Petite revanche pour Renault, qui recrute l'ancien patron de la R&D de PSA

 |   |  426  mots
Gilles Le Borgne, ici encore en poste chez PSA et au premier plan de l'image, jouit d'une excellente réputation dans le secteur.
Gilles Le Borgne, ici encore en poste chez PSA et au premier plan de l'image, jouit d'une excellente réputation dans le secteur. (Crédits : Reuters)
L'an dernier, Renault a souffert du départ de plusieurs de ses cadres vers PSA, dans le contexte des soubresauts de l'affaire Ghosn qui ont déstabilisé l'alliance avec les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi.

Le constructeur automobile Renault a recruté l'ancien patron de la recherche-développement (R&D) de son rival français PSA, Gilles Le Borgne,  comme "directeur de l'ingénierie et membre du comité exécutif", a-t-on appris, ce lundi, auprès de l'entreprise.

Gilles Le Borgne remplace Gaspar Gascon Abellan qui "a décidé de quitter l'entreprise pour poursuivre des projets personnels", selon un responsable de Renault contacté par l'AFP.

Âge de 57 ans, M. Le Borgne jouit d'une excellente réputation dans le secteur. Il a notamment conduit avec succès la préparation des motorisations de PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) aux nouvelles normes d'homologation européennes WLTP introduites en septembre 2018.

Le deuxième constructeur européen avait été le seul à disposer d'une gamme de véhicules entièrement adaptée aux règles anti-pollution durcies, dès leur entrée en vigueur, s'assurant un avantage commercial durant plusieurs mois vis-à-vis de ses concurrents.

Lire aussi : Un an après le choc des nouvelles normes antipollution, embellie sur le marché automobile français

Une revanche pour Renault

Diplômé de l'École nationale supérieure des céramiques industrielles, Gilles Le Borgne avait quitté PSA au printemps 2019 officiellement "pour des raisons personnelles" après avoir dirigé pendant six ans la recherche et développement du groupe.

Ce recrutement constitue une revanche pour Renault qui a souffert l'an dernier du départ de plusieurs de ses cadres vers PSA, dans le contexte des soubresauts de l'affaire Ghosn qui ont déstabilisé l'alliance avec les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi.

L'officialisation de l'Italien Luca de Meo comme nouveau directeur général, attendue prochainement, devrait aussi aider à tourner la page et remonter le moral des troupes.

Départs en série vers PSA

En septembre, PSA avait recruté le responsable de la stratégie produits de Mitsubishi Motors, Vincent Cobee, qui pourrait succéder à Linda Jackson à la tête de la marque Citroën.

Quelques jours plus tôt, PSA avait débauché Arnaud Deboeuf, le secrétaire général de l'alliance Renault-Nissan pour lui confier la direction de la stratégie industrielle.

En mars dernier, c'est l'ancien directeur commercial de Renault, Thierry Koskas, qui avait été recruté par PSA comme directeur ventes et marketing.

Le PDG de PSA, Carlos Tavares, est lui-même un ancien de Renault. Il avait été le second de Carlos Ghosn avant de devoir quitter le groupe en 2013 pour avoir affiché publiquement son ambition de lui succéder un jour.

Lire aussi : Fiat-PSA: l'ultime pari de Carlos Tavares

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :