Brexit : le Royaume-Uni promet à Nissan un accès libre au marché unique

Le constructeur japonais Nissan a décidé de produire le nouveau modèle de son 4X4 Qashqai à Sunderland (nord-est de l'Angleterre), après que le gouvernement britannique s'est engagé à chercher à conserver un accès libre au marché unique européen, a indiqué dimanche le ministre aux Entreprises.
L'usine Nissan de Sunderland, dans le nord de l'Angleterre, la plus importante du pays, fabrique quelque 500.000 véhicules par an et emploie 7.000 ouvriers, techniciens et ingénieurs, sans oublier 28.000 emplois côté fournisseurs et sous-traitants.
L'usine Nissan de Sunderland, dans le nord de l'Angleterre, la plus importante du pays, fabrique quelque 500.000 véhicules par an et emploie 7.000 ouvriers, techniciens et ingénieurs, sans oublier 28.000 emplois côté fournisseurs et sous-traitants. (Crédits : Reuters)

Dimanche, le ministre britannique aux Entreprises, Greg Clark, a déclaré à Nissan que le Royaume-Uni négocierait avec l'Union européenne une franchise de droits de douane pour son industrie automobile après le Brexit.

Cette déclaration fait suite à celle, jeudi dernier, de Nissan qui avait annoncé qu'il souhaitait fabriquer sa nouvelle génération de Qashqai et d'X-Trail au Royaume-Uni, ajoutant avoir reçu des assurances du gouvernement britannique, mais sans indiquer lesquelles.

Garanties anti-"Hard Brexit"

Fin septembre, son PDG Carlos Ghosn avait demandé aux autorités britanniques des "compensations" face à d'éventuelles nouvelles barrières douanières, alors que Londres semble s'engager sur la voie d'un Brexit "dur", avec un contrôle strict de l'immigration synonyme d'accès restreint au marché unique. Puis, mi-octobre, Carlos Ghosn avait rencontré Theresa May, qui l'avait rassuré.

Dimanche, Greg Clark précisait à la BBC:

"J'ai dit que notre objectif serait de veiller à conserver un accès aux marchés européens -- et vice versa -- sans barrières douanières ni entraves d'ordre bureaucratique."

La relance industrielle de Theresa May est en jeu

En donnant de telles garanties au constructeur automobile, le gouvernement britannique souhaite que Nissan augmente ses investissements en Grande-Bretagne et sécurise les milliers d'emplois qui en dépendent. L'usine Nissan de Sunderland (au nord de l'Angleterre), la plus grande du pays, emploie en effet 7.000 ouvriers, techniciens et ingénieurs. Sans oublier quelque 28.000 emplois chez les sous-traitants et fournisseurs du secteur. Elle fabrique quelque 500.000 véhicules par an (près d'un tiers des 1,6 millions de véhicules construits au Royaume-Uni) et exporte 55% de sa production vers l'Europe.

L'avenir de la filière automobile est cardinale dans le projet politique de Theresa May, qui, le 2 août à Londres, avait annoncé vouloir relancer une politique industrielle enterrée il y a trente ans par Margaret Thatcher. Avec la totale approbation des patrons de l'industrie britannique qui taclaient au passage l'ex-Premier ministre David Cameron.

Pas de compensation financière mais un accord spécial

Greg Clark a également indiqué qu'il n'était pas question de verser de somme d'argent s'agissant de l'accord avec Nissan en termes de compensations. Greg Clark a insisté, dans le cadre des assurances données à Nissan, sur le maintien dans l'union douanière de l'UE, ou la négociation d'un accord de libre-échange spécial pour l'industrie, en raison d'intérêts mutuels bien compris de part et d'autre de la Manche :

"En matière automobile, les pays d'Europe continentale exportent énormément chez nous, et nous exportons énormément chez eux (...). Si nous menons les négociations de manière sérieuse, constructive et civilisée, alors nous pouvons tomber d'accord sur beaucoup de points", a souligné le ministre.

(Avec AFP et Reuters)

>Lire aussi : Brexit: aéronautique et labos veulent les mêmes garanties que Nissan

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 60
à écrit le 03/11/2016 à 15:24
Signaler
la bonne nouvelle ou la mauvaise c'est selon, avant d'enclancher l'article 50 devra obligatoirement demander l'avis du parlement, ce qui s'était fait lors de l' adhesion, donc la course d'obstacle ne fait que commencer , mise en minorité (ce n'est...

à écrit le 02/11/2016 à 13:45
Signaler
Lire ""perfectionnement passif"parmi les exemples des régimes douaniers .

à écrit le 02/11/2016 à 13:34
Signaler
L'union douanière est un système cohérent qui permet la libre circulation des produits d'origine tierce après dédouanement dans tous les États membres .Elle repose sur un tarif commun avec des droits de douane ou anti dumping reversés en grande parti...

à écrit le 01/11/2016 à 17:49
Signaler
Je suis étonné de la confiance que Carlos Ghosn accorde à ces politiciens qui n'ont pas hésité à mentir à leur peuple. Je suis aussi surpris par le pari qu'il fait d'un Brexit avec un libre accès au marché européen. L'avenir nous dira si son pari e...

à écrit le 01/11/2016 à 11:13
Signaler
De toute évidence, à lire certains commentaires, il y en a qui n'ont toujours pas compris le film : la GB est en position de force pour négocier avec Bruxelles et pour cause, c'est l'UE qui exporte le plus au RU. Une fois qu'on sait cela et tant que ...

le 01/11/2016 à 13:34
Signaler
Argument sur-utilisé. Que représente le marché European pour les exportateurs britanniques et vice-versa pour les exportateurs européens? Je n'ai pas les chiffres mais étant donné le différentiel de taille entre les deux marches je serai très surpris...

le 01/11/2016 à 13:59
Signaler
Ce qui compte, ce n'est pas l'équilibre ou le déséquilibre absolu des échanges GB-UE, mais la part de la GB dans le total des export de l'UE contre la part de l'UE dans le total des exports britanniques. Sous cet angle, le rapport de forces est beauc...

le 01/11/2016 à 14:02
Signaler
Ce qui compte, ce n'est pas l'équilibre ou le déséquilibre absolu des échanges GB-UE, mais la part de la GB dans le total des export de l'UE contre la part de l'UE dans le total des exports britanniques. Sous cet angle, le rapport de forces est beauc...

à écrit le 01/11/2016 à 10:24
Signaler
Elle est gonflée l'anglaise, de garantir l'accès à l'UE quand on en sort. Le seul moyen est de transférer l'usine en France.

le 01/11/2016 à 11:25
Signaler
il est gonflé le consommateur français qui fait tourner les exportations chinoises tout azimut. à choisir plutot acheter des produits britanniques que chinois!!!

à écrit le 01/11/2016 à 9:55
Signaler
Il n'y a pas à faire la moindre concession aux anglais. Ils ne sont pas en droit de critiquer aujourd'hui cette structure européenne qu'ils ont contribué à construire durant 45 ans. Libre accès économique = libre circulation/contribution financière. ...

à écrit le 01/11/2016 à 9:18
Signaler
quitter L'Ue, le mariage légal pour se retrouver dans le marché unique, (obligatoire pour le marché financier) un peu modifié car pour un des membre actuel la Norvège c'est déja non) le concubinage, qui sera aussi onéreux mais qui n'apporta plus au...

à écrit le 01/11/2016 à 2:01
Signaler
la Reine peut commencer à vendre ses bijoux, parce que si Mr Ghosn a du levier c'est rien à côté du poids économique de la City, va falloir compenser, compenser et encore compenser.

à écrit le 01/11/2016 à 1:54
Signaler
ce n'est pas la version que j ai lu dans le Guardian...il parle de compensations énormes pas directement dans la poche de Nissan, mais par le biais de financement divers, tel que la formation pro, des infrastructures etc...a ce rythme leur contributi...

à écrit le 31/10/2016 à 17:50
Signaler
Ghosn , comme beaucoup d' autres ne va pas atteler la charrue avant les bœufs et attendre les négociations . May vend la peau de l' ours, non-non elle enfume ses citoyens , à savoir Jaguar et Rover réclament eux aussi. Bref elle fait du Hollande .

le 01/11/2016 à 10:07
Signaler
Jaguar et Land Rover appartiennent aux Indiens de Tata. Ce ne sont pas plus des entreprises britanniques que Nissan. Si les conditions d'exportation deviennent trop défavorables ils iront produire ailleurs. Idem pour Mini (BMW) d'ailleurs.

à écrit le 31/10/2016 à 16:49
Signaler
Non, non, si les anglais quitte l'union européenne, ils n'est pas question qu'ils soit dispense de payer la taxe pour avoir accès au marcher unique europenne.... Soit s'est avec nous ou avec le reste du monde, mais il n'y a pas de place intermédiaire...

à écrit le 31/10/2016 à 16:47
Signaler
Carlos Ghosn exige de la Grande Bretagne et met à genoux le gouvernement Français depuis 15 ans mais en Russie Avtovaz engendre une perte abyssale de plus 1,8 milliard d'euros, ou Carlos Ghosn se fait petit minuscule et avale toutes les couleuv...

le 31/10/2016 à 20:57
Signaler
Il faut ajouter les pertes énormes de Mitsubishi plus 2 milliards euro aux pertes de Avtovaz, 1,8 milliard total des pertes qui vont impacter Renault : plus de 3,8 milliards d'euro !!! pour ceux qui aiment perdre de l'argent en bourse, ils sero...

le 31/10/2016 à 21:01
Signaler
Il faut ajouter les pertes énormes de Mitsubishi plus 2 milliards euro aux pertes de Avtovaz, 1,8 milliard total des pertes qui vont impacter Renault : plus de 3,8 milliards d'euro !!! pour ceux qui aiment perdre de l'argent en bourse, ils sero...

le 01/11/2016 à 10:22
Signaler
Vous oubliez Dacia qui est en forme olympique, et la prise de contrôle de Mitsubishi Motors. Ce sont les difficultés économiques de la Russie dues à l'attitude de Poutine à l'international (Anschluss de la Crimée et soutien criminel et inconditionnel...

à écrit le 31/10/2016 à 16:16
Signaler
Fini Bruxelles. Ouf de soulagement. Les anglais vont enfin avoir un constructeur "anglais". Les fonctionnaires neo libéraux de Bruxelles avaient quand même réussi a détruire la totalité des constructeurs automobiles britaniques. Faut le faire ?

le 31/10/2016 à 19:48
Signaler
Les "fonctionnaires néo libéraux de Bruxelles" n'ont rien à voir avec la disparition de l'industrie automobile britannique. Cette industrie s'est auto détruite avec des modèles complètement obsolètes, des syndicat destructeurs d'emplois pour ne cite...

le 01/11/2016 à 10:36
Signaler
Nissan n'est en rien un constructeur britannique, mais d'origine japonaise, et contrôlé par le groupe français Renault. Il produit partout, notamment en Espagne et bientôt en France (les Micra à partir de 2017). Si les conditions d'exportation depui...

le 02/11/2016 à 16:53
Signaler
Les néo-libéraux de l'UE sont moins violent que ceux de l'UK. Le modèle économique britannique actuel a été forgé par Thatcher et Blair, avec une orientation nettement plus libérale que celle des partenaires européens. C'est un choix démocratique d...

à écrit le 31/10/2016 à 15:53
Signaler
Qui peut croire un instant que la GB a la possibilité de promettre un libre accès au marché de l'UE ? Soit C. Ghosn a négocié des compensations, soit il n'a pas encore pris sa décision.

le 01/11/2016 à 10:40
Signaler
Moyennnant certaines conditions (contribution au budget de l'UE, application des normes et liberté de circulation en GB des ressortissants européens) le Royaume-Uni obtiendra l'accès au marché unique. Mais ça signifie aussi l'abandon de la totalité ...

à écrit le 31/10/2016 à 14:31
Signaler
Pour ceux qui l'aurait oublié ou qui ne le savait pas: les constructeurs étrangers se sont installés en Grande-Bretagne pour contourner les quotas et bénéficier de taxes moins élevées. Ce fut un choix, mais maintenant, la roue a tourné et Ghosn va de...

le 31/10/2016 à 16:18
Signaler
T'as raison. Une preuve qu'il y a encore une vie après Bruxelles. A quand le frenchsortie ?

le 01/11/2016 à 10:42
Signaler
Le plan B existe : le transfert en Espagne des activités de Nissan au Royaume-Uni.

à écrit le 31/10/2016 à 13:54
Signaler
goshn est malin et a assure ses arrieres a titre perso pour le reste, y a aucune garantie de rien venant de l'ue; donc l'addition sera pour le uk, sauf s'il explose avant et que la facture revient a l'angleterre et a wales

à écrit le 31/10/2016 à 13:14
Signaler
Les anglais veulent les avantages et pas les inconvénients et ils les auront. May l'a déjà annoncé, ils auront la libre circulation des capitaux, des biens et des services, mais un strict contrôle de l'immigration.

le 01/11/2016 à 10:47
Signaler
Dans l'UE et n'étant pas membre de Schengen, le Rpyaume-Uni avait déjà toute latitude pour contrôler l'immigration, et ce d'autant plus facilement que sa position insulaire limite le nombre de points d'entrée 'les ports, les aéroports et le tunnel so...

à écrit le 31/10/2016 à 13:00
Signaler
agueu agueugueu ? c'est le pays qui quitte l'UE qui peut accorder l'accès libre au marché UE ? a ga quoi ? non sans rire ? il faut arrêter de fumer la moquette dans les ministères anglais !

le 31/10/2016 à 20:37
Signaler
Dans les ministères britanniques, apparemment, on n'a pas la moindre idée de la manière de démêler cette affaire sans provoquer une Berezina économique par un hard brexit. Les industriels et les financiers semblent en train de siffler la fin de la pa...

à écrit le 31/10/2016 à 11:52
Signaler
Mr GHOSN n'est vraiment pas du genre à croire aux vagues promesses d'un gouvernement et c'est un fin négociateur. Le bon moment pour lui de demander une contrepartie avant de s'engager dans un investissement qui aurait été fait brexit ou pas brexit,...

le 31/10/2016 à 20:41
Signaler
Ghosn vient effectivement d'ajouter Mitsubishi Motors à son escarcelle, quand on est face à un groupe de ce poids, on l'écoute.

à écrit le 31/10/2016 à 11:44
Signaler
Les Anglais sont d'excellents négociateurs et vont réussir le Brexit en divisant l'Europe comme toujours ce qui n'est pas très difficile.

le 31/10/2016 à 18:12
Signaler
L 'union dictatoriale est au bout du rouleau rt ce n' est plus qu' une question de mois avant d' entendre retentir l' hallali ..

le 31/10/2016 à 20:46
Signaler
@Mauricius : pour l'instant on n'entend aucune proposition cohérente venir de Londres. Les qualités de négociateurs de nos amis britanniques semblent singulièrement émoussées, ils temporisent. @Marceu58 : effectivement, on pourrait bien reparler de...

à écrit le 31/10/2016 à 11:30
Signaler
Ah comme a leur bonne vieille habitude nos amis Anglais veulent le beurre, l'argent du beurre sans compter le reste. Ils sont parti alors qu'il en assument les conséquences a tous les niveaux. Dans le cas contraire si cela devait bien se passer, et e...

le 31/10/2016 à 20:54
Signaler
On a déjà beaucoup trop cédé au Royaume-Uni : la ristourne Thatcher sur sa contribution, sa non-appartenance à l'€ (et donc à Maastricht), sa non appartenance à l'espace Schengen, les opt-out concédés à Cameron avant le référendum. On l'a trop habitu...

à écrit le 31/10/2016 à 11:23
Signaler
UK ne veut que les avantages de l UE et du marché commun mais pas les inconvénients. Pas normal !!

à écrit le 31/10/2016 à 11:04
Signaler
Pour le moment il ne peut s'agir de la part des anglais que de promesses puisque les négociations du brexit n'ont pas encore commencé. Et les promesses n'engagent que ceux qui y croient, dans les deux sens, si Nissan décide dans deux ans d'aller p...

le 31/10/2016 à 12:38
Signaler
Nissan ira effectivement produire ailleurs si le Royaume-Uni perd l'accès au marché unique, ce qui semble passer par le maintien de la contribution britannique quasiment au niveau actuel, le respect des normes de ce marché et la libre circulation des...

à écrit le 31/10/2016 à 10:06
Signaler
L’Angleterre va donc, au grand dam de toute l'oligarchie européenne, finir par bien s'en tirer. L'Europe au lieu sans cesse de voir la poutre dans l'oeil de celui qui ne pense pas comme elle ferait mieux de se préoccuper d'elle même.

le 31/10/2016 à 11:29
Signaler
Donc sur la seule base de déclarations d'intention britanniques ("chercher à conserver un accès au marché unique"), vous nous affirmez deux ans avant la sortie effective de l'UE que le RU "va finir par bien s'en sortir"....si ce n'est pas un point de...

le 31/10/2016 à 12:39
Signaler
Oui, peut-être... à condition de vider le Brexit de tout contenu réel.

le 31/10/2016 à 13:42
Signaler
@bruno_bd : pas mal votre analyse. Ca change des "trolls"

le 31/10/2016 à 13:59
Signaler
à Clairvoyant, vous avez quand même pseudonyme gonflé pour faire la morale aux autres, enfin bon je suis habitués... C'est faux ce que vous dites mais là aussi on est habitué, ce n'est pas sur cette seule déclaration, c'est également sur le fait ...

le 31/10/2016 à 15:13
Signaler
Finir par bien s'en tirer c'est vite dit. Par exemple, je doute franchement qu'un requin comme Carlos Ghosn n'ai pas obtenu de Theresa May des compensations financières déguisées. Surtout que quand un homme comme lui menace de délocaliser, on sait qu...

le 31/10/2016 à 15:58
Signaler
@Citoyen Blasé: Où voyez vous la MOINDRE morale dans mes propos ? Je dis seulement que vous prenez des déclarations unilatérales comme parole d'Evangile, ce que je trouve bien imprudent, voire partisan. Des négociations ça se fait à deux vous savez...

le 31/10/2016 à 16:12
Signaler
Correction de mon post précédent, il fallait lire "les propos des Cassandre ANTI-Brexit", bien évidemment.

le 31/10/2016 à 16:40
Signaler
"Et jusqu'à preuve du contraire, on ne sait pas à quelle sauce la Grande-Bretagne va être mangée." Jusqu'à preuve du contraire les médias nous ont affirmé que dès le lendemain du vote pour le brexit les anglais se feraient manger tout entier, et ...

le 31/10/2016 à 19:46
Signaler
"NON personne n'a dit ça," Vous mentez ou bien vous ne regardez jamais les médias de masse étant donné que depuis le vote du brexit au moins un millier d'articles annoncent la fin de l’Angleterre d'une façon ou d'une autre. Je veux bien débat...

le 31/10/2016 à 20:28
Signaler
@CitoyenBlasé. : sur le vidage du Brexit de tout contenu réel je me suis déjà exprimé mais je vais essayer d'être plus clair encore : -tant la survie des services financiers que le maintien des implantations industrielles internationales, comme Niss...

le 01/11/2016 à 9:05
Signaler
@Citoyen blasé "Jusqu'à preuve du contraire les médias nous ont affirmé que dès le lendemain du vote pour le brexit les anglais se feraient manger tout entier, et 6 mois plus tard toujours rien, même pas une bouchée." J'ai peut-être un début de pis...

le 01/11/2016 à 10:45
Signaler
"vos copains Brexiters" N'importe quoi, elle est complètement naze votre remarque et ne fait que prouver votre aveuglement et votre incapacité à débattre. Puisque votre seul but c'est d'avoir le dernier mot c'est avec plaisir que je vous le l...

le 01/11/2016 à 13:51
Signaler
Les articles sur la Tribune concernant le Brexit ne sont pas alarmistes. Comme quoi il n'y a pas besoin d'aller bien loin pour sortir de la "désinformation médiatique permanente". Au lieu de critiquer la pensée unique des médias, allez lire les méd...

à écrit le 31/10/2016 à 10:00
Signaler
J'espère qu'il n'y aura pas de "laisser-faire" vis à vis de la GB. Ils ont choisi de cette UE qu'ils décrient tant. Maintenant, ils doivent assumer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.