut, pas même nous consommateurs.
Réponse de le 20/12/2014 à 23:23 :
Il suffit que votre FAP atteigne la bonne température une fois de temps en temps pour qu'il se débarrasse des particules accumulées. S'il ne le fait pas assez souvent, il s'encrasse, mais ça ne signifie pas qu'il laisse passer les particules lorsqu'il est froid.
Réponse de le 21/12/2014 à 7:57 :
Petite erreur: la plupart des filtres à particules n'utilisent pas d'additif pour se nettoyer, mais le font à très haute températures. Les particules ne sont alors pas éjectées, mais sublimées sans aucun dommage pour l'environnement. Ceci ne se fait que moteur chaud et en roulant, d'où l'obligation de faire de la route avec un diesel: pour une utilisation uniquement urbaine, le diesel est un non-sens, la température de fonctionnement étant rarement atteinte, et sur une trop courte période. On s'aperçoit de cette régénération au fonctionnement du moteur un peu plus rugueux.
Enfin, avec un filtre à particules en bon état et un moteur bien réglé, regardez l'extrémité du pot d'échappement : une propreté absolue, pas la moindre trace de suie! Vérifié !
Réponse de le 21/12/2014 à 11:33 :
bon et elles vont ou les particules accumulés dans le fap quand il s' en débarrasse ? hein ? à chaud ou à froid ? je suis consterné de voir que quand vous suivez une mazout, que ce soit neuf ou ancien, çà fume toujours noir et gras.. et dans un magnifique nuage. il sera nécéssaire un jour de faire condamner à de la prison ce genre de producteur et de consommateur.
Réponse de le 21/12/2014 à 12:24 :
Les seuils de particules ne sont pas en masse, mais en nombre, donc même s'il y en a des fines elles sont comptées et au final il n'y a même pas de comparaison possible entre un diesel sans FAP ou un essence, le diesel avec FAP n'émet pour ainsi dire rien. Autre point le FAP PSA ne marche pas à l'additif, mais avec des oxydes de métaux qui sont stockés avec les particules tout à long du remplissage du FAP, ces particules contiennent de l'oxygène et lorsque la réaction avec les particules se fait permettent de les bruler, donc en gros tout ca se transforme en CO2, et non en Nox comme le système que vous mentionnez et qui équipe les véhicules de presque tous les autres constructeurs.
a écrit le 20/12/2014 à 19:35 :
Nous retenons de Carlos Tavares le gachis absolut et le massacre de la marque Gordini lorsqu'il a affublé des Twingo 60 CV de 2 bandes blanches sur peinture bleu .... bref minable ;
et aussi
sa piètre incapacité à relancer Alpine chez renault en autonomie, et le bricolage amateur d'une alliance avortée avec le ferrailleur Catheram déjà en très grande difficultés ;
bref Tavares ferait mieux de faire son travail plutôt que de se vanter avec des théories absconne devant des étudiants incultes .
Réponse de le 20/12/2014 à 19:57 :
Vous confondez chevaux CV et chevaux ch !
a écrit le 20/12/2014 à 18:39 :
Y a-t-il eu quelqu'un pour poser cette question qui taraude un certain nombre de personnes (et pas nécessairement des vieux), en France et aussi (plus ?) à l'étranger : l'avenir de la suspension hydropneumatique.
Réponse de le 21/12/2014 à 12:17 :
C'est voué a disparaitre car d'énormes progrès ont été faits sur des suspensions classiques et les couts de développement et le surcout à l'achat devient de moins en moins justifié pour les clients.
a écrit le 20/12/2014 à 18:31 :
Y a-t-il eu quelqu'un pour poser cette question qui taraude un certain nombre de personnes (et pas nécessairement des vieux), en France et aussi (plus ?) à l'étranger : l'avenir de la suspension hydropneumatique.
Réponse de le 20/12/2014 à 18:52 :
il semble que la remplaçante de la c5 actuelle n en sera pas équipée de nombreux clients iront voir ailleurs a moins que les chinois s y intéressent personnellement depuis la ds j ai toujours eut de l hydro et a défaut j achèterais coreens
a écrit le 20/12/2014 à 18:24 :
« Back in the race » « pricing power » « free cash-flow », on peut parler français dans ce pays ???
Réponse de le 20/12/2014 à 18:32 :
Tout à fait d'accord avec vous.
Réponse de le 20/12/2014 à 18:49 :
Totalement en accord avec vous...son snobisme est évident et n'apporte rien au propos !!!
Réponse de le 21/12/2014 à 10:55 :
PSA est une boite internationale, vous vivez peut être dans votre bulle Franco-Francais mais dans la boite ça parle Anglais partout et vendre à l'étranger est probablement une des choses les plus urgente pour redresser le groupe.
a écrit le 20/12/2014 à 17:36 :
Désolé mais je n'achéte jamais de diesel ni de peugeot
a écrit le 20/12/2014 à 17:26 :
Ce n´est pas un problème de type de carburant mais un problème de taxation.
Si le Diesel etait taxé au même taux que l essence, il serait nettement plus cher et les gens rouleraient plus à l essence comme c´est le cas aux USA.
D autant plus qu une voiture diesel coûte au moins 2 000 € de plus que la même version essence.
Nous avons le résultat amusant que les rafineries US ont des surplus de diesel invendus alors qu en Europe c´est l inverse et les bateaux citernes font des va et viens sur l altantique pour rétablir l´équilibre !!!
Une taxe ou vignette basée sur le niveau de pollution avec les zones restreintes urbaine ou carrément interdites à tout ce qui n a pas la norme Euro 5 (ou Euro 6 à venir) , visible sur le parre brise, je vous garantis que vite fait le parc de voiture se renouvellerait ! C est la solution qu ont choisi d autres pays de l UE.
Réponse de le 20/12/2014 à 17:40 :
Le problème est uniquement dû aux anciennes voitures Diesel, ainsi qu'aux camions et bus sans FAP. Et là, la seule solution réaliste passerait par le renouvellement du parc, avec des aides pour y aider.
Réponse de le 20/12/2014 à 17:45 :
après il ne faut pas oublier non plus les différences de consommation entre les deux types de véhicule, et les agréments de conduite. Quand on roule beaucoup avoir un moteur mou... c'est pénible...
Réponse de le 20/12/2014 à 18:19 :
Vu la vitesse à laquelle évoluent les normes, on voit que vous avez les moyens de changer de véhicule. Ne prenez pas votre cas pour une généralité et respectez un peu les "pauvres".
Réponse de le 20/12/2014 à 22:25 :
Le gazole, c'est aussi le fuel (à un colorant ajouté près pour les taxes réduites (fuel)), ça sert pour le chauffage ou les véhicules.
A voir si les quantités d'essence et gazole (voire aussi kérosène) sont liés à la qualité du pétrole (léger ou lourd) ou des installation de transformation des raffineries.
Certains prédisent le raffinage localement, près de la production et non plus un peu partout. Le(s) carburant(s) sera exporté prêt à utiliser.
a écrit le 20/12/2014 à 17:07 :
Il faut rappeler que le diesel est subventionné par L Etat (Criminel),et ce monsieur TAVARES ira bien renifler l air polluée dans nos grandes villes par son fameux diesel a particules!
Réponse de le 20/12/2014 à 17:23 :
Lisez les niveaux édictes par les normes euro, notamment l'euro 6,1, les essences sont autorisés à rejeter 10 fois plus de particules.
a écrit le 20/12/2014 à 16:49 :
Au sujet du diesel ce monsieur nous sert la même soupe que l'ancien PDG de Peugeot M. Calvet qui jurait alors que le diesel était plus propre que propre...on sait maintenant où était la vérité.
Réponse de le 20/12/2014 à 17:03 :
Bonjour, vous ne cessez de commenter les sujet liés à l'auto et au diesel et vous semblez à la fois inculte sur le sujet et bien peu objectif. Il n'y a pas UN moteur diesel et il n'y a pas UN moteur essence. Entre d'un diesel a préchambres injecté a 130 bars et un injection directe 2000 bars il y a des différences, entre un essence a carburateur, injection multipoint indirecte ou directe haute pression il y a des différences. Le diesel sans aucun système de dépollution est moins toxique que l'essence voila pourquoi on a longtemps dit que le diesel était propre ensuite est apparu le catalyseur 3 voies et l'injection multipoint sur l'essence qui a fait faire a ce moteur un bond en avant énorme, il se trouve qu'entre temps le diesel lui aussi a fait des progres, avec plus de technologies certes, mais désormais ce dernier est lui aussi propre, sauf qu'en plus de cela il consomme beaucoup moins. Alors maintenant ce qu'il se passe c'est qu'on greffe sur les essence des technos de diesel pour les faire moins consommer, comme de l'injection directe et on se retrouve a tomber dans le même cas de figure que des diesels à faire des combustions non homogènes donc avec comme pendant des Nox et des Particules. C'est la raison pour laquelle les normes des essence sont plus laxistes sur les particules que celle des diesels, et non pas l'inverse, c'est la raison pour laquelle vous aurez des FAP sur les essences bientôt, accompagné peu de temps après de vanne EGR voire d'injection d'air à l'échappement pour amorcer les catalyseurs. J'espère que vous aurez appris quelque chose et que vous vous intéresserez un peu plus à la situation réelle des choses plutôt que nous barber avec vos poncifs.
Réponse de le 20/12/2014 à 23:12 :
Calvet était un banquier fonctionnaire, promu par un passage dans les cabinets gouvernementaux. Il ne connaissait rien a l'automobile.
Tavares est un ingénieur passionné, rien à voir.
Réponse de le 21/12/2014 à 10:49 :
Ce que je veux dire c'est que M. Calvet affirmait que les véhicules diesel ne polluaient pas, maintenant on vient nous dire exactement le contraire : Les véhicules de cette époque polluaient à tout va....mais promis juré les nouveaux ne polluent plus. Tout le monde sait, sauf les incultes, que rien n'arrête les micro particules et d'autres polluant beaucoup plus nocifs. Mais bon il existe un lobby du diesel très puissant. Rendez vous dans 20 ans lorsqu'on nous répétera la même chose !
Réponse de le 21/12/2014 à 11:05 :
Si vous regardez un peu en arrière, c'est a ce demander si le dernier patron qui connaissait les moteurs n'était pas un Peugeot …. Tavares n'a rien a voir, il connait tous les rouages d'un constructeurs auto, vente, prod, R&D etc …
a écrit le 20/12/2014 à 16:15 :
Quand je pense que m Piech en est encore à venir sur les salons mesurer l'ajustement des pièces de tôles sur les voitures concurrentes et continue de produire les moteurs fétiches de sa marque ...allemande Audi en Hongrie, comment voulez-vous qu'ils en vendent ??? Non mais quoi ...!!!!
Réponse de le 20/12/2014 à 16:33 :
Ce qui est juste, c'est que Tavares a été l'exécutant des constructions d'usines Renault au Maroc, en Turquie, en Roumanie, en Slovénie, en Corée et l'instigateur de l'usine d'Algérie qui font de Renault un importateur massif en
pour le reste, ce commentaire est hors sujet, de surcroît mensonger puisque Piech VW Audi Porsche viennent de construire de nouvelles usines neuves en Allemagne pour augmenter leurs volumes de production en allemagne,
ce qui contratste avec les fermetures d'usines Renault et PSA en France.
Réponse de le 20/12/2014 à 17:21 :
@Monsieur Piech S'ajoutant aux pannes de fiabilité depuis si longtemps, ils n'ont pas la vie facile ces allemands, en même temps fallait faire de la RD au lieu de racheter des journaux automobiles pour dire grand bien de soi !!!
Réponse de le 20/12/2014 à 17:42 :
Exact, et ils en vendent tellement qu'ils sont toujours la première marque européenne en expansion constante!
a écrit le 20/12/2014 à 14:11 :
Ce n´est pas un problème de type de carburant mais un problème de taxation.
Si le Diesel etait taxé au même taux que l essence, il serait nettement plus cher et les gens rouleraient plus à l essence comme c´est le cas aux USA.
D autant plus qu une voiture diesel coûte au moins 2 000 de plus que la même version à essence.
Nous avons le résultat amusant que les rafineries US ont des surplus de diesel invendus alors qu en Europe c´est l inverse et les bateaux citernes font des va et viens sur l altantique pour rétablir l´équilibre !!!
Une taxe ou vignette basée sur le niveau de pollution avec les zones restreintes urbaine ou carrément interdites à tout ce qui n a pas la norme Euro 5 (ou Euro 6 à venir) , visible sur le parre brise, je vous garantis que vite fait le parc de voiture se renouvellerait ! C est la solution qu ont choisi d autres pays de l UE.
a écrit le 20/12/2014 à 13:34 :
Quand un constructeur parle de rénovation du parc, il comprend casse, et nouvelle voiture... Quand on parle du même sujet aux consommacteurs, ils comprendraient plutôt re-motorisation.
Si le vrai problème a traiter est la pollution, alors pourquoi ne pas proposer des nouvelles versions de moteurs sur d'anciens véhicules ? Nombres de français (et d'autres) n'ont pas le budget, ou même l'envie de remplacer leur véhicules, mais seraient plus aptes a faire une "mise a jour" du moteur pour bénéficier des équipements moins polluants (et gourmands...)...
Pas vraiment de l'intérêt financier des constructeurs, mais cela résoudrait le problème collectif...
Réponse de le 20/12/2014 à 16:09 :
C'est impossible, techniquement et économiquement c'est un non sens.
Réponse de le 21/12/2014 à 11:02 :
C'est au contraire tout a fait faisable techniquement, avec un cout variable selon la nature du véhicule... vous le sauriez si vous oeuvriez dans ce métier ;-)
Le non sens économique que vous avancez est lié au fait que les constructeurs vendent des caisses entières, et n'ont aucun intérêt a ne plus en vendre... Ce serait un autre métier, focalisé sur le vrai intérêt du consommateur, qui n'est en fait qu'un pigeon...
a écrit le 20/12/2014 à 12:41 :
Un grand CARLOS, le number 2, après CARLOS 1 er.. Nous avons la chance d'avoir dans ce pays, de vrais professionnels de l'automobile et non pas des propriétaires de journaux automobiles.. Un vrai bonheur qui nous régale de petites françaises si impertinentes, à des années lumières de l'austérité teutonne, quel talent, messieurs...!!!
Réponse de le 20/12/2014 à 22:00 :
il ne faut quand même pas exagérer, on a foutu en l'air l'esprit et la technologie Citroën ( il n'y a plus que la c5 qui possède sur les plus gros moteurs l'hydractive... ).

DS, ce n'est que du design et le nom de la marque n'a plus rien à voir avec sa glorieuse ancêtre....

Quant à Peugeot, tous les modèles se ressemblent et la marque ne possède aucun haut de gamme.....
L'austérité Teutonne ? On voit que vous n'avez jamais conduit de vraies et bonnes voitures allemandes! Je possède pour ma part une C6 ( qui est encore le dernier témoin de ce que la France sait faire de mieux, mais les amateurs de " petites françaises impertinentes " n'en ont pas voulu ( entre parenthèses, qu'appelez-vous des petites françaises impertinentes ? 207 ? bof, Renault Clio ? bof, DS 3 ? bof....

Une marque ne construit pas sa réputation sur des petites françaises impertinentes, à quand un vrai haut de gamme français avec un moteur puissant, une tenue de route imperturbable ( une SM, une DS, une CX ou alors une 504 coupé, une Renault 25 ou une Renault Espace : ah si, la nouvelle arrive bientôt ? ).

Même si j'aime les françaises et particulièrement les Citroën, on ne peut pas dire qu'on soit armés pour assurer la pérennité de notre industrie automobile française avec " des petites impertinentes ".......
a écrit le 20/12/2014 à 12:30 :
je crois intuitivement, après avoir observé depuis plus de 30 ans l'évolution de PSA, que la venue de Carlos Tavarez (qui n'est certes pas un homme providentiel, ni la perfection incarnée) est un grand bien pour PSA pour la raison suivante : c'est un passionné d'automobile qui a de plus l'expérience du management, de la technique et d'un autre groupe. Les grandes aventures automobiles sont toujours venues de groupes pilotés par des passionnés à la tête bien faite.
Réponse de le 20/12/2014 à 16:08 :
Je suis salarié du groupe, j'ai exactement le meme sentiment.
a écrit le 20/12/2014 à 11:36 :
Encore une guerre de retard ? C'est bien d'enrichir et d'ennoblir la tâche du comité directeur d'usine, mais c'est peut-être mieux d'arrêter d'expliquer aux ouvriers qu'ils coûtent trop cher. Les ouvriers ne coûtent pas trop cher dans des pays d'Europe qui ne se désindustrialisent pas, bien au contraire : Suisse, Suède, et, bien sûr, Allemagne. Mr Tavares, auriez vous encore la vieille mentalité de l'industrie française?
a écrit le 20/12/2014 à 11:24 :
Moi aussi je crois au génie français. Mais je crois aussi que le tout-diésel tels que PSA et Renault l'ont quasiment imposé un temps à leurs clients, était une belle bourde. Avec comme résultat un problème de santé publique. Je ne dirais qu'un mot : "bravo!"
Réponse de le 20/12/2014 à 17:16 :
Que pensez vous du benzène 100 % cancérigène contenue dans l'essence qui nous empoisonne à chaque plein nous + environnement. bien plus grave que le gazoil.
regarder la définition du benzène sur internet.. la seul source valable c'est l hydrogène.
a écrit le 20/12/2014 à 11:15 :
A Paris , c'est tout vu ... Plus de voitures !!
a écrit le 20/12/2014 à 11:15 :
Le baratin de tavares ne peut pas faire oublier qu'il a été l'artisan es qualité de subalterne de Schweitzer t Ghosn qui ont tout tiré vers le bas avec l'erreur Dacia qui a entrainé Renault vers les plus mauvais résultats, des pertes récurrentes, et vers les retards technologiques.
Bref, Tavares ne peut être convainquant si ce n'est pour les amateurs de baratins exprimés par de mauvai comédien.
Réponse de le 20/12/2014 à 12:04 :
Je ne suis pas du genre à être séduit par les discours pompeux des commerciaux ou des pdg qui souhaitent mettre en avant leur boite. Mais vous indq
Réponse de le 20/12/2014 à 12:35 :
A qui le dites vous, ça fait longtemps que celui là ne me tire plus vers le bas, malin je suis...!!!
a écrit le 20/12/2014 à 11:09 :
Les nouveaux PureTech 110 et 130 sont des merveilles de couple pour des moteurs essence, ils procurent autant de plaisir dans ce domaine qu'un moteur diésel, c'est une solution à privilégier pour les petits rouleurs <15000 km/an, ou pour ceux qui sont allergiques au diésel, mais les Blue-Hdi en ont remis une couche de plaisir et s'imposent dès qu'on fait plus de 15000 km/an. Avec la norme Euro6 les diésels sont d'ailleurs moins polluants que les essences, mais les écologistes jouent la mauvaise réputation des anciens diésels (antérieurs à la norme Euro5), qui sont de moins en moins nombreux et vont disparaitre progressivement. Il faut en finir avec cette idéologie dangereuse de l'anti-diésel à tout crin, car le diésel est un produit du cracking qui est incompressible, et si on interdit sa commercialisation en Europe, le prix des carburants va exploser car la production d'essence sera toujours limitée à cause des capacités des raffineries à produire ce type de carburant, et alors que fera-t-on du gasoil? (qui n'est rien d'autre que du fioul), il sera brulé dans les centrales thermiques d'Allemagne, pour leur plus grand profit et à notre détriment.
Réponse de le 20/12/2014 à 11:25 :
n'importe quoi. Le diesel poluent un max. Comment vous voulez que le diesel meme avec son filtre à la noise de la dernière technologie peut comparer aux filtres des raffineries!!! Le jour ou vous faites soigné votre cancer des poumons des reins du pancréas du système digestif ... je vous souhaite bien des choses meme plus ^_^
Réponse de le 20/12/2014 à 12:03 :
Vos normes ne veulent rien dire. Le diesel, par sa composition chimique rejettera quoi qu'il en soit des nano particules hautement dangeureuses pour la santé publique. Bien plus que le CO2. Vous ne devez également pas savoir qu'il faut près de 2 fois plus de pétrole brul pour faire 1 litre de Diesel par rapport à 1 litre d'essence. Bref le diésel reste une hérésie et il est grand temps d'y mettre fin. Il y a d'ailleurs bien qu'en Europe et surtout en France, que ce carburant est populaire. Et je ne parle même pas des problème de fiabilité sur les moteurs diésel (plus fragile que les essences) et de l'encrassement des FAP pour tous ceux qui ne roulent quasiment qu'en ville. Bref même financièrement l'automobliste ne s'y retrouve quasiment jamais.
Réponse de le 20/12/2014 à 22:26 :
Ce n'est pas la composition chimique d'un carburant qui mène a faire des particules mais le fait qu'il soit brûlé en mélange non homogène.. cas du diesel .... et des essence injection directe ...
Réponse de le 21/12/2014 à 15:56 :
@Et non ! : tous les carburants brulés en mélange non homogène ne produisent pas en masse des nano particules. Donc la composition chimique a bien entendu son importance.
Réponse de le 21/12/2014 à 17:09 :
L'essence lorsqu'elle n'est plus correctement vaporisée comme elle l'était sur les injection indirectes fait des suies également. C'est pour ca que l'escalade vers des pression de plus en plus élevées est en train d'arriver comme ca a été le cas pour les diesels, la on est déjà dans les 200 voire 300 bars ... Fini les quelques bars dans un rail d'injection indirecte, finie la soit disant "simplicité" des essences.
a écrit le 20/12/2014 à 10:15 :
Mr Tavares montre une parfaite connaissance de sa nouvelle entreprise et de l'environnement dans son domaine activité, son analyse est extrêmement fine, sa stratégie et son pragmatisme sont très rassurant pour l'avenir son entreprise, bravo !
Ce serait extraordinaire et formidable que nos politiques aient la même approche et la même détermination pour ce qui concerne notre pays.
Réponse de le 20/12/2014 à 17:37 :
Il faut rappeler que, malgré le bourrage de crânes actuel, le diesel récent, ( norme Euro5 ou bientôt Euro6) rejette moins de particules que les moteurs à essence, et de plus beaucoup moins de CO2.
a écrit le 20/12/2014 à 9:38 :
"Notre proposition est de travailler sérieusement à établir une définition de ce qu'est un véhicule propre, plutôt que de choisir de privilégier tel ou tel carburant.". Il a entièrement raison sur cette démarche. Pendant des années, les gouvernements ont favorisé le diesel pour des raisons stratégiques/lobbyistes/commerciales. Maintenant, le gouvernement veut privilégier les voitures hybrides et essences. Sauf qu'il faudrait arrêter de nous prendre pour des moutons et penser avant tout à l'environnement. Mais pour cela, il faut changer de logiciel. Et cela n'est malheureusement pas gagné. Pis, ce n'est même pas envisagé. Bref, on ne s'en va pas du bon côté !
a écrit le 20/12/2014 à 9:19 :
"Les handicaps de nos usines en France, sont essentiellement dus à une conception ancienne qui n'est plus adaptée aux processus actuels de fabrication des automobiles et empêchent de produire de la qualité à coût viable."

Cela signifie-t-il que PSA a favorisé les actionnaires aux dépens de la modernisation de l'outil de travail ?
Réponse de le 20/12/2014 à 10:18 :
Cela signifie que PSA a du payer ses impôts, ses taxes, géré la montagne de contraintes administratives, courir après une rentabilité que l'état, années après années, ne fait que rendre de plus en plus difficile à atteindre.
Quand au plus grand pollueur en France c'est l'état !
En appauvrissant les particuliers et les entreprises, ils les empêchent de se moderniser. Regarde l'état du parc automobile Français. Regarde l'état des camionnettes et camions de livraison en Ille de France... Regarde la technologie utilisée pour les maisons neuves ou seule le prix bas compte et donc une performance énergétique lamentable... Va te promener dans les lotissements neufs...
Alors oui, quand la profitabilité est la clef de ton avenir, tu dois tout faire pour la préserver et PSA a du à un moment moins investir dans ses sites pour tenter de la préserver...
Le problème de PSA c'est l'état, le politique et les syndicats qui ne savent, à l'image de nos politiques, que vendre des idées qui partout où elles ont été mises en application sur la planète échouer. Et voir qu'à son sommet PSA se retrouve avec un représentant de l'état et des syndicats est dramatique. Ceux qui sont à l'origine d'une très grande partie de nos problèmes ne peuvent pas être ceux qui vont les résoudre...
Réponse de le 20/12/2014 à 10:39 :
" PSA a favorisé les actionnaires aux dépens de la modernisation de l'outil de travail ? "
pas du tout, c'est l'inverse.
Contrairement à renault, PSA n'a pas écouté ses actionnaires et à persisté à vouloir produire en france au risque de connaitre de graves difficultés( ce qui est arrivé).
Réponse de le 20/12/2014 à 15:40 :
Non !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :