Le rachat d'Opel par PSA a été finalisé plus tôt que prévu

Alors que le groupe automobile prévoyait une finalisation de l'opération à l'automne, le rachat a finalement été conclu ce 1er août, après l'aval des autorités européennes. PSA devient ainsi le deuxième groupe automobile européen avec 17% de parts de marché.
Opel devient la quatrième marque du groupe PSA avec Peugeot, Citroën et DS.
Opel devient la quatrième marque du groupe PSA avec Peugeot, Citroën et DS. (Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)

Le constructeur automobile français PSA a annoncé mardi avoir conclu le rachat d'Opel et Vauxhall, filiales européennes de l'américain General Motors, achevant plus tôt que prévu une opération qui fait naître le deuxième acteur européen du secteur. PSA supplantant à cette occasion Renault à qui il disputait la deuxième place depuis plusieurs années.

"Le Groupe PSA annonce aujourd'hui la finalisation - closing - du rachat des filiales Opel et Vauxhall de GM, dont le projet avait été signé le 6 mars dernier", a annoncé le groupe français dans un communiqué.

Bruxelles a donné son aval

PSA avait alors annoncé un accord avec GM, afin d'acquérir pour 1,3 milliard d'euros sa filiale automobile européenne déficitaire, la marque Vauxhall développant les modèles Opel au Royaume-Uni.

La Commission européenne avait levé début juillet le dernier obstacle réglementaire à cette opération, lui donnant son feu vert sans condition, mais PSA tablait, sans s'avancer davantage, sur une conclusion avant la fin de l'année.

Dans son communiqué, PSA a, à ce titre, salué mardi "la forte mobilisation des équipes engagées sur cette opération".

Du côté de Bruxelles, le feu vert avait, là aussi, été très rapide, la Commission européenne décidant en à peine plus d'un mois que l'opération ne posait aucun problème de concurrence.

Deuxième constructeur européen

Avec l'acquisition d'Opel-Vauxhall, PSA, qui détiendra maintenant cinq marques dont Peugeot, Citroën et DS, se revendique deuxième constructeur européen avec 17% de part de marché, derrière l'allemand Volkswagen.

Mais le français, qui table sur 1,7 milliard d'euros de synergies, va devoir redresser les comptes de l'ex-filiale de GM, qui a perdu 15 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros) depuis seize ans, avec encore 257 millions de dollars sur la seule année dernière.

"Michael Lohscheller, CEO d'Opel/Vauxhall présentera dans 100 jours le plan stratégique, construit par les équipes d'Opel/Vauxhall, avec le soutien du Groupe PSA", peut-on lire dans le communiqué de PSA.

Outre le rachat d'Opel-Vauxhall, l'accord de mars prévoit que PSA reprendra conjointement avec la banque française BNP Paribas la filiale financière de GM Europe pour 900 millions d'euros. Le constructeur français a précisé mardi que ce volet restait soumis à l'approbation des régulateurs et devrait être réalisé lors du second semestre.

(Avec AFP)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 02/08/2017 à 23:12
Signaler
Dommage, Peugeot ne récupère pas la filiale coréenne Daewoo devenue Chevrolet avec d'excellents véhicules fiables et bien finis. Reste que Opel a récupéré les meilleurs moteurs gpl du marché qui pourraient bien équiper les petites Peugeot et Citroen...

à écrit le 01/08/2017 à 19:51
Signaler
Le plus facile est fait, le plus dur reste à venir...

à écrit le 01/08/2017 à 14:53
Signaler
On espère juste que la faillite de cette fusion dont la stratégie laisse tout le monde perplexe ne sera pas, elle aussi, en avance !

à écrit le 01/08/2017 à 12:52
Signaler
Pas 5 marques mais 6 : Peugeot Citroën DS Opel Vauxhall et Ambassador

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.