La pénurie de semi-conducteurs pèse de plus en plus sur l'automobile

Plusieurs usines françaises ont commencé à suspendre leur production, faute de semi-conducteurs. D'après la CFDT, cette pénurie se propage à l'ensemble des pièces nécessaires à la fabrication d'une voiture. Les constructeurs, eux, prétendent avoir la situation sous contrôle en pilotant la production au quotidien. En réalité, ils disposent d'assez peu de visibilité...
Nabil Bourassi

3 mn

(Crédits : Andreas Gebert)

Après Mulhouse et Sochaux, c'est au tour de Rennes-La Janais d'être frappé par la crise des semi-conducteurs. La CFDT a annoncé ce matin que l'usine bretonne de Stellantis (du nom du nouveau groupe issu de la fusion de FCA et PSA) est confrontée à des arrêts de production depuis jeudi dernier.

"Les salariés n'ont aucune visibilité, chaque jour, ils doivent appeler un numéro vert qui leur indique s'ils travaillent ou pas", explique Christine Virassamy, déléguée syndicale centrale CFDT du groupe.

"La direction n'a pas été en mesure de nous indiquer les mesures mises en œuvre et les leviers disponibles pour réduire l'impact de cette crise", regrette la déléguée syndicale qui s'inquiète de la propagation de cette crise.

"Jusqu'ici, c'était surtout les boîtiers BSI et boitiers airbags qui étaient touchés par cette crise, mais, désormais, nous manquons également de boîtes électroniques pour les moteurs, mais aussi pour les systèmes de lève-vitre", indique Christine Virassamy.

Une facture potentiellement élevée

Cette crise peut coûter très cher. A Rennes-La Janais, une journée sans production c'est près de 400 voitures en moins. La facture peut rapidement monter... D'autant que ce site fabrique des Citroën C5 Aircross et des Peugeot 5008, soit parmi les modèles les plus rémunérateurs des deux marques françaises.

 L'usine de Mulhouse de Stellantis, l'une des plus grosses usines de France avec plus de 400.000 voitures produites par an, a arrêté ses lignes à plusieurs reprises depuis le début de l'année. L'usine de Sochaux également. "Nous pilotons notre production en fonction des arrivages de pièces et de nos commandes", explique, de son côté, un porte-parole du groupe franco-italien. Selon lui, le "pilotage" de cette crise est plus facile au moment où le marché a perdu 25% de ses volumes que si elle était survenue en 2019.

Chez Renault, on estime que la crise pourrait coûter 100.000 voitures sur l'année. Le groupe automobile se dit en capacité de rattraper son retard au second semestre.

Peu de visibilités sur l'avenir

D'après les constructeurs français, cette crise pourrait atteindre son point culminant au deuxième trimestre mais sans pouvoir encore l'évaluer très précisément. Car en réalité, les projections sont assez peu précises. IHS Market, qui fait autorité sur le marché automobile, table sur un manque-à-gagner de 700.000 voitures au niveau mondial. Soit un chiffre relativement faible au regard d'un marché de près 90 millions de voitures par an. De son côté, Bloomberg a calculé que la crise des semi-conducteurs pourrait coûter 60 milliards de dollars à l'ensemble de la filière cette année.

Lors de la présentation des résultats financiers de PSA, Carlos Tavares, PDG de Stellantis, avait déploré une crise qui n'avait pas été anticipée par les fournisseurs de rang 1. "Tout le monde a découvert l'ampleur de la crise au dernier moment", nous confesse le porte-parole de Stellantis. De fait, tous les sites du groupe sont touchés par cette crise.

Le goulet d'étranglement de la reprise

Les constructeurs automobiles sont victimes de leur succès. Après une année 2020 catastrophique due à la crise sanitaire (-25% en Europe), le marché a connu un sursaut de production qui a grippé la chaîne d'approvisionnement en créant des goulets d'étranglement. Si sur certaines matières premières, les tensions se sont surtout traduites par de fortes hausses des cours, sur l'acier notamment, sur les semi-conducteurs, le marché est confronté à une rupture d'approvisionnement.

L'enjeu est donc de retrouver des capacités de production à tous les niveaux de la chaîne de valeur. Ainsi, le taïwanais TSMC qui contrôle 70% du marché mondial de la fonderie de semi-conducteurs pour le secteur automobile s'est engagé à allouer davantage de capacités au secteur automobile. Mais il faut que les électroniciens soient également en mesure d'augmenter leurs capacités. Mais les 7 principaux électroniciens (qui contrôlent 90% du marché) estiment qu'il faut un an, voire un an et demi, pour construire les machines nécessaires. La crise des semi-conducteurs ne fait que commencer...

Nabil Bourassi

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 16/03/2021 à 21:54
Signaler
Vu le nombre d'usine en france qui germent et le peu qui reste, doit pas y avoir beaucoup de voiture qui ont arrête d'être fabrique...

à écrit le 16/03/2021 à 13:28
Signaler
...dans ma 2cv, ya pas d'électronique, tout au plus un condensateur sur le circuit d'allumage. 40 ans de bons et loyaux services "à pas cher".(En France exclusivement et largement de quoi se faire plaisir)

le 16/03/2021 à 21:56
Signaler
Oui mais les nouvelles sont oblige d'avoir une carte sim intégré pourbappeler les secours en cas d'accident. Du coup faut un processeur que seul 2 entreprises fabriquent dans le monde...

à écrit le 16/03/2021 à 11:20
Signaler
Pas grave ,on a l'usine Xfab à Corbeil que Castex a visité lors de son premier déplacement l'année dernière, seul problème ,ils sont toujours en chômage partiel depuis un an , la boite devrait reprendre normalement en avril.

le 16/03/2021 à 22:00
Signaler
Peut de chance qu'ils rouvrent en avril. Pourquoi ouvrir si on sait pas ce que le gouvernement décidera le mercredi suivant? Comment engager des salariés dans larem au pouvoir? En avril on nous reconfinera ou pas donc les entreprises embaucheront pas...

à écrit le 16/03/2021 à 9:01
Signaler
Comment peut-on fiabiliser un système sur une concentration aussi radicale de la production de ces bidules, au boulot l'UE..

le 16/03/2021 à 22:02
Signaler
L'Europe a pas été faite pour les citoyens mais pour les spéculateurs financier, les gafa et les politiciens...

à écrit le 15/03/2021 à 23:59
Signaler
D'après les économistes, une entreprise aurait dû se monter pour répondre à la pénurie. Les entreprises auraient dû automatiquement trouver un moyen de compenser l'absence de semi-conducteurs. Mais bon la gestion de ressources et de matières première...

à écrit le 15/03/2021 à 21:47
Signaler
Pourquoi les industries d’automobiles ne fusionnent pas tous ensemble ( ils seront plus forts dans cette période difficile) pour trouver des stratégies pour sortir de cette impasse , en proposant par exemple des parts de participation au capital à l...

le 16/03/2021 à 22:03
Signaler
Vu les nouvelles normes antipollutions ils devraient partir dans d'autre pays que ceux d'Europe et plus vendre la moindre voiture chez nous...

à écrit le 15/03/2021 à 19:18
Signaler
Il est évident que les constructeurs automobiles européens ne seront pas prioritaires et comme on est totalement largué se ce côté la, il vaudrait mieux construire des voitures simples, solides et qui consomment peu et pas cher afin de prendre de con...

le 15/03/2021 à 20:40
Signaler
Oui reprenons la construction des bonnes veilles 2CV et 4L, plus besoin de semi-conducteurs.

le 16/03/2021 à 8:22
Signaler
Et bien écoute puisque tu aimes faire tant la queue que ça gros, met toi derrière la file et attend, tu ne seras pas prioritaire gros en tant que bon vieil européen, ceux qui feront le futur ont autre chose à faire qu'à penser aux poids morts. Tu n'e...

le 16/03/2021 à 10:29
Signaler
@ multipseudos: SI j'ai pas répondu à la provocation des 4l ou des r5 c'est parce que c'était trop bête. Le niveau de bulot que vous avez c'est vraiment grave hein... -_- Tu t'enfonces là... Signalé.

le 16/03/2021 à 18:08
Signaler
@ réponse de Teddy Sur le principe, c'est évident qu'il faut revenir à la simplicité des véhicules, à la maîtrise de la puissance, sans sacrifier le confort, ni la sécurité. Mais il y aura toujours une clique qui en voudra une plus grosse que l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.